Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans sa publication de mercredi 13 janvier, le média RT France, relaie l’information de l’ONG Portes ouvertes selon laquelle plus de 340 millions de chrétiens ont été «fortement persécutés» à travers le monde en 2020, un nombre en augmentation de 30% par rapport à 2019 et aggravé par la crise sanitaire due au Covid. L’ONG protestante Portes ouvertes publie chaque année un rapport sur la liberté religieuse dans le monde. Le présent rapport datant d’hier 13 janvier porte sur la période du 1er octobre 2019 au 30 septembre 2020, et son Index mondial de persécution des chrétiens est visible sur le site de l'association. L'association protestante constate que plus de 340 millions de chrétiens ont été «fortement persécutés» dans le monde l'an dernier, un phénomène en constante hausse et qui a été accentué par la pandémie de Covid-19. Ces 340 millions de chrétiens de toutes dénominations (catholiques, orthodoxes, protestants, baptistes, évangéliques, pentecôtistes) ont été victimes des discriminations allant de l'oppression quotidienne discrète aux «violences les plus extrêmes». Comparativement, les chiffres de 2019 indiquent qu’environ 260 millions de chrétiens avaient été persécutés et 2 983 tués en raison de leur religion, des chiffres déjà en augmentation par rapport à 2018 et certainement sous-estimés. L'étude de Portes ouvertes cantonne en effet son étude à 50 pays alors que, selon elle, «74 pays ont présenté des niveaux de persécution extrêmes».

Des persécutions aggravées par la pandémie de Covid-19 et concentrée en Afrique et en Asie En 2020, «les minorités chrétiennes persécutées ont dû faire face à des violences sans précédent et une plus grande discrimination. La Covid-19 a amplifié les tendances que nous voyons émerger depuis plusieurs années», selon l'ONG partenaire d'Open Doors International et qui existe en France depuis 1976. Une amplification due au fait que les chrétiens ont dans certains endroits été désignés comme bouc-émissaires responsables de l'épidémie, discriminés dans l'accès aux aides alimentaires gouvernementales, exposés délibérément à la maladie (avec des professionnels de santés chrétiens auquel on assigne des patients atteints du Covid-19, parfois sans protection) ou encore victimes de violences domestiques (des chrétiens convertis se retrouvant enfermés avec leurs persécuteurs lors des confinements), d'enlèvements et de mariages forcés, en raison de la baisse de la protection policières dans l'espace publicSelon Patrick Victor, directeur de Portes Ouvertes France, ces persécutions touchent «un chrétien sur six en Afrique, et deux sur cinq en Asie». Il déplore également que plus de 90% des chrétiens tués l'ont été en Afrique sub-saharienne. En Afrique, c’est le Nigeria  qui arrive en tête des pays où les chrétiens sont tués pour leur foi avec 3 530 morts sur un total de 4 761 à travers le monde, un nombre en hausse de 60% par rapport à 2019.  Portes ouvertes souligne également une division par deux du nombre d'églises fermées, attaquées, endommagées, ou incendiées entre 2019 et 2020 (4 488, contre 9 488 en 2019). Ici, c'est la Chine qui arrive en tête de peloton, loin devant le Nigeria. Pour Patrick Victor, «en Chine, comme en Inde, la persécution des chrétiens est systématique, voire systémique». Toutes persécutions confondues, la Corée du Nord, où «la foi en Dieu est un crime contre le régime» selon l'ONG, occupe la première place de ce triste palmarès annuel. Suivent l'Afghanistan, la Somalie, la Libye, le Pakistan et l'Erythrée. Une situation très préoccupante et qui devrait se poursuivre, les persécutions contre les chrétiens ayant comme moteurs principaux le nationalisme religieux en Asie et l'extrémisme islamique en Afrique, deux phénomènes en extension.

Moussa S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article