Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                Ahmat Zéïdane Bichara/Toulouse-France

Le Comité pour la Protection des Journalistes(CPJ une organisation indépendante à but non lucratif ) dont le siège social est au New York   (Etats-Unis) informe l’opinion nationale et internationale de la condamnation en prison de trois journalistes, lundi dernier au Rwanda pour un article relatant une prétendue liaison extraconjugale entre la mairesse de la capitale rwandaise, Kigali, et un ministre. « Fidele Bazihana, président du tribunal de première instance de Nyarugenge, une préfecture de Kigali, a condamné par contumace Charles Kabonero, Didas Gasana, et Richard Kayigamba, respectivement ancien directeur de publication, rédacteur en chef par intérim et reporter à l’hebdomadaire privé en langue kinyarwanda Umuseso,  pour immixtion dans la vie privée du ministre des Affaires du Cabinet protais Musoni et de la mairesse de Kigali Aïsa Kirabo Kacyira, en vertu du code pénal  de 1977 et de la loi sur la presse de 2009 du Rwanda », déclare au Comité pour la Protection des Journalistes(CPJ) l’avocat de la défense, Christopher Niyomugabo.

D’Après le CPJ (Comité pour  la Protection des Journalistes), monsieur Kabonero a été condamné à un an de prison, tandis que messieurs Gasana et Kayigamba ont écopé de six mois d’emprisonnement chacun. Les trois journalistes ont également été condamnés à payer un million de francs rwandais (1.700 dollars américains) en dommages et intérêts aux deux autorités. Le juge devrait déterminer si la somme doit être payée solidairement ou conjointement.

Maître Niyomugabo a également indiqué que le juge Bazihana a rejeté la demande du parquet de suspendre le journal et d’emprisonner les journalistes en cas de condamnation. « Les journalistes sont libres en attendant un appel », a-t-il dit.  « Ces peines d’emprisonnement sont très inquiétantes parce qu'elles témoignent d’une tendance consistante à recourir à la diffamation pénale pour museler le journalisme indépendant au Rwanda. Nous exhortons la Cour d’appel à casser ce jugement », a déclaré le directeur adjoint du CPJ (Comité pour la Protection des Journalistes), Robert Mahoney. Umuseso, connu pour sa ligne éditoriale critique envers le gouvernement rwandais, a été le premier journal à rapporter les allégations en novembre 2009, selon des journalistes locaux. M. Kabonero a déclaré au CPJ (Comité pour la Protection des Journalistes) aujourd'hui que l’article était un sujet d'intérêt public, car la loi2008 portant code de conduite des autorités des institutions publiques du Rwanda pénalise les délits comme l’adultère chez les titulaires de charge publique.

 Le CPJ (Comité pour la Protection des Journalistes) souligne à travers son communiqué de presse que la mairesse Kacyira et le ministre Musoni, qui est également ministre de l’information par intérim, avaient publiquement nié les accusations les accusations. « Messieurs Kabonero et Gasana ont déjà fait appel d’une autre peine de deux ans d'emprisonnement avec sursis à la suite d’une condamnation en 2008  pour diffamation liée à un article sur des accusations d'évasion fiscale en Afrique du Sud contre l’homme d’affaires rwandais Tribert Rujugiro », selon les recherches du CPJ( Comité pour la Protection des Journalistes).  Monsieur Rujugiro a été par la suite placé en détention à Londres suite à un mandat d'arrêt émis par les autorités judiciaires sud-africaines sur la base des accusations rapportées par Umuseso, selon des médias.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article