Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Publiée par l’Agence France Presse(AFP) depuis le vendredi 31 décembre 2021 ,cette information nous fait état de la décision du chef de la junte militaire au Tchad fixant vendredi au 15 février le début du « Dialogue National Inclusif » censé réconcilier les Tchadiens et conduire à des élections présidentielle et législatives, lors de ses premiers voeux télévisés à la tête du pays.Mahamat Idriss Déby Itno a promis « un dialogue sans tabou et souverain qui commencera le 15 février 2022 et dont les conclusions seront pleinement exécutoires ». « Une nouvelle Constitution va être adoptée par voie référendaire et des élections générales, transparentes, libres, crédibles et démocratiques vont être organisées » à l'issue du dialogue, a-t-il ajouté.

Selon le rappel de l’AFP, Mahamat Idriss Déby Itno, qui a pris le pouvoir au Tchad à la tête d'un Conseil militaire de transition (CMT) à la suite de la mort de son père Idriss Déby Itno, tué en avril au combat contre des rebelles, a mis en place en août un comité technique spécial chargé de préparer le Dialogue National Inclusif devant initialement se tenir fin 2021.Il a aussi promis lors de son accession au pouvoir des élections « libres et transparentes » promises dans un délai de 18 mois renouvelable une fois. « De larges consultations de différentes composantes de la société tchadienne ont été organisées, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays à la satisfaction de tous », a-t-il assuré. L'opposition la plus dure reste toutefois réticente à participer au dialogue national tel que souhaité par le président du CMT. Vendredi, la plateforme de la société civile Wakit Tamma et certains partis d'opposition ont dénoncé dans un communiqué « les décisions unilatérales, non consensuelles et illégitimes » du CMT et ont rappelé leur exigence de modifier la charte de transition « incluant notamment la clause interdisant à tous les dirigeants de la transition de participer aux élections à la fin de la transition ». «Notre engagement est aujourd'hui reconnu et apprécié par l'ensemble de la communauté internationale », a également souligné dans son discours Mahamat Idriss Déby. Aucun pays n'a à ce jour dénoncé la prise du pouvoir par la junte et, immédiatement après sa proclamation comme président de la transition, Mahamat Déby avait reçu le soutien remarqué de la France, l'ancienne puissance coloniale, de l'Union européenne, puis de l'Union africaine.

La Rédaction

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article