Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                                                               Ahmat Zéïdane Bichara

Quand nos sexes grondent, nous devenons aveugles de cœur en violant même des lieux saints ou interdits par des lois quelconques.
Nous faisons tout pour leur donner satisfaction. Et cela n’est pas propre aux hommes ou aux  femmes uniquement. Tout le monde peut poser un acte que personne n’attend. En effet, dans une banlieue de Lagos au Nigeria qui est un grand pays  situé du côté ouest du continent africain, Un jeune de trente an nommé Tolu et sa compagne Bunmi âgée de 28 ans, avaient envie de donner du goût à leur vie sexuelle, à défaut des moyens pour se payer une chambre d’hôtel, décident de se rendre dans une église évangélique de la commune pour passer à l’acte. C’est ainsi que le couple s’est fait surprendre en train d’avoir une relation sexuelle sur l’autel par le pasteur de l’établissement religieux.

 

Choqué par ce qu’il venait de voir, l’homme de Dieu exige que le couple malheureux paie une lourde amende en monnaie locale qu’on évalue à 117 euros de dommages et intérêts pour profanation du lieu sacré. Le même responsable de cette église demanda à ce que le couple nettoie l’autel et prie pour obtenir un pardon de Dieu. Ne pouvant rien faire face à des lois du pays, le couple déclare qu’après quatre de mariage, celui-ci était consommé et qu’il n’y avait donc pas de grande offense envers Dieu. C’est ainsi que le juge demanda aux deux  partenaires sexuels de respecter davantage les institutions religieuses. Se reconnaissant pauvres pêcheurs, les deux nigérians se proposent de laver l’église entière pendant toute une semaine.

 

Cette action qui ressemble à une anecdote nous amène à nous interroger sur le comportement des Africains face au Sida. Tolu et sa partenaire Bunmi, ce sont-ils servis des préservatifs pour poser leur acte sexuel ? Est-ce que les paysans nigérians ont accès aux préservatifs avec des moyens modestes ? Les Organisations humanitaires et les associations locales ont-elles bien sensibilisé les populations de ce pays sur le danger du Sida et les différentes formes de contamination ? En tout cas, les populations africaines payent encore un lourd tribut  et on ne sait pas jusqu’à où le virus cette dangereuse maladie s’arrêtera avec ses ravages. Les noirs d’Afrique doivent s’engager à prend en main leur destin. Et puis, c’est simple.

 

Les précautions à prendre face au Sida ne nécessitent pas  des grosses sommes. Il suffit de faire un bon choix entre la fidélité, l’abstinence et les préservatifs. Mais avant d’en arriver là, il ya d’abord le dépistage à faire pour déterminer sa sérologie.  Une fois qu’on a les résultats du dépistage en main et qu’on est déclaré séropositif, c’est là où les choses deviennent importantes et sérieuses.  Ce n’est pas la fin de ta vie, c’est maintenant qu’on devient moralement fort et responsable afin de porter ta maladie en homme sagesse et conscient. Si ce que nous venons de décrire est respecté en Afrique, on ne parlera pas des milliers des morts de tous les âges. Nous y reviendrons largement avec l’interview d’une spécialiste du Sida et des maladies sexuellement transmissibles. Mais en attendant à chacun de protéger son âme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article