Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                               Moussa Torna (Depuis Rennes-France )/Photo-AZB

Dans un pays de droit et de démocratie, l’inculpation de six  (6) ministres
aurait eu des conséquences  fâcheuses pour l’ensemble du gouvernement à commencer par le Premier Ministre qui présenterait la démission collective de son équipe. Mais le Tchad n’est pas un pays comme les autres. Le courage et la probité morale ont longtemps  déménagé pour d’autres cieux laissant place à  la bassesse, la cupidité et l’indignité envahir le cœur de ceux qui prétendent aujourd’hui gouverner au nom du peuple pour lequel, ils n’ont  eu que du mépris.

Si telle était une  opération main propre  pour assainir les finances publiques,  tout le monde applaudirait mais le problème, au regard de ce qui se passe, on est en droit de se  demander pourquoi dans ce lot de personnalités accusés à tort ou à raison d’avoir détourné de gros sous,  aucun nom  de la dynastie du Président n’y figure. Ce qui discrédite complètement une telle action tellement grotesque qu’elle ne surprend guère personne connaissant les méthodes du pouvoir actuel. Aucun Tchadien ne peut croire à une telle mascarade d’autant plus que les gros poissons, pourtant facile à capturer se voient passer allègrement par les mailles du filet.

Même si tous ces accusés font partie du système et responsables d’une certaine manière comme tant d’autres coupables épargnés, de la paupérisation de la population, il est fort à craindre que pour certain d’entre eux, cela ressemble à un acharnement d’un régime qui veut noyer les vrais problèmes par des opérations spectaculaires pour redorer son image ternie par une situation sociale et financière insoutenable et une gabegie sans précédent dans la gestion des deniers publics.

Le Tchad comme beaucoup des pays africains ont besoin de la preuve par l’exemple de leurs dirigeants au plus haut sommet dans tous les domaines. Sinon comment pouvait-on sanctionner injustement un enfant qui imiterait simplement son père ? Le proverbe très célèbre tel père tel fils s’applique à cette situation qui incite à un changement radical de cap, pour amener tous les Tchadiens à faire un examen de conscience sur leur devenir commun. Le salut de ce pays passe par la reconversion des mentalités totalement perverties aujourd’hui. Le mal de vivre ensemble a tellement rongé le pays qu’il faudrait faire vite avant qu’il ne soit trop tard. Qui dit mieux !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article