Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est une publication de la RTBF de ce samedi 27 novembre 2021, citant l’Agence Belga. Le média belge fait état d’une visite chahutée, sans rencontre qui se termine par un doigt d'honneur du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, dont l’annonce de la candidature à la présidentielle de 2022 n’est qu’une question de jours. Une photo de lui prise par l’AFP a provoqué l'émoi samedi au terme d'une visite mouvementée à Marseille. A la sortie d'un restaurant où il venait de déjeuner, une passante lui a fait un doigt d'honneur. L'écrivain, qui pourrait annoncer mardi ou mercredi sa candidature, selon plusieurs sources a répondu par le même geste en affirmant « et bien profond », sous le regard amusé de sa conseillère Sarah Knafo, selon le photographe de l'AFP qui a assisté à la scène. Un « geste instinctif » qu'Éric Zemmour « assume », se défend  son entourage qui compare ce geste au « casse-toi pauv’con » lancé en février 2008 par le président Nicolas Sarkozy à un agriculteur qui avait refusé sa poignée de main. Mais l'entourage d'Eric Zemmour n'a pas souhaité répondre à la question de savoir si ce geste était présidentiable. « Certainement que ça fait quelqu'un de vrai », a-t-on insisté. « Il nous a dit, on m'insulte, on me fait un doigt, je réponds cash’toi ».

En 2018, rappellent les deux médias belges, commentant  sur RTL la photo d'un jeune faisant un doigt d'honneur aux côtés du président Emmanuel Macron, Éric Zemmour avait estimé que c'était « une guillotine symbolique». M. Macron  a été humilié (...) et donc la France a été humiliée », avait-il expliqué. «Le problème du bien vivre ensemble dans notre pays n'est pas un problème de prénom. C'est un problème de comportement et de savoir vivre », a réagi Hugues Renson, vice-président LREM de l'Assemblée nationale. Cet épisode s'ajoute aux difficultés rencontrées par Éric Zemmour au terme de sa pré-campagne, amorcée  par une tournée de conférences aux allures de meetings et une envolée sondagière qui semble désormais marquer le pas. Outre des sondages qui stagnent ou baissent (12% et 17% au premier tour), des salles qui lui ont été refusées comme à Londres ou Genève, et une organisation fragile critiquée en interne, le polémiste n'est pas parvenu à s'imposer dans ses déplacements. Vendredi, il est descendu du train à Aix-en-Provence au lieu de Marseille où l'attendaient des manifestants. L'après-midi, il a déambulé moins de 15 minutes, dans le quartier du Panier, sous les cris de manifestants : « Zemmour casse-toi, Marseille antiraciste ». Sa déambulation sur le Vieux Port samedi a été annulée. Autre revers, le polémiste  a perdu cette semaine le soutien du financier Charles Gave.

Ahmat Zéïdane Bichara

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article