Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara


« 
Seuls les hommes dont la moralité et la compétence sont excellentes devraient être nommés à des postes officiels », déclarait Innocent Ebodé en 1999 en conférence de presse organisée par le ministre de la  communication du Cameroun à l’époque. Cette petite phrase suscita tant de polémique amenant  le facilitateur de la dite conférence  d’interdire au journaliste de n’est posé aucune question de peur que la situation s’envenime et que la vie devienne dangereuse à l’instant même  à son égard.  De lors, les autorités de son pays le Cameroun ont décidé de surveiller tous les articles de presse  d’innocent Ebodé paraissant dans les colonnes de n’importe quel journal de la place. 

Il est devenu en quelques jours l’un des journalistes les plus connus du pays de Paule Biya.  La décision actuelle des autorités tchadiennes d’expulser le 14 octobre  2009 de leur territoire ce même journaliste, devenu rédacteur en chef de l’hebdomadaire privé « La Voix » paraissant à N’Djaména ne surprend guère personne. Le régime de Deby est le prototype de celui de Paul Biya par sa façon répressive à l’égard des journalistes dont leur vérité ressemble à un pistolet chargé. Dans ce qu’on a appris des Reporters Sans Frontières et des écrits des journalistes tchadiens, Innocent Ebodé est accusé par les autorités tchadiennes sous prétexte d’être en situation  de séjour irrégulier en espace tchadien.
 

Les autorités tchadiennes détiennent-elles des informations vraies qui leur permettent de soutenir leur thèse d’expulsion ? Pourquoi lui ont-elles autorisé de travailler en tant que rédacteur en chef dans un journal privé et indépendant pendant plusieurs mois en sachant qu’il est entré frauduleusement à N’Djaména  avant de prendre la décision de le  balayer comme  une poubelle ? Que se cache-t-il derrière cette  décision ?  Innocent Ebodé a-t-il donné sa version par rapport à son expulsion ? Que disent les responsables du Haut Conseil de communications(HCC)  par rapport au sort que les autorités tchadiennes ont réservé au journaliste camerounais ?  Qu’en pensent les Camerounais ? Car, il y a des raisons à se poser beaucoup de questions en vue  de  frayer un chemin sûr et trouver un raisonnement exacte sur la décision tchadienne à conduire Ebodé hors du Tchad  on dirait une peste bovine.  Trouve-t-on des lois de la constitution tchadienne qui interdissent aux journalistes étrangers d’exercer leur métier librement au Tchad ?

Quant on suit la procédure utilisée par les Tchadiens pour renvoyer loin de leur capitale  cet homme de la presse voisine du Cameroun, il ya lieu d’insister  à la recherche de la vérité.  En effet, le 14 octobre, dans l’après-midi,  Ebodé a été conduit par les subordonnés de Deby à Kousseri, cette préfecture  de l’extrême-nord Cameroun voisine du Tchad. Le matin à 8 heures, Innocent a été convoqué par les éléments du service des renseignements généraux, puis ils l’ont emmené à la surveillance du territoire après deux heures d’entretien en présence de ses deux avocats.  Et c’est là où il entend par la bouche d’un haut responsable tchadien qu’il est en situation irrégulière, il est donc déclaré persona non grata. « NDLR, nous y reviendrons dans nos prochaines parutions  avec insistance »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article