Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

47

Quand on photographie une personne heureuse, on le sent immédiatement à travers son regard qui vous fixe droitement de ses yeux et ses dents qui vous flashent de bonheur jovial.C'était en 2009 au restaurant les Américains à Toulouse. A 12: 15 min, je fais mon entrée dans ce lieu commercial toulousain avec appareil photo de marque Nikon comme d'habitude. Tout à coup,il m'est venu l'idée de regarder un peu plus au fond de la salle vers un bruit féminin.Ce sont des cris heureux de quatre jeunes filles qui se sont retrouvées pour partager un moment de joie ensemble.Je m'approche vers elles comme si c'était simplement pour entendre ce qu'elles partageaient mutuellement. Mais en réalité,c'était plutôt les photos d'elles qui m'attiraient le plus. Et je ne chassais que des belles photos de tout le monde. Je trouve très rapidement une place qui me permet d'être en face d'elles. Immédiatement,je suspends le flash ou la lumière intense de mon appareil photo pour éviter qu'elles ne soient pas surprises et aussi pour ensuite de monter la colère du propriétaire du restaurant sur moi. Chose faite, j'allume mon appareil en faisant semblant de visualiser les anciennes images.Pourtant, c'était plutôt pour photographier l'une d'elle, puis une deuxième, troisième et la quatrième.Aussitôt terminé,je fais une dernière photo groupée sans qu'elles ne soient au courant de rien bien sûr. Mon objectif ou le but principal était d'avoir des photos naturelles sans tenir compte de leur beauté. Des photos qui me parlent à moi et à tout le monde lorsque l'on les contemple. Oui, il faut qu'il ait un contact naturel entre celui qui regarde et l'image elle-même. Et puis,moi,c'est la joie d'être celui qui a photographié l'image. Etant finalement sûr que j'ai des belles photos d'elles, je m'approche de façon prudente, craintive pour parler à l'une d'elle de façon sobre et bourrée d'une technique universitaire.-Mademoiselle, puisse-je vous montré une chose?-Oui,je le veux ,monsieur, me dit celle qu'on voit sa photo avec un sourire du Midi,après un déjeuner riche en vitamines.Une eau fraîche de source françaiseJ'allume mon appareil pour attendre que le processus d'allumage tombe à point. Je tire l'appareil vers moi pour me permettre de revoir l'image, question pour être sûr de soi,puis je pousse consciemment mes mains vers elle pour le lui permettre d'observer sa photo, de même pour les autres filles qui se trouvaient avec elle.Surprise total:-monsieur vous êtes un bon photographe!Je n'ai jamais été photographié ainsi depuis que je suis à Toulouse.Je lui ai demandé si je pouvais gardé sa photo à elle.Elle me dit qu'elle ne voit que du bien. Elle me dit dans une joie profonde que c'était un honneur d'être photographier par un photographe noir africain.Je n'avais pas demander les raisons qui l'ont poussé à dire cela.Je respecte sa liberté d'expression.Et c'est bon comme ça. Et les trois autres filles disent de même tout en saisissant de regards leurs photos. Je saisie immédiatement que le naturel accouche le naturel comme un arbre bio donne des bons fruits.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article