Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara


                                  Interview Moussa Tourna/  Photo Ahmat Zéïdane
Dans le cadre de sa rubrique « Interview de personnalités marquantes », La rédaction du blog, a rencontré le tout nouveau Président de Diaspora des Tchadiens de France  Romba Abraham, avec qui, elle a évoqué quelques questions liées essentiellement, d’une part à la tournée l’ayant conduit respectivement à Bordeaux et à Toulouse, et d’autre part les raisons de la création et le les objectifs de cette jeune organisation

 -Pourriez-vous vous  présenter à nos lecteurs monsieur le président de la diaspora des Tchadiens de France, Roma Abraham ?
AR : En premier lieu, je vous remercie de m’offrir l’opportunité de m’exprimer par le canal de votre outil de communication. Ensuite, pour revenir à votre question, sachez simplement que je suis Tchadien, marié et père de famille. Economiste de formation, j’ai exercé dans différents domaines : l’enseignement, la fonction publique territoriale et le Consulting, la Coopération décentralisée.  
 -Vous venez d'effectuer une première tournée qui vous a conduit tour à tour à Bordeaux puis à Toulouse pour rencontrer vos compatriotes depuis que vous êtes élu à la tête de la Diaspora tchadienne de France. Quel était l’objectif visé? Et dites nous si vous en êtes satisfait ?
-AR : Cette tournée s’inscrit dans le cadre de la campagne de sensibilisation, conformément à l’article 2.2 de nos Statuts, article qui en précise un objectif majeur, à savoir  « Mobilisation des Tchadiens de la Diaspora et Promotion de l’Union de la Diaspora Tchadienne pour le développement du Pays ». Les rencontres de Bordeaux et de Toulouse se sont déroulées dans des cadres d’accueil chaleureux et fraternel ; les échanges ont été francs et honnêtes. Des perspectives d’avenir ont été tracées. Je suis, pleinement, satisfait des conclusions de nos travaux. Je profite de l’occasion pour adresser mes vifs remerciements aux associations, « Entraide Tchadienne d’Aquitaine » de Bordeaux et  « Association Tchadienne de Midi Pyrénées » de Toulouse, qui ont organisé ces rencontres !
-Pourquoi avez-vous décidé de vous regrouper en union de diaspora des Tchadiens de France ?

-AR : Pour l’instant, il s’agit d’une prise de contact avec tous les compatriotes de la région, pour leur expliquer le projet de notre organisation, répondre à leurs questions et prendre en compte leurs analyses. Plus tard, s’ils le désirent, ils peuvent constituer une Section de notre organisation, conformément à l’article 7 de nos Statuts, et précisément l’alinéa 7.1 qui stipule que « L’Association peut établir des sections géographiques ». Les Sections seront très importantes car elles permettront de mieux appréhender les aspirations des Tchadiens vivant dans leurs périmètres de compétence. Dans le cas de Midi Pyrénées, la Section de Diaspora des Tchadiens de France (DTF) sera plus près des Tchadiens de cette région. Et, elle sera représentée par le Président de Section dans le Conseil d’Administration. Pour résumer, il est important de constituer des Sections de DTF pour la fonction de proximité et ses vertus ! 
 -D'où vous est venue l'idée de créer une telle organisation ?
-AR : En ce qui me concerne, personnellement, c’est le fruit d’un lent et long processus de maturation, dans lequel les leitmotivs « prise de conscience » et « volonté de prendre et assumer sa responsabilité » ont été déterminants. En outre, il s’est imposé à mon esprit qu’il fallait une conscience collective et une dynamique d’ensemble pour qu’un mouvement de la diaspora soit pleinement productif. Dès lors, j’ai compris que le temps était venu de s’organiser en vue de prendre part aux sacrifices consentis par toutes les filles et tous les fils  du Tchad, dans le cadre de la construction et du développement de notre Pays ! Le contexte a joué le rôle de fertilisant. En effet, sous l’impulsion dela Banque Mondiale, l’Union Africaine a mis en place une campagne de sensibilisation en direction des gouvernements africains et une campagne de mobilisation des diasporas africaines dans le but de les impliquer dans le processus du développement du continent africain. L’idée a germé, il y’a une dizaine d’années ! S’agissant des autres cofondateurs, leurs parcours de réflexion peuvent différer du mien !

