Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Mythe ou réalité ? Question bien précise que notre confrère Jean-François Herbecq avec son Collègue G. Kounda, ont tous les deux tenté de répondre dans une information qu’ils ont signé ensemble ,mais publiée depuis hier lundi 12 janvier 2021 par la RTBF.Ainsi d’après les deux journalistes de la RTBF,l’annonce du retour de Cuba sur la liste noire américaine du terrorisme fait réagir. L’administration Trump a annoncé lundi, à neuf jours de la fin de son mandat, qu’elle avait inscrit à nouveau Cuba dans la liste des « Etats soutenant le terrorisme », dont l’île avait été retirée en 2015 par Barack Obama. Cela se traduira par un gel de tout investissement américain à Cuba et donc interdit le tourisme américain à Cuba.Depuis la fin de la présidence Obama, l’administration Trump a alourdi les sanctions envers Cuba : « C’est presque un aboutissement logique », estime Xavier Dupret, économiste à la Fondation Jacquemotte.Pour Xavier Dupret, le communiqué de presse américain n’est pas précis sur l’accusation de donner refuge à des terroristes de nationalité américaine recherchés aux USA. Par contre sur le soutien accordé à la guérilla colombienne : « En effet, en 2019 un attentat revendiqué par l’Armée de libération nationale colombienne visait l’école des cadets de Bogota. Le refus d’extrader les guérilleros de la part de Cuba s’explique aussi en partie par la manière dont la Colombie a torpillé les accords de paix et le référendum qui devait les ratifier. La Colombie est en guerre civile depuis des décennies. C’est décrit par Washington comme étant un soutien à une organisation terroriste ».Des accusations non fondées selon le politologue français Thomas Posado. « Ce n’est pas une raison objective. Je ne vois pas d’éléments pour soupçonner Cuba de soutenir le terrorisme. Ce n’est pas le cas à mon avis. Ce sont d’anciennes accusations connues depuis 2015 et Obama ».

Selon Thomas Posado citent-ils encore le Politologue français, Donald Trump a remporté la Floride grâce à l’électorat de descendants Cubains, qui visiblement apprécient les positions de Donald Trump à l’égard du régime autoritaire cubain. « Cela va obliger à une enquête pendant 6 mois au sein du Département d’Etat. Cela va freiner cette dynamique. La majorité démocrate au Sénat est fragile et l’influence de la communauté latino et particulièrement cubaine en Floride est déterminante surtout en Floride ».C’est donc clairement un choix politique qui pourrait desservir Joe Biden notamment sur ces questions électorales. Le régime de La Havane accusé de « soutenir le terrorisme international de manière répétée en donnant refuge à des terroristes », voilà qui va compliquer la tâche du président élu Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, de renouer avec Cuba qui a réagi en dénonçant cette qualification «cynique et hypocrite ». Le tourisme a commencé à se développer à Cuba grâce à des investisseurs européens surtout mais pas américains. Les sanctions américaines visaient d’ailleurs l’exportation de services, comme le tourisme qui n’a donc pas pu se développer.Xavier Dupret relativise la portée de la décision de l’administration Trump sur l’économie cubaine. Il n’y aura sans doute pas de contrecoup pour les entreprises européennes, aucune extraterritorialité ne devrait les pénaliser. « Si le tourisme se relance, cela dépendra du vaccin et du virus, Cuba recevra des devises de l’extérieur. Les touristes européens ne changeront pas des dollars à Cuba mais changