Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Paix à son âme. Et c’est l’Agence Belga qui rapporte cette information publiée hier jeudi 02 septembre 2021 par la RTBF où justement il est question du rappeur rwandais Jay Polly, détenu depuis avril après avoir été arrêté durant une fête interdite où se trouvaient des stupéfiants.Le détenu décède dans des circonstances encore indéterminées, a-t-on appris jeudi auprès de l'hôpital où il avait été transféré dans la nuit.Jay Polly, de son vrai nom Joshua Tuyishimiye, est arrivé à l'hôpital jeudi vers 03H00, a indiqué à l'AFP Pascal Nkubito, le directeur de l'hôpital Muhima situé dans la capitale Kigali.« Il était dans un état critique et inconscient. Les médecins ont essayé de le réanimer mais il est malheureusement décédé peu de temps après. Vers 03H30, il a été déclaré mort », a-t-il déclaré. « Je ne veux pas spéculer sur la cause du décès. Nous le saurons après l'autopsie », a-t-il ajouté.

L'administration pénitentiaire rwandaise a annoncé dans un communiqué qu'une « enquête approfondie » était en cours pour déterminer l'origine du décès.« Les principales informations dont nous disposons sont que Jay Polly et deux de ses amis (...) ont partagé un mélange d'alcool utilisé par les détenus pour se raser, d'eau et de sucre qu'ils ont préparé eux-mêmes », indique le communiqué, précisant que le rappeur avait "été emmené à l'hôpital de la prison (mercredi) vers 18h" avant d'être transféré à l'hôpital Muhima.Joshua Tuyishimiye, 33 ans, avait été arrêté en avril avec plusieurs autres personnes à son domicile, où se tenait une fête. Les fêtes sont strictement interdites au Rwanda en raison du Covid-19. Les personnes prises en infraction sont contraintes de passer la nuit dans des stades, où sont diffusées sur haut-parleurs les directives sur le Covid-19, ou placées en détention.

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article