Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Tout simplement, le monde des humains va mal ! En effet, signée de Belga, la RTBF attire dans une publication datant d’hier jeudi 22 avril 2021 l’attention des personnes conscientes que dans le monde entier, les gens déversent des tonnes d'azote et de phosphore dans les océans, ce qui peut avoir de graves conséquences pour le monde sous-marin. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, tire la sonnette d'alarme car un récent rapport de l'Onu montre que le nombre de « zones mortes » dans les océans. Entre 2008 et 2019, le nombre de zones mortes est passé de plus de 400 à environ 700, selon la deuxième évaluation mondiale des océans de l'Onu, qui rend compte de l'état des océans. Outre le golfe du Mexique et la mer de Chine méridionale, la mer Baltique et la mer du Nord sont particulièrement touchées.Le phénomène se produit naturellement dans certaines régions marines, principalement en raison de la prolifération des algues. Lorsque la croissance des algues est très forte, la teneur en oxygène peut chuter à un point dangereux. Le rejet de nutriments dans l'océan, tels que l'azote et le phosphore, favorise la prolifération de ces algues.

Selon le rapport eut commenté l’Agence Belga avec l’appui de la RTBF, les apports d'azote d'origine humaine sur les côtes devraient doubler au cours de la première moitié du XXIe siècle. En outre, l'augmentation de la température de l'eau due au réchauffement climatique aurait également un impact négatif.Le secrétaire des Nations unies, Antonio Guterres, parle donc d'une tendance alarmante. « La pression exercée par de nombreuses activités humaines continue de peser sur les océans et de détruire des habitats importants », a-t-il déclaré. Il a de nouveau souligné l'importance de réduire les émissions de CO2, car elles sont néfastes pour la vie marine.En revanche, l'Onu constate une évolution positive du nombre d'incidents impliquant des navires. Les accidents sur les océans ont considérablement diminué ces dernières années.Entre 2014 et 2018, 88 navires en moyenne ont été « perdus » chaque année. Au cours des cinq années précédentes, il y en avait encore 120 chaque année. Les incidents liés aux marées noires sont également de moins en moins nombreux.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article