Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                                                                     Moussa Torna
Le Parti Socialiste, sortie affaiblie à la fois du cauchemardesque congrès de Reims, et des européennes du 27 juin dernier, plus que décevantes continue de troubler l’opinion nationale et d’agacer ses militants. Cela devrait interpeller la direction du parti quant à la gravité de la situation. L’enfermement, le mutisme, l’attitude du chien aboie, la caravane passe risque d’être suicidaire. Il faut saisir toutes les opportunités bonnes ou mauvaises pour réfléchir collectivement et laver le linge sale en famille. Quitte à remettre en cause, certaines pratiques et tradition historique de liberté de parole  qui nuisent gravement à la cohésion du parti.

Parler différemment ne signifie pas pour autant s’opposer constamment contre son propre camp. Dommage que certains talents, pour des raisons inavouées, ont choisi de rendre service au parti majoritaire en s’illustrant par des petites phrases malveillantes et des piques venimeux à dose régulière contre leurs camarades comme s’ils voulaient régler des comptes personnels.

Sinon comment comprendre qu’au moment où tous les militants se plaignent quotidiennement de carence de solidarité et de la cohésion au niveau de la hiérarchie du parti, certains caciques s’installent bien sur leur cheval de Troie pour tirer à boulet rouge sur tel ou tel militant.
Bien sûr tout le monde veut la même chose. Sortir le parti socialiste du marasme et de la léthargie actuelle. Autant l’échec  est à assumer collectivement même si les responsabilités sont  partagées, autant le combat pour redresser le parti exige la conjugaison des synergies.

 Et ce n’est pas la seule affaire d’un élu, ni d’un dirigeant, ou encore moins celle d’un militant de base pris individuellement quelque soit la force de sa parole qui pourrait remettre, comme par un coup de baguette magique, le parti sur les deux pieds. Personne n’est encore arrivé jusque là à démentir ce dicton : « l’Union fait la force ». Les gesticulations isolées mêmes justifiées ne dédouanent pas l’auteur de l’observance des règles communes autrement à chacun son délire.   

Alors que la majorité des français espère au sursaut rénovateur  de ce Grand Parti au passé glorieux, force est de constater malheureusement que les opposants de cette formation politique se comptent parmi ses propres militants, notamment ses dirigeants, du moins certains d’entre eux. La bonne foi  des uns s’oppose à l’hypocrisie des autres. On dirait même mieux à la détermination destructrice des autres. Inutile de citer des noms car les militants les reconnaissent facilement.

Pour qui observe attentivement, les propos, les faits et gestes de certaines personnalités du parti socialiste et non des moindres, on arrive à cette conclusion toute simple : le Parti socialiste est bien miné de l’intérieur même. Sans une vraie purge des éléments nuisibles comme des tomates pourries, il est à craindre l’émiettement voire la décadence de ce parti. Finalement à force de n’avoir plus foi en la capacité du parti à se reconstruire, certains ont clairement opté de scier la branche d’arbre sur laquelle ils sont royalement assis.

Ils oublient même parfois d’avoir bâti toute leur carrière politique grâce à ce parti. La meilleure façon pour eux de lui rendre service, c’est de se battre à l’intérieur du système pour faire passer des idées forces, des propositions nouvelles et originales de nature à enrichir le débat intellectuel. Au lieu de perdre inutilement le temps en distillant sur des chaînes radios et/ou télés des morceaux d’idées totalement inopérantes au cas par cas, pourquoi ne pas envisager des séries de tables rondes, des forums, des conférences ou des ateliers thématiques pour réfléchir sur des grands sujets de sociétés, préoccupations actuelles des français. 

La direction  du parti, notamment la Secrétaire Générale Martine Aubry doit réellement faire bouger le parti au lieu de s’abriter derrière de discours creux, des incantations redondantes et des initiatives ou des actions à peine convaincantes comme c’est le cas de la lettre adressée aux partenaires de la gauche. Si l’idée n’est pas mauvaise, le timing semble totalement inopportun et la chose peu nourrie de réflexion conséquente. Au lendemain d’un gâchis électoral où le parti sort très affaibli, c’est politiquement inapproprié  de choisir ce moment là pour appeler à l’union de la gauche.Le rapport de force en politique est un élément déterminant pour négocier avec un partenaire quel qu’il soit.

 Et Martine Aubry, même entourée de ses conseillers politiques semble oubliée cette règle élémentaire. Elle s’est naïvement bornée d’envoyer la lettre aux responsables de la Gauche à l’exception du Nouveau Parti Anticapitaliste ( NPA) d’Oliviers Bessansnot  pour des raisons évidentes. Elle pensait qu’ils applaudiraient tous comme un seul homme mais finalement elle s’est heurtée à un mur d’incompréhension. Les européennes ont bien laissé des traces et surtout elles ont eu pour conséquence de décomplexer les autres partis de la gauche vis-à-vis du parti socialiste.

 Dorénavant la partonne du Parti Socialiste (P.S.) doit repenser son logiciel stratégique  pour être efficace et durable. Le parti socialiste devrait cesser de considérer le  Parti Communiste (P.C.), les Verts, le Parti de Gauche (P.G.), le Parti Radical de Gauche (P.R.G.), le  Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) sous tutelles. Ils se sont totalement affranchis à la faveur des européennes 2009. Si le parti socialiste ne fait guère attention, la recomposition du paysage politique à gauche risque de tourner  en sa défaveur.

D’ailleurs la Gauche Plurielle, version Mitterrand( le défunt président français) pourrait-elle encore être possible et opérante même envisagée sous une autre forme? La gauche est tellement traversée par des querelles de courants, d’idéologie que son message semble totalement brouillé et son unité presque compromise. Le Parti Socialiste(P.S.) doit explorer sérieusement au plus vite, une autre stratégie d’alliance, et la plus crédible, à notre avis,  c’est le tandem Parti Socialiste(P.S.)-Modem-Verts pour espérer battre un jour la majorité de Droite confortablement stable au Pouvoir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article