Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                                           Moussa Torna
Depuis la tenue en juin 2009 des élections européennes, et notamment les bons scores d’Europe écologie, la débâcle du parti socialiste, l’échec  des extrêmes  droite et gauche et enfin  l’hégémonie de la majorité présidentielle, on assiste de façon inéluctable à la recomposition de l’échiquier politique français  à droite comme à gauche.  Dopés par leurs bons  scores  inattendus de 16,24 % faisant presque jeu égal avec le parti  socialiste avec 16,48 %, les Verts affichent un optimisme béat  pour les futures échéances et une arrogance jamais observée face au parti socialiste  en grande difficulté qui peine encore à retrouver son unité et son  âme.

Dans de pareilles circonstances,  peu d’hommes savent garder la tête froide en faisant preuve de modestie et d’humilité pour analyser sereinement une victoire éclatante et historique  pour un parti trop souvent agrippé  aux Socialistes. Il a suffi juste d’une victoire pour démasquer le vrai visage des Verts qui ont acquis, au fil des ans,  de l’expérience et de la respectabilité, pour parvenir aux résultats actuels même si, les fortes personnalités  d’Europe écologie, y sont, bien pour beaucoup dans ce succès.

Pour autant, il est clair de replacer  les Européennes dans leur contexte pour éviter toute forme de triomphalisme  dans un scrutin dont le taux de participation était très faible. Alors que tous les  ténors des Verts croient dur comme fer que la dynamique des européennes  se fera pendant les régionales, l’enjeu n’est pas le même d’où leur volonté de faire cavalier seul  risque d’être  suicidaire et stupide à moins que les électeurs  les suivent. On entend ça et là, des voix qui s’élèvent pour s’affranchir de la tutelle du parti socialiste qui fut malgré son hégémonie et les imperfections, un partenaire de combat politique.

Cela s’apparente vraisemblablement à cette banale histoire entre l’homme et le crocodile dont le premier aide à traverser le cours d’eau mais arrivée au rivage, le second à la place de le remercier a cru bon de se l’offrir comme dîner. Moralité : dans le monde politique tout bien se récompense par l’ingratitude. Mais l’adage qui dit : celui qui n’a pas traversé l’autre rive ne doit pas se moquer de celui qui noie risque fort bien de s’appliquer à ce petit poucet de parti Verts voulant devenir aussi plus gros que bœuf.
 

Pendant qu’un grand parti comme l’UMP tente de ratisser large en jouant à fond la carte de l’unité à droite, dans une large majorité comprenant le nouveau centre, et d’autres sensibilités de droite comme de gauche, les Verts par un choix curieux, voudraient faire croire au public qu’ils y arriveraient seuls. On dirait qu’ils ont fait un « deal » avec Nicolas Sarkozy pour saboter la gauche. En tout cas, dans ce jeu politique de cache-cache, la vérité éclatera au grand jour lors des futurs  grands rendez-vous électoraux et au moment du partage de gâteau.

Le choix des Verts d’opter pour le « je me suffis à soi-même » risque bien un jour de se tourner en débâcle et au désenchantement.
Le parti socialiste dans la tourmente actuel doit refuser de jouer à la victime. Bien au contraire, c’est au fond de la vallée s’il réussit à surmonter ses difficultés, il sera de nouveau un parti encore plus fort.  Le parti Verts tout seul qu’il le veuille ou non, se dirige droit vers le mur. Il peut beau targuer d’être en phase avec les réalités du moment mais il aura toujours besoin du parti socialiste, un grand frère sans lequel  son aventure va se terminer lamentablement.

Et ce sera dommage pour la gauche, actuellement minée par des dissensions internes mais qui se construit lentement et sûrement pour devenir une alternative  crédible  au pouvoir de Nicolas Sarkozy. La main tendue de François Bayrou vers le PS  c’est une offre politique à analyser avec la plus grande lucidité. Face à la machine électorale  bien huilée de l’UMP, un rassemblement de projet qui va du centre à l’extrême gauche serait un atout majeur pour battre le futur candidat de cette redoudable formation politique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article