Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

(Syfia/CRP) Dans les grandes villes du Congo, la sape, plus qu'une simple mode vestimentaire rapproche les jeunes de toutes les ethnies et les éloigne de la violence. Une façon élégante et moderne de participer à l'unité du pays après une décennie de guerre civile.

                                                    Bertier Batebi.
Bar dancing situé à Bacongo, au sud de Brazzaville. Des jeunes, en veste et cravate, viennent à leur rendez-vous du week-end. Ils font des va-et-vient devant et à l’intérieur du bar. Leur façon de marcher et de parler attire les regards. Ces ardents défenseurs de la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) viennent des sept arrondissements de la capitale et appartiennent à toutes les ethnies. Ils se côtoient, sans heurts. Les samedis et dimanches, les riverains des grandes artères et de certains bars dancing de la ville assistent à leurs défilés au cours desquels ils exhibent la griffe de leurs habits et leur art de marier les couleurs.

Samba, le Maire a été sacré meilleur sapeur de Brazzaville à l’issue d’un concours organisé en 2008 en partenariat avec les ambassades de France, d’Italie et des États-Unis. Étiqueté ambassadeur pour la paix universelle pour ses œuvres de bienfaisance envers les démunis, il raconte que lui et ses amis se sont rendus l’an dernier à Kinkala, Boko et Mindouli, villes du département du Pool touchées par la guerre, pour former des ex-combattants à la sape. Chez nous, explique Amour Mayoma, un sapeur de Bacongo, il n’y a ni bandit, ni considérations ethniques : "Si on est bien habillé, on a droit à des applaudissements. Si on est mal habillé, on mérite des moqueries, cela quelles que soient les origines ethniques." Oba Prime, dit Igor Le nécessaire, sapeur de Mikalou au nord de la capitale, confirme : "J'ai des amis sapeurs qui vivent à Bacongo et Makelekelé (quartiers sud de Brazzaville majoritairement peuplés d'une autre ethnie que la sienne, Ndlr). Nous sommes tous des sapeurs congolais."

Main Bleue

 
Bagarres et tribalisme démodés

La création de l’Association des sapeurs du Congo (ASSACO) en 2006, qui en regroupe près de 500 sur des milliers en activité, a permis de répertorier et de développer l'unité du mouvement. "À chaque fête d’indépendance, tous les sapeurs brazzavillois participent au défilé populaire devant le chef de l’État et les institutions de la République. Aujourd’hui, on n'assiste plus à des bagarres", souligne Destin Ndoudi, président de l'association. Les autorités confirment : "Nous n’avons jamais eu à arranger un différend entre sapeurs. Ce sont des personnes courtoises et intéressantes", estime un sous-officier de la direction générale de la police. Certains se demandent cependant comment ils se procurent ces habits parfois extrêmement chers. Bindesso Honoré (connu sous le pseudonyme de Wassenga Kimpedi) lève le mystère : "La plupart ont des parents en Europe qui leur envoient des costumes, chemises, cravates ou des chaussures. D’autres exercent des métiers qui leur permettent de gagner honnêtement leur vie. En tout cas chez nous, le vol et l’escroquerie sont prohibés."


 Festival et Prix du meilleur sapeur

Selon M. Rock Tondo Mayela, président de l'association Union pour la paix, la démocratie et le développement, les sapeurs contribuent à l’édification d’un Congo uni et réconcilié. Dans le même esprit, afin de faire tomber toutes les barrières, il demande aussi aux pouvoirs publics de promouvoir les mariages interethniques. En attendant, l'attitude pacifique des sapeurs leur vaut la reconnaissance officielle. Pour M. Albert Kimbouala, directeur au ministère de la Culture et des arts, ils assurent la promotion des valeurs du Congo. Des films à leur sujet sont en effet vus dans le monde entier. Ils sont d'ailleurs souvent reçus par le chef de l’État. En 2010, le Prix du meilleur sapeur et un festival en leur honneur devraient être organisés par les autorités.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antoine Girard 17/12/2012 09:53

Bonjour,

Regardez ce reportage sur la sapelogie en recopiant ce lien
http://www.youtube.com/watch?v=QmzwdSi7pC8

Réalisé par Antoine Girard et Houssam El Assimi.
Monté par Antoine Girard.

Rencontre avec la communauté congolaise de Paris. S'habiller n'est pas seulement un art, s'habiller est une philosophie, une religion, que l'on soit sapeur ou sapelogue.

Les commandements de la Sapelogie :

1 : TU SAPERAS SUR TERRE AVEC LES HUMAINS ET AU CIEL AVEC TON DIEU CREATEUR.
2 : TU MATTERAS LES NGAYA,LES MBENDES,LES TCHIDONGO,SUR TERRE,SOUS TERRE,EN MER ET DANS LES CIEUX.
3 : TU HONNORERAS LA SAPELOGIE EN TOUT LIEU.
4 : LES VOIES DE LA SAPELOGIE SONT IMPENETRABLE A TOUT SAPELOGUE NE CONNAISSANT PAS LA REGLE DE TROIS, LA TRILOGIE DES COULEURS ACHEVEES ET INACHEVEES.
5 : TU NE CEDERAS PAS.

Recontre avec les anciens, les nouveaux, les historiques et les nouveaux venus. Rencontre avec Ben Mukasha, le miliardaire en vêtement, Sleevy, Yann Koler, et bien d'autre sapeurs, ces dandys des
temps modernes.