Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                                   Moussa Torna

La situation actuelle au Tchad laisse totalement incertain la voie à l’alternance démocratique à cause de la mise en coupe régler des partis politiques et la rébellion armée, incapable de défaire le régime en place
. Les assauts répétés sans succès témoignent du manque de stratégies claires, et d’orientations politiques pertinentes malgré le soutien financier, matériel et technique massif du gouvernement  Soudanais. L’esprit de sectarisme au sein de l’opposition armée continue de l’affaiblir pour la réduire à l’expression simple de groupes armés désorganisés sans lendemain prometteur.  

Le peuple Tchadien qui, naguère plaçait tout son espoir à cette rébellion armée s’est peu à peu déchanté pour se décourager tout simplement en confiant son sort à la providence car il en avait assez de ces vendeurs d’illusion et d’âmes. Il ne croit plus à ces hommes politiques qui se remplissent plein la panse aujourd’hui et demain pour des raisons purement personnelles prennent les armes pour combattre un pouvoir qu’ils ont aidé à consolider.

Le cas des jumeaux Timane et Tom Erdemi en dit long sur les pratiques des hommes politiques tchadiens à vouloir changer les choses alors qu’ils ont été les redoutables zélateurs d’un régime sanguinaire et antidémocratiques. Aujourd’hui, ils proposent aux tchadiens monts et merveilles et qu’est-ce qui nous dit qu’ils ne feraient pas pareils demain. Les autres chefs rebelles ont chacun d’entre eux une histoire similaire quand bien même à de degrés divers. La seule opposition viscérale à un régime si répressif soit-il ne peut constituer en soi un programme de société. Les tchadiens ont besoin d’un véritable changement de fond mais non des gens qui ont pour seul souci « Ôte-toi pour que je m’y installe », à la manière de remplacer jean par Abakar.

L’opposition démocratique constituée par l’aile radicale la CPDC a cédé, depuis belles lurettes, aux sirènes de l’argent du pétrole qui a fini par emporter le dessus sur l’orgueil et la lutte pour un idéal commun. Les ténors des partis de l’opposition que sont Kamougué, Naibaye, Alingué sont passés facilement à la mangeoire sans aucun remord de leur compagnon, docteur Ibn oumar, porte parole de leur regroupement disparu lors des évènements de février 2008.  Alors qu’est-ce qu’il faut bien attendre des gens de ces acabits, prêts à sacrifier leurs idéaux pour des biens matériels. Ils sont prêts à vendre leur conscience et leur âme au diable.

A l’approche des échéances électorales, les tchadiens verront comment ils feront pour s’extirper de ce guêpier dans lequel, ils se sont eux-mêmes laissés entraîner. Comptables d’une partie du bilan du pouvoir Deby, on voit mal, et surtout de quelle manière pourront-ils se démarquer pour dénoncer l’agissement d’un pouvoir impopulaire et décrié par l’ensemble des compatriotes, fatigués, appauvris, meurtris dans leurs chairs et leurs os. Difficile de s’attendre à un véritable messie tellement les hommes politiques tchadiens, dans leur majorité sont démagogues, cyniques, versatiles et sans foi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article