Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                              Père, bien que je t’énerve, je t’adore. 
    -Père, tu te présentes comme mon  père, mais quand je m’apprête à me jeter dans tes bras comme le saut d’un poisson dans l’eau, tu disparais dans un silence de cimetière. Tu me dis que je fais ta fierté, mais quand je me laisse  tomber dans tes bras, tu m’esquives comme si jamais  auparavant tu m’as serré dans tes bras. Je trépigne de colère contre toi, mais père,  tu passes  sans faire cas de moi. Depuis lors, je ne t’ai plus revu. Pourtant ma mère ne cesse de me dire que tu es présent, mais je te sens nulle part, ni le jour, ni la nuit. Malgré tout cela, ma mère me dit à quel point tu m’aimes et tu es bien là pour nous. Je veux que tu le sache père, ma mère et moi, nous sommes inséparables.


-Père, ma mère me dit que tu es un homme fort, mais à quoi sert  une force  qui ne protège pas le fils? Tous les jours, je suis battu et humilié par d’autres enfants de mon village. Je pleure en versant des larmes comme l’eau d’un fleuve. Mais père, nulle présence  de toi. Où es-tu donc ? Pourquoi disparais-tu au lever du soleil, au moment  où  le monde se réveille et  le coq chante le bonheur matinal ? Pourquoi disparais-tu au moment où ton fils meurt d’envie de t’appeler Abbas,  père ? Je t’en prie, écoute cette voix qui t’appelle, même si  ton amour pour moi s’est fané comme celle d’un nénuphar. 

 -Aujourd’hui, père, je grandis sans toi comme une herbe sauvage, parce que tu n’étais jamais là pour prendre soin de moi comme ma mère. Tu as disparu, on dirait une personne criblée de dette fuyant le harcèlement de ses créanciers. Pourtant, je veux seulement être serré contre toi et d’avoir le droit d’être cajoler et aimer comme  tant d’autres enfants du monde.  Père, pourquoi agis-tu ainsi ? Malgré tout cela, ma mère me dit que tu es un père très affectif, un vrai père, parce que tu m’aimes. Pourtant, je souffre de ton absence et tout ce qui va avec. Je suis fatigué d’entendre de belles paroles sans actes. Que vaut un enfant sans ses racines ?  Que vaut un père sans une bonne progéniture? Je pleure  pour moi, pour toi et pour ma mère et pour tous les enfants de la terre qui souffrent comme moi. Je pleure pour tous les enfants orphelins de père ou ceux qui sentent un vide parental.

-Père, ma mère me dit que tu es submergé des difficultés. C’est pourquoi, père, tu n’es  plus visible, tu ne  me sers plus contre toi. Père, ma mère me recommande de te pardonner. Je pense qu’elle a raison. Sinon que ferai-je sans toi ?  Je sais au fond de moi que tu étais irréprochable comme père. Je n’étais pas seul à vivre ce calvaire car  ma mère  en souffrait également. Elle n’avait plus cette peau lisse et brillante. Personne ne lui voulait au secours. Pendant que les autres femmes se faisaient épauler par leurs époux, toi père, tu te faisais  entourer uniquement  par une horde des maîtresses,  des véritables vipères. Père, pendant que d’autres enfants savourent avec joie les  cadeaux qui leur sont offerts par leurs pères, mon visage s’assombrie de tristesse et ma gorge se noue d’amertume.  

-Père, ma mère pleure, elle s’est battue  sauvagement avec une  maîtresse à toi. Ma mère a été humiliée par elle. Pendant de longues années, elle sera la risée de toutes les femmes du village. Que dire de plus ?  J’ai pitié de ma mère qui ne sait  à quel saint se vouer. Elle se lamente sans cesse. Je suis très triste pour ma mère. Elle ne mérite pas ce qui lui est arrivée à cause de toi. Pendant longtemps, je  serai hanté par ces mauvaises images de toi : d’un père irresponsable, alcoolique,  paresseux, inconscient, imprudent, naïf, violent, infidèle. Que tu sois présent ou absent, père c’est pareil.  Quand le village se réveille, jamais tu te montres dans la maison. Tu te caches semblable à un  hibou dans une grotte de peur d’être dévoré par les prédateurs. Malgré tout cela, ma mère est restée digne et courageuse. Elle continue à parler bien de toi comme si tu le méritais.

