Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 

Merci à Sy Koumba Gali pour la conservation de cette photo.

                  Gaya- Ple Seid, collaborateur spécial

Ainsi, à l'occasion de la journée mondiale de la Liberté de la presse nous rendons hommage à notre frère Saleh Gaba journaliste de formation. Saleh Gaba était arrêté à Mongo dans le Guéra par les agents de la DDS sous le régime d'Hisseine Habré en 1987. Il était décédé dans des conditions inhumaines en prison à la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS) d'Habré.

Plus jamais cela au Tchad contre les journalistes.

Les autorités tchadiennes doivent comprendre l'importance de la journée de la liberté de la presse et le rôle que joue la presse dans la vie de Démocratique d’une nation. La journée mondiale de la liberté de la presse a été instaurée par l'Assemblée Générale des Nations Unies en décembre 1993 après la tenue du Séminaire pour le développement d'une presse africaine indépendante et pluraliste. Ce séminaire s'est déroulé à Windhoek ( Namibie) en 1991, et a conduit à l'adoption de la déclaration de Windhoek sur la promotion des médias indépendants et pluralistes. Cette déclaration de Windhoek exigeait l'établissement, le maintien et la promotion d'une presse pluraliste, libre et indépendante et mettait l'accent sur l'importance d'une presse libre pour le développement et la préservation de la Démocratie au sein d'un Etat, ainsi que le développement économique. Cette journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée traditionnellement le 03 mai de chaque année, date à laquelle la déclaration de Windhoek a été adoptée. Même si l'on célèbre depuis 1993 la journée mondiale de la liberté de la presse, celle-ci s'enrichie encore plus loin dans l'histoire des Nations Unies.

 

En effet, il est stipulé, dans l'article 19 de la Déclaration Universelle des droits de l'homme de 1948 que:« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit... »Aujourd'hui, au Tchad, où d'ailleurs dans le reste du monde, le 03 mai est devenu l'occasion d'informer le public à propos des violations du droit à la liberté d'expression et le moment de se rappeler que plusieurs journalistes risquent la mort ou la prison en transmettant juste la nouvelle au public. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture ( UNESCO ), qui coordonne chaque année certaines des activités qui soulignent le 03 mai, la journée mondiale de la liberté de la presse, nous pensons à une journée de :Action, qui favorise et permet de mettre sur pied des initiatives qui visent la défense la liberté de la presse au Tchad ; évaluation, afin de dresser le rapport de liberté de la presse au Tchad ; qui permet de rappeler aux autorités tchadiennes, les respects des engagements que le Tchad a pris envers la liberté de la presse comme beaucoup d'autres pays à travers le monde.

 

Pour alerter le public et accroître la sensibilisation à la cause de la liberté de la presse ; une journée de réflexion, pour stimuler le débat parmi les professionnels des médias sur les problèmes qui touchent la liberté de la presse et aussi l'éthique professionnelle au Tchad ; une journée commémorative en mémoire des journalistes qui ont perdu la vie pendant qu'ils exerçaient leur profession au Tchad. Une journée d'appui envers les médias qui sont victimes de mesures qui entravent la liberté de la presse au Tchad. Aujourd'hui, dans notre monde moderne, la liberté de la presse est considérée comme une pièrre angulaire des droits de la personne et comme une assurance que les autres droits seront respectés. Elle favorise la transparence et une bonne gouvernance et représente, pour la société tchadienne, la garantie que régnera une véritable justice au Tchad.La liberté de la presse est le pont qui relie la compréhension et le savoir-faire journalistique. Elle est essentielle à l'échange d'idées entre les Nations et les cultures, qui est lui-même une condition menant à une compréhension et à une coopération durable.

 

Au Tchad, les journalistes ne sont pas libres de tout diffuser, ils n'accèdent pas à toutes les sources d'informations et quand ils disent vrai, ils sont accusés de travailler en collaboration avec les rebelles qui sont combattus par l'armée loyaliste. Exactement, comme le cas d'un journaliste/activiste Makaila Nguebla, qui a fait l'objet d'une plainte contre lui en France suite à un article publié sur son blog. Au Tchad, tout journaliste craint pour sa vie et cela le limite et par conséquent, il ne peut faire correctement son métier librement, comme il le faut. Les autorités tchadiennes doivent se rappeler qu'au Sommet de Kinshasa( RDC) d'octobre 2012 comme lors de leur rencontre à Dakar ( Sénégal ) en novembre 2014, les Etats et gouvernements de l'Organisation Internationale de la Francophonie se sont engagés à veiller au respect de la liberté de la presse, à assurer les conditions d'exercice de cette liberté et une véritable protection des journalistes et des autres professionnels des médias dans l'exercice de leurs métiers. Nous rappelons aussi au gouvernement tchadien, leur obligation de respecter et faire respecter le droit de la liberté d'expression consacré par l'article 19 de la déclaration universelle des droits de l'homme et marquent l'anniversaire de la déclaration de Windhoek, une déclaration des principes de liberté de la presse mis en place par des journalistes de presse africains écrite en 1991.Nous souhaitons beaucoup de courage à nos journalistes de l'intérieur et de l'extérieurs de faire davantage leurs boulots avec professionnalisme.

Regards d’Africains de France/ Gaya- Ple Seid

Paix son âme ! Car, c’est avec tristesse et chagrin que nous apprenons le décès de son épouse, survenu, le jour 30 avril 2021 à NDjamena la capitale tchadienne au moment où nous rédigeons ce petit texte en la mémoire de son mari. Nous présentons et adressons nos sincères condoléances à sa famille biologique et ses collègues de travail et amis paix à son âme.

Tél: +4748127122

bitkine2002@yahoo.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article