Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Hier lundi 10 mai, le gouvernement éthiopien a confirmé que des officiers de police et des soldats ont été impliqué dans des viols commis en novembre dernier dans la cadre du conflit dans la région du Tigré. Selon Belga, dont l’information a été publiée ce mardi 11 mai par la RTBF, une enquête a recensé 116 témoignages de viols qui ont eu lieu durant l'offensive militaire pour capturer la ville d'Axoum en novembre dernier, a confirmé le procureur général dans une déclaration. L'enquête a identifié des agents de la police fédérale et des soldats parmi les coupables de viol, poursuit le procureur.

En outre décrit le reporter de l’Agence Belga pour la RTBF, 93 personnes ont été tuées dans les combats à la fin du mois de novembre, et la majorité des tués étaient des combattants du front de libération populaire du Tigré, non des civils. Amnesty International a enquêté sur les incidents au Tigré, et a décompté par moins de 240 tués. L'ONG de défense des droits de l'homme accuse les troupes éthiopiennes et érythréennes de commettre des crimes de guerre.Vendredi, le chef de l'Église orthodoxe éthiopienne a accusé le gouvernement de vouloir « détruire » la région du Tigré, dans une vidéo constituant ses premiers commentaires publics sur cette guerre qui dure depuis six mois dans le nord du pays.La communauté internationale s'alarme de la situation. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a notamment mis en garde le mois dernier contre un « désastre humanitaire » imminent.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article