 -L’Union de Diaspora des Tchadiens de France existe depuis peu de temps, qu’attendez-vous faire pour qu’elle atteigne réellement ses objectifs ?
-AR : Par la sensibilisation et la mobilisation.  Ensuite, c’est le principe d’adhésion personnelle qui s’impose ! Nul ne peut intégrer ce mouvement par force ou sous contrainte! Mais, le plus important pour moi, c’est la qualité ! Le nombre n’est pas décisif ! Peu d’adhérents, convaincus et attachés au but commun de l’organisation, c’est préférable à beaucoup de membres avec des ambitions et des objectifs personnels et extra organisation ! Sur la base de la Loi 1901, l’adhésion est libre, de même que la démission. En revanche, être membre implique  respecter et appliquer, scrupuleusement, les principes statutaires ! Toute personne, femme ou homme, qui adhère et qui enfreint nos principes statutaires, dans l’intention de diviser ou de nuire à la cohésion de notre organisation ou encore de compromettre la réalisation de nos objectifs, risque une sanction conséquente, voire une exclusion ! Il est très facile de distinguer une personne, qui commet une infraction par ignorance ou par imprudence, de celle qui le fait sciemment ou par calcul !    
 -Est-ce à dire l’avènement de cette organisation remplacerait les associations des Tchadiens créés antérieurement ?
AR : Je fais remarquer que pour le moment, il ne s’est pas encore constitué de Section de DTF à Toulouse : les adhésions sont personnelles. Mais lorsque la Section DTF sera mise en place, les associations dites « classiques » n’en souffriront guère ! La principale fonction de DTF est de coordonner ou d’appuyer les actions des associations dites « classiques ». En conséquence, toutes les associations créées avant l’avènement de DTF ne sont pas menacées, bien au contraire ! Elles ont le droit à l’existence et devraient être plus efficaces avec l’appui de DTF. En effet, DTF peut leur apporter assistance et encadrement ou même des recherches de financement pour leurs projets à réaliser au Tchad.
-Quelles sont les moyens qui vous permettront de faire fonctionner la diaspora tchadienne de France?  -AR : Si par « moyens », vous entendez « les ressources », nous comptons sur : le bénévolat, les cotisations, les subventions de l’Etat, des Collectivités Territoriales, des Etablissements  Publics et des ONG, le produit des manifestations organisées par l’Association, les intérêts et redevances des biens et valeurs que peut posséder l’Association, les rétributions pour services rendus ou prestations fournies par l’Association, les dons manuels, toutes les autres ressources autorisées par la loi, notamment le recours, si nécessaire, à un ou plusieurs emprunts bancaires ou privés. Mais je dois faire remarquer que l’indépendance et la liberté de notre organisation ne sont guère aliénables ! L’acceptation d’un don, par exemple, est inconditionnelle !  
 -Qu’attendez-vous des Tchadiens en créant  cette union, ici en  France ?
-AR : Je ne suis pas seul à avoir créé cette Structure. J’ai eu l’honneur d’avoir animé le groupe qui a mené les réflexions sur le projet de sa création. Une fois le dossier bouclé, le groupe de réflexion a engagé une campagne d’information qui a duré trois mois, puis a organisé deux séances d’Assemblée Générale à l’issue desquelles les documents de base ainsi que les instances d’administrations furent adoptés. Ainsi, tous ceux, ayant participé aux séances de l’assemblée constitutive, se partagent la paternité de la naissance de DTF. En revanche, il faut admettre qu’il y’a effectivement une forte attente de chacun de nous ! Mais mon attente se tient en une phrase : « que les Tchadiens de la diaspora sachent s’organiser pour s’impliquer dans la construction et le développement du Tchad ! »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article