Père d’Afrique, d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Océanie, que pourrai-je te dire autant, sinon que je t’aime ?  Aujourd’hui ma colère s’est t’envolée comme un oiseau dans la nature, et mon cœur revient à des meilleurs sentiments pour retrouver la tendresse et l’affection perdues.  Rien dans ce monde ne vaut plus que  toi. Dans cette chaleur écrasante du désert,  ta présence c’est comme un lac de fierté pour moi. Rien  Dans un  monde aussi changeant comme la métamorphose d’un caméléon, rien ne vaut plus que toi. Aujourd’hui père, je donne raison à ma mère qui ne dit jamais mal de toi, pourtant tu ne faisais rien pour arranger les choses. Ma mère était toujours une femme positive même si pendant longtemps, tout le village médisait contre toi en égrenant comme un chapelet tous les défauts qui enlèvent à l’homme toute sa dignité humaine 

 Aujourd’hui père, tu as changé et tu as tout abandonné pour redevenir ce bon père respectable et respecté de tous. Ma mère te pardonne et t’accueille à bras ouvert.  Tu sais qu’elle nous aime tous les deux. Tu ne cesses  de dire que  je suis ta progéniture et comme telle, nous sommes redevenus très proches. Maintenant, Je te sens près de moi,  peu importe que tu sois pauvre, malade, invalide, albinos. J’exulte de joie d’avoir en face de moi mon père et ma mère comme tous les enfants. Aujourd’hui père, j’ai tout oublié et le cœur de ma mère est comblé de joie pour avoir retrouvé l’amour perdu et un père repenti.Père, merci infiniment.Car, aujourd’hui notre maison est semblable à une touffe d’herbe couverte de rosée. A présent, je suis fière de me sentir comme un enfant bien aimé.

 

                                                                                                  

                                   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mounira Mitchala 21/06/2009 17:35

Salut à tous les lecteurs du blog,

Je suis particulièrement et profondement touchée par l'article sur les pères,je suis une artiste et je chante beaucoup sur le droit de l'enfant et de la femme,lire cet article écris par un homme,un père,un époux,un frère m'emeue encore plus.
cet amour du père est primordiale pour nous tous ,l'amour n'a pas d'age ,nous en avons tous besoin,les enfants encore plus,par ce qu'ils sont en pleine construction,l'adulte de demain.C'est comme un arbre qu'on plante et qu'on ne prends pas soin de lui il ne sera jamais droit,une fois grandit on ne pourra jamais le redresser,par ce que sa fondation est faite ainsi.
je crois qu'il est temps que les pères prennent leurs responsabilités,c'est un droit pour l'enfant d'être aimer par son père,et surtout qu'il recente cet amour par des preuves,je veux dire par des actes,ce manque d'amour paternel est une souffrance intérieur terrible,qui s'accroit en plus au fil du temps,qui poursuivra l'enfant toute sa vie,des questions que l'enfant ou même l'adulte se pose et qui n'obtient jamais de réponse,comme pourquoi il ne même pas? pourquoi se comporte il méchament envers moi?bref,il devient handicapé.
l'amour d'un père fais partie des choses les plus chères au monde,il ne suffit pas seulement d'être là,mais aussi d'apporter a l'enfant cette chaleur qu'il soit fille ou garçon?là encore les aimer également,contrairement à l'amour que nos mères nous apportent sachions que rien ne peux l'égaliser au monde.
l'éducation d'un enfant qu'il soit fille ou garçon demande la présence de son père et de sa mère,c'est pas pour rien que la nature a voulu que çà soit la synthèse d'un homme et d'une femme,la résponsabilité est bien partagée dès le départ ,le mètre au monde ne signifie absolument rien du tout.
Je crois que je vais m'inspirer de cet article pour écrire et composer une autre chanson sur mes prochain disques.
Merci A.Zeidane Bichara

Bise à tous

Mounira Mitchala