Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Déli Sainzoumi Nestor/Journal Eclairages

Le Secrétaire général de la Convention Tchadienne de Défense des Droits de l’Homme (CTDDH), Mahamat Nour Ahmed Ibedou, a annoncé, le 11 septembre 2021, la participation de son organisation au dialogue national inclusif. Ce revirement pour s’adapter au contexte actuel est bien apprécié par les Tchadiens. C’est lors d’un point de presse que Mahamat Nour Ahmed Ibedou  a annoncé au public la décision de la CTDDH. Après analyse de la marche du Tchad en période de transition, une réunion du Comité exécutif élargie au Conseil national de direction de la CTDDH a jugé utile de participer désormais au Dialogue National Inclusif. La CTDDH « entend désormais s’impliquer dans tout le processus de transition ainsi que dans les institutions et instances de notre pays ». Fini le temps de la rue aux côtés des manifestants de la Coordination Wakhit Tamma.

La CTDDH se veut actrice du dialogue national

Mahamat Nour Ahmed Ibedou justifie son choix en ces termes : « la CTDDH n’est pas d’accord avec la manière avec laquelle cette transition est menée ; certes, la CTDDH n’approuve absolument pas les injustices de toutes formes et les manœuvres néfastes ayant conduit à la cherté de vie actuelle. Elle a décidé de ne plus subir mais d’être actrice à part entière car ce pays est notre patrimoine commun et tous les tchadiens doivent participer à sa gestion ».Cette décision courageuse est saluée par les internautes tchadiens. Pour Ibrahim Zakaria Hassan Bahr : « Le vieux Mahamat Nour Ahmed Ibedou a déjà  fait ce qu'il pouvait faire pour le peuple tchadien. Baministe incontesté, ex-militant de première heure du parti MPS, défenseur et militant engagé des droits de l'Homme, cadre chevronné du ministère des finances...Durant les trois dernières décennies, il demeure l'un des rares tchadiens constant dans sa démarche, radical dans ses positions, sincère dans son engagement, loyal avec ses convictions...Ainsi, il a décliné toutes les offres : postes de responsabilité, argent, biens immobiliers...Enfin, il s'est retrouvé affaibli et trahi par certains amis; il a connu plusieurs fois la prison. … Maintenant, s'il décide d'aller au dialogue, je crois qu'il restera libre et fidèle à ses engagements ». Ces arguments sont partagés par Padira Kindé qui déclare que « c’est vrai, Mahamat Nour Ibedou a vraiment souffert pour la cause des Tchadiens ». Korom Acyl Dagache soutient les convictions de Mahamat Idebou et apprécie son déclic : « lorsque l’avenir d’un pays est en jeu, les considérations idéologiques des uns et des autres n’ont aucune valeur. Le fervent défenseur des droits de l’homme, le haut cadre intègre a décidé d’écouter enfin la voix de la raison et de suivre le chemin de la vérité. Son expertise va concourir sans nul doute à lui donner une occasion en or d’être un acteur et non un spectateur de l’histoire. Il a longtemps été utilisé, usé et abusé par ses compagnons de lutte. Le fait de prendre part  à la gestion de la chose publique est un choix louable et salutaire ». C’est ce que dit aussi Abakar Adam Issa : « c’est une décision constructive et salutaire, car la situation de notre pays nécessite que chacun et chacune apporte sa contribution pour l’intérêt général ».

Non à la politique de la chaise vide

Si pour Mahamat Nour Ibedou, cette décision est le fruit d’une profonde réflexion sur le contexte dans lequel se trouve le Tchad, pour beaucoup de ses compatriotes, participer aux différentes initiatives pour relever le Tchad s’impose comme un devoir. « C’est une bonne décision, car il ne sert à rien de faire une politique de la chaise vide », affirme Mahamat Moussa Absakine Gadaya. En effet, commente Mahamat Ali Ateib : « la politique de la chaise vide ne réglera rien». Et Mahamat Ousmane Adam tranche net : « cette volonté de participer aux côtés de la force vie au dialogue national, pour pouvoir apporter une solution aux problèmes tchadiens est une preuve de maturité et d’intégrité».

Ibedou, le militantisme dans l’âme

Fondateur historique de la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme (CTDDH), Mahamat Nour Ahmed Ibedou est connu sur le plan national et international pour son combat acharné pour la défense des droits humains au Tchad. Titulaire d’une maîtrise en droit des affaires et carrières judicaires (Universitaire nationale du Bénin) et d’un diplôme d’inspecteur du trésor de l’Ecole nationale du trésor public (France), l’homme est resté droit dans ses bottes face aux machinations des forces du mal. Sous le régime d’Idriss Déby Itno,  suite aux harcèlements judiciaires, Mahamat Nour Ahmed Ibedou a séjourné plusieurs fois en prison. Suspendu de son poste de Secrétaire général de la CTDDH, il a eu raison des traitres qui ont joué le jeu du pouvoir et a été reconduit à son poste lors d’une assemblée générale extraordinaire de son association le 26 juin 2021.Mahamat Nour Ahmed Ibedou, c’est un homme épris de justice, un défenseur des droits humains clairvoyant. Maintes et maintes fois, il a risqué sa vie pour la défense des sans voix. Aujourd’hui, il fait face à un choix qui engage toute son organisation. Une décision louable. Car, sa participation et celle de ses camarades de lutte au dialogue national inclusif donneront du crédit à cette énième messe des Tchadiens.

Collaboration Journal Eclairages/Regards d’Africains de France

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article