Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                                                    Moussa Torna

Gare de Toulouse Matabiau,  mercredi  15 juillet 2009, Moise Camara  effectuait ce soir un voyage en train à destination de Paris pour une impérieuse nécessité le lendemain après-midi. Il arrive d’un air décidé accompagné de son cousin qui était lui-même très en forme. Aussitôt arrivés dans l’enceinte de la gare, ils jetèrent comme tout le monde un regard sur le panneau géant indiquant les horaires de train au départ, question d’avoir le cœur net en cette période de grandes vacances et des perturbations récurrentes du trafic soit à cause des incidents techniques ou des mouvements de grève du personnel.

Le départ du train était prévu pour 22h 25 minutes  alors que Moise Camara  était sensé le prendre à Montauban comme indiqué sur son billet, il se présente devant un agent de contrôle de la SNCF pour  le lui expliquer ce à quoi il s’entend dire de payer  8,5 euros  correspondant  au trajet Toulouse/Montauban. Pourtant, ni lui ni son cousin ne  possède cette modique somme à cet instant précis. C’est alors que son cousin se rend immédiatement dans un distributeur de billet pour revenir une dizaine de minutes plus tard avec un billet de 20 euros  Moise Camara  tend alors cette somme à l’agent de contrôle qui encaisse au final seulement 6,2 euros, au tarif de moins de 25 ans, une sorte de faveur , malgré lui par défaut de pièces de monnaie.

Entretemps son  cousin voit apparaître  maman Diané, d'oirgine sénégalaise d’un âge respectable qu’il connaît bien. Elle voyage également sur Paris à bord du même train que Moise Camara  Ils se mirent à deux pour aider cette dame à transporter ses gros valises jusqu’à la voiture 15, couchette 82. Elle les remercia pour ce geste d’amitié et de respect envers une personne âgée.

Pendant ce temps, il ne reste que dix minutes pour retrouver la voiture 10 et la place 28 de Moise Camara qui se précipite suivi de son cousin à l’arrière du train et finissent par y arriver. Son cousin resté au sol ne le quitte pas des yeux pendant que Moise Camara se tient devant la portière qui se referme soudainement. Ils se disent alors au revoir par de grands gestes de main. Le train démarre et le voyage peut enfin commencer Moise Camara cherche alors sa place et par inadvertance, il vient s’installer à côté d’une belle fille noire au tempérament calme et respectueux.

Au bout d’un quart de trajet, il s’aperçut de s’être trompé de siège, au lieu du siège  27 c’est plutôt le 28 en face dans l’autre rangée. Il profite alors de l’arrêt du train à Montauban pour regagner sa vraie place en priant la fille de le laisser passer. Au même moment, les passagers montent à bord. Soudain, un jeune homme assez grand se présente à lui, cherchant le siège 22 qui se trouve juste côté fenêtre mais il l’oriente ailleurs. Quand il voulut s’asseoir, surgit une autre passagère qui vint au même endroit alors il revint aussitôt et effectivement c’était bien là  son siège à côté de lui. Et sans savoir, ils allaient pour la même circonstance à Paris.

Dès qu’il prit place et après les salutations d’usage, ils finirent par se connaître car ils avaient un ami en commun.  Ils se mirent à échanger quelques idées  et partager de petits secrets relatifs à ce qui les attend à Paris. Le train roule très vite et le prochain arrêt semble encore loin. Tous les passagers sont silencieux, religieusement assis à part deux filles qui donnent l’air de personnes qui partagent en commun une passion. Elles n’arrêtent pas de parler, de rire sans, bien sûr perturber leurs voisins.

A quelques kilomètres de Cahors, Moise Camara reçut un coup de téléphone d’un ami  lui prodigue des conseils. Cet ami en profite pour échanger quelques mots en arabe avec le jeune homme de nationalité irakienne, assis à côté de Moise Camara. Cela dura à peu près cinq minutes.

Le train fait alors un arrêt à Cahors, il était 23h 40 minutes presque tous les passagers  étaient respectivement endormis dans leur siège. De Cahors, le train poursuit son voyage pour arriver à Brives la gaillarde à minuit. Cet arrêt dure quasiment une heure du temps, le plus long de tout le  trajet. Heureusement, certains passagers s’en rendront compte, car ils étaient très fatigués et endormis. Les principaux arrêts avant d’arriver à Paris, ce sont Limoges, Châteauroux, Vierzon. Paris étant situé à 184 kilomètres de cette dernière ville à vol d'oiseau, le train à bord duquel se trouve Moise Camara arrive finalement à 6h 53 minutes  au quai de la gare d’Austerlitz entre temps les passagers endormis s'étaient reveillés à dix minutes du dernier arrêt.  

Dès l’annonce de l’arrivée à destination du train, les passagers se mirent quasiment debout, les uns mettant une autre tenue, les autres tenant leur valise en main, les visages soulagés  mais plein de fatigue. Chacun doit maintenant regagner le lieu de sa destination finale soit en bus, en taxi, en métro ou RER, ou encore à pied.
Au bout de quelque instant, tous les passagers vidèrent l'enceinte de la gare.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article