Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara


Difficile s'obtenir des informations fiables sur lui. A peine quelques renseignements, de sources très diverses et dont l'authenticité n'est pas garantie. Cela dit, pourquoi l'image de Goukouni est-elle de plus en plus brouillée ? Partagerait-il depuis Algérie - où il vit en exil depuis son renversement par Hissène Habré - la manne pétrolière tchadienne avec l’actuel président, cet homme aux mains sales jusqu’aux coudes, cette dangereuse anguille ?

Que faut-il penser des récents et nombreux allers et retours entre N’Djaména et Alger de Goukouni Weddeye, ce personnage apparemment si sage, si innocent, mais sans grand bagage intellectuel ?  Certains soutiennent qu’il  n'est rentré au Tchad que pour quémander auprès de Deby, son ancien ennemi, l'argent destiné à éponger ses montagnes de dettes, et à calmer ses créanciers qui désormais l'empêchent de dormir.

Il n'y aurait rien d'étonnant à cela  : quand on ressemble à un sac vidé de son contenu, donc incapable de se tenir debout, il est logique d'aller quémander de l'aide.
 Mais c'est là que le bât blesse : qu'un chef d’Etat destitué rentre au pays  pour pleurer auprès de celui  qui a livré son peuple aux illettrées, aux brutes et aux malfaiteurs sanguinaires qui le pillent, voilà qui est profondément choquant.


D'autres prétendent que Goukouni Weddeye aurait envisagé de revenir pour toujours à N’Djaména,  pour y mettre son expérience professionnelle et ses aptitudes intellectuelles au service de la population. Il aurait fort à faire,  l’administration de Deby étant formée de délinquants qui gèrent tous les services de l’Etat comme s'il s'agissait de leur grenier familial. 

 
Mais Goukouni est finalement rentré en Algérie, et les hypothèses vont bon train : il aurait craint pour sa vie en restant au Tchad, du fait du comportement des Zaghawas, l'ethnie présidentielle, qui a mis le Tchad en coupe réglée. Comment en effet aurait-il pu s’installer  en N’Djaména, ou dans une autre ville tchadienne, tandis qu’un autre clan  piétine de façon délibérée les droits de l’Homme et les libertés fondamentales.

Goukouni Weddeye a-t-il été, entre 1979-1981,  un meilleur président qu'Idriss Déby ? Son gouvernement a-t-il respecté les droits de l’Homme et les biens du peuple tchadien ? Est-il responsable de crimes comme ceux qui furent ensuite perpétrés  par Habré et son lieutenant Deby, qui se présentent pourtant tous deux comme de bons musulmans ?  J'étais trop jeune à cette époque pour m'en souvenir. Il appartient à toux ceux  qui ont connu le gouvernement de Goukouni de nous éclairer sur ce point, et leurs réponses feront l'objet d'un prochain article. 

Une des filles de Goukouni Weddeye vient d'arriver  à Toulouse, où elle s'est inscrite comme étudiante, mais elle n'en sait guère plus que moi : Goukouni n'a pas du tout parlé politique à ses enfants, et cette fille-là est née en Algérie, après le départ pour l'exil de ses parents.  Elle a reçu une éducation de qualité,  et parle très bien l'arabe tchadien sans jamais avoir mis les pieds dans le pays de ses ancêtres ; le plus incroyable étant sa manière  très positive d'en parler, en ne se focalisant pas uniquement sur sa seule ethnie.  Goukouni, à la différence d'Idriss Déby, semble donc avoir réussi l'éducation de ses enfants.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article