Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les tensions deviennent de plus en plus vives autour de différents vaccins mis à la disposition des pays pour lutter contre la COVID-19.  Comme en témoigne l’information publiée le vendredi 26 mars par le journal de Montréal selon laquelle le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a accusé vendredi la Russie de vouloir utiliser son vaccin anti-COVID baptisé Spoutnik V comme un outil de propagande.  Intervenant sur la station radio France Info, il a dit : « A la manière dont c’est géré, c’est plus un moyen de propagande et de diplomatie agressive qu’un moyen de solidarité et d’aide sanitaire ». S’appuyant sur l’exemple tunisien, le ministre a fait le parallèle entre les annonces de livraisons de la Russie et celles déjà effectuées par le système international Covax d’aide au plus défavorisés, élaboré par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon lui, la Russie a annoncé avec beaucoup d’environnement médiatique qu’ils allaient donner 30 000 doses aux Tunisiens, très bien Spoutnik ! « Mais dans le même temps Covax a déjà livré 100 000 doses et va en livrer 400 000 d’ici le mois de mai. Et il  y aura en tout quatre millions de doses qui sont prévues pour cette année à la Tunisie.

Ça c’est du vrai travail de solidarité, c’est de la vraie coopération sanitaire », a-t-il indiqué. Plus globalement, M. Jean-Yves Le Drian a déploré la guerre d’influence autour du vaccin dont se livrent les autorités chinoises et russes. «La Chine, la Russie mènent une politique d’influence par le vaccin avant même de vacciner leur propre population », a-t-il dénoncé. Citant le cas de l’Afrique de l’Ouest et précisément du Sénégal, il a ainsi souligné que lorsque la Chine annonçait « avoir livré 200 000 doses à ce pays », Covax lui avait déjà fourni le double. Malgré la réussite claironnée de son vaccin Spoutnik V, homologué dans plus de 50 pays, à grand coup de propagande publique, la Russie éprouve de la peine à vacciner sa propre population, dont une part importante s’en méfie. Pour donner l’exemple, le président russe Vladimir Poutine s’est fait vacciner mardi en toute discrétion, tout en dénonçant vigoureusement les critiques européennes, qu’il qualifie d’étranges eu égard à l’urgence sanitaire et la lenteur de la campagne de vaccination en Europe. Le vaccin Spoutnik V qui a été préalablement accueilli avec scepticisme à l’étranger lors de son lancement en été, a vu sa fiabilité validée en février par la revue scientifique The Lancet. Actuellement, l’Agence européenne des médicaments étudie une demande d’homologation introduite par la Russie.

Moussa S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article