Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est totalement honteux et impensable que le monde des humains soit arrivé à cet état de cruauté animal ! Paix à leurs âmes ! En effet, signée et publiée respectivement par l’Agence Belga et la RTBF, une information de l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH) dans un nouveau bilan qui entre dans sa onzième année, a fait au moins 388.652. Selon l’ONG basée au Royaume-Uni, près de 117.388 civils, dont plus de 22.000 enfants, ont péri depuis le déclenchement du conflit en 2011. Elle précise que les attaques du régime syrien et de milices alliées sont responsables de la majorité des morts de civils. Le comptage précédent de l’Observatoire, publié en décembre 2020, s’élevait à plus de 387.000 personnes décédées depuis le début de la guerre.D’après son Directeur, Rami Abdel Rahmane, il s’agit de l’augmentation annuelle du nombre de morts la plus faible enregistrée depuis le début des combats.Les combats ont diminué en 2020 en raison d’un cessez-le-feu dans le nord-ouest de la Syrie et de la pandémie de coronavirus contre laquelle se sont concentrés les efforts.

Déclenchée en mars 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie par Damas, la guerre en Syrie, qui implique aujourd’hui une multitude de belligérants et des puissances étrangères, entre lundi dans sa onzième année.La même information de l’Agence Belga et de la RTBF indique aussi que l’OSDH a également documenté au moins 16.000 décès dans les prisons gouvernementales et les centres de détention.Le bilan est toutefois sous-estimé, selon l’Observatoire qui précise qu’il n’inclut pas les quelque 88.000 personnes qui seraient mortes des suites de la torture dans les prisons du régime.Damas contrôle actuellement plus de 60% du territoire syrien après une série de victoires depuis 2015 des forces du régime, soutenues par la Russie, contre les jihadistes et les rebelles.Parmi les régions qui échappent toujours à son contrôle figurent la dernière enclave rebelle d’Idleb dans le Nord-Ouest, les zones contrôlées par la Turquie le long de la frontière nord et les parties nord-est du pays sous contrôle des forces kurdes.La guerre a par ailleurs contraint plus de la moitié de la population d’avant-guerre à fuir, et quelque 200.000 personnes ont disparu, rappelle l’OSDH.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article