Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Correspondance exceptionnelle à Lunda en Angola200443232-001-1-.jpg
Pendant que le Togo confirmait son retrait de la Coupe d'Afrique des Nations 2010, l'Angola et le Mali qui  étaient en force équilibrée  n’ont  pas pu  se départager, ce dimanche soir, à Luanda, lors du match d'ouverture de la CAN (4-4).  D'après une source africaine, le pays-hôte menait pourtant quatre buts à zéro à dix minutes du coup de sifflet final. Pendant un long moment, le peuple angolais a sans doute eu peur que sa Coupe d'Afrique des Nations 2010 tourne totalement à la soupe de jeux des petites filles africaines. Il y a d'abord eu cette effroyable attaque terroriste de rebelles sur le bus de la délégation togolaise, vendredi, dans l'enclave de Cabinda, faisant trois morts et plusieurs blessés; puis un début de match d'ouverture pour le moins déprimant, entre l'Angola et le Mali, ce dimanche soir.

A croire que la cérémonie incroyablement colorée, offerte au public du stade 11 Novembre de Luanda à quelques minutes du coup d'envoi, n'avait éveillé personne. Il faut en effet attendre la demi-heure de jeu pour observer la première occasion effrayante et surprenante de la partie. Les Palancas Negra alertent Mahamadou Sidibé par l'intermédiaire de Djalma Campos, mais le gardien de but malien saisi parfaitement la tête de l'attaquant local (32e). Méconnaissables, totalement perdus sur la pelouse de la capitale, les Mahamadou Diarra, Seydou Keita, Fred Kanouté and co, pourtant si prometteurs, s'inclinent logiquement dans la foulée.

A la réception d'un coup franc bien travaillé par Gilberto, Flavio Amado coupe victorieusement la trajectoire du ballon (1-0, 36e). La joie envahit alors les supporters de l'Angola, et cela ne fait que commencer, croit-on alors. Effectivement, le festival se poursuit pour le buteur d'Al Shabab Riyad. Servi cette fois par José Alberto Mabina, ce dernier permet à son équipe de creuser l'écart (2-0, 42e). A ce moment-là de la rencontre, les Aigles du Mali sont incapables d'arrêter des antilopes noires bien trop rapides pour eux, à tel point que Mamadou Bagayoko ainsi que Keita se mettent à la faute et laissent les hommes de Manuel Jose s'échapper, grâce à deux penalties signés Gilberto (67e) et Manucho (74e). Mais le football est fait d'incertitudes.

Et le Mali, jusqu'ici plus que médiocre, se réveille, accélère, bien aidé, il est vrai, par la suffisance des locaux. En un tout petit quart d'heure, l'équipe entraînée par Stephen Keshi revient à hauteur de son adversaire du soir. Incroyable ! Keita par deux fois (79e et 90e+3), Frédéric Kanouté (87e) et enfin Yatabaré (90e+4) réalisent l'exploit. "C'est une honte de commencer une compétition comme cela, reconnaissait le Sévillan Kanouté, à la sortie des vestiaires. Heureusement qu'il y a eu un électrochoc à la mi-temps. On est donc satisfait". Tout le contraire de l'Angola, en fait. On ne peut pas prendre quatre buts à domicile. Les supporters ne méritent pas ça, on est désolé", avouait, lui, Carlos Kali. Dans tous les cas, bonne nouvelle, le spectacle a enfin repris le pas sur l'horreur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article