Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Me Djiraibe Kemneloum Delpine du PILC,  Mme Narmadji Céline  de l’AFDCPT, Ngarrassal Saham Jacques du TLP Tchad, Djekouninga Kaoutar Lazare de l’ATPDH, Me Jacqueline Moudeina avocat au Barreau du Tchad/défenseur, Layibe Toudjoumane du DHSF, tous eurent respectivement signé en date de samedi 20 mars 2021 ce communiqué de presse N°001 qui résonne comme un appel à une transition politique au Tchad. Selon ces acteurs de la société civile tchadienne, pour la plupart exerçant le métier d’avocat, exigent avec la dernière énergie le report des élections, en estimant que la transition politique s’impose.

Les signataires dudit communiqué si déterminant à leur yeux se sont indignés de la violence des forces de l’ordre à l’égard des manifestants pacifiques : «Ce jour, 20 mars 2021 la marche pacifique du groupe «Wakim Taman» est sauvagement réprimée par les forces des défenses et de sécurité. Des grenades lacrymogènes ont été jetées sur les manifestants, occasionnant des blessés. Plusieurs manifestants ont été arrêtés, parmi lesquels des leaders des associations des défenses de droits humains et des partis politiques. Nous constatons malheureusement, que les libertés fondamentales notamment la liberté de manifester est encore et encore violée. La volonté de M. Idriss Deby et de son système de se maintenir au pouvoir par la force se confirme encore et encore à travers ces violences sans commune mesure. La répression reste sans contestation le mode opératoire dudit système. Ceci se passe alors que la constitution de la république du Tchad garantit les libertés d'opinions et d’expression, de communication, de religion, de presse, d’association, de réunion, de circulation, de manifestation ».

Les auteurs du communiqué vont plus loin en rappelant le préambule de cette même Constitution qui donne selon eux,  aux Tchadiennes et Tchadiens le Droit de s’opposer énergiquement à tout régime qui se fonderait sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice, la corruption, la concussion, le népotisme, le clanisme, le tribalisme, le confessionnalisme, et la confiscation du pouvoir. Pendant que l’indignation est à son comble affirment-ils à l’unisson. Ils poursuivent : «Nous exprimons toute notre solidarité aux personnes blessées et injustement arrêtées et prions le bon Dieu pour qu’il leur garde sa faveur, ainsi qu’au peuple tchadien meurtri. Il est plus qu’urgent de mettre en place le comité technique pour l’organisation d’un dialogue inclusif. Le gouvernement de transition, issu d’un tel dialogue s’attèlera à l’organisation des élections crédibles, dans un délai de 18 mois. Demandons à la communauté internationale de faire le pas nécessaire afin de participer positivement à la marche du peuple tchadien vers une bonne gouvernance. Peuple tchadien ta liberté naîtra de ton courage !»

Moussa S.Yowanga/Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article