Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                                    Moussa Torna/carte d'Afrique-Archives 2009

Depuis son apparition au Mexique, le 2 avril 2009, considéré comme le premier foyer de la grippe porcine AH1N1, cette maladie contagieuse s’est propagée à un rythme accéléré pour atteindre tous les continents même si  certains paraissent moins touchés que d’autres.  Même si les réactions ont été rapides dans certains pays européens et américains, les inquiétudes face à cette maladie ne cessent de grandir au sein des populations des pays développés et encore davantage dans les pays en voie de développement et en particulier de l’Afrique, mal équipée et dépourvue des moyens techniques et humains adéquats.


La propagation de la grippe porcine dans le continent africain est relativement lente dans la mesure où le premier cas déclaré remonte au 2 juin 2009 en Egypte et le dernier en date, au moment où cet article est rédigé, fait état de quatre cas recensés au Cameroun le 25 août 2009. Entre ces dates extrêmes, la grippe porcine AH1N1 a touché d’autres pays africains comme le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Ethiopie, la côté d’Ivoire, l’Ile Maurice, l’Ouganda, la  Tanzanie, le Soudan, le Madagascar, la République démocratique du Congo et  le Mozambique dans une échelle variable de nombre des cas selon le pays.

La lutte engagée contre la grippe porcine s’est amplifiée considérablement dans presque tous les pays touchés. Puisque les prévisions les plus alarmistes font état d’une contagion beaucoup plus importances dans les prochains mois. En tout cas, l’Organisation mondiale de la santé appelle la communauté internationale à se préparer à une nouvelle vague de grippe porcine.

 

L’OMS reconnait clairement que la grippe porcine gagne du terrain. Elle avance même des pronostics alarmants quant à la dangerosité éventuelle du virus. « Il est fort possible que le virus évolue. Quand les virus évoluent, il est clair qu’ils peuvent devenir beaucoup plus dangereux pour la population », selon le vice-directeur général de l’OMS par intérim, chargé des questions de sécurité sanitaire et environnementale, Kejji Fukuda. Toujours à l’avant-garde des actions de santé publique à l’échelle mondiale, l’OMS rend compte à la communauté internationale par une communication assez efficace sur l’évolution des maladies souvent dangereuses.  


La bataille de l’information et de la communication sur la grippe porcine semble être l’arme par excellence pour alerter, prévenir et sensibiliser les populations. Si les Etats et les médias jouent presque à merveilles leur rôle dans ce domaine précis, il n’en est pas de même pour beaucoup des gouvernants africains et de la presse de ce continent. Peu d’organes de presse consacrent à leur une, un papier sur une question aussi essentielle de la grippe AH1N1 alors qu’au même moment on occupe toutes les colonnes des journaux par des actualités politiques qui sont souvent en décalage total avec les préoccupations quotidiennes des citoyens africains.  

Dans ce domaine, il faut plutôt reconnaître et saluer le travail assez remarquables des sites et blogs qui essaient de mettre à la disposition des populations africaines et pas seulement, une foule d’informations utiles pour éviter d’être contaminé. En clair, les dirigeants des Etats africains et les médias ont la lourde responsabilité d’apporter aux citoyens africains, l’information et surtout la bonne information en temps réels pour éviter la confusion et l’affolement que peuvent suscitent certaines maladies contagieuses comme la grippe porcine AH1N1. Le bilan actuel de cette maladie dans le continent africain de 11 morts  pour 3.843 malades.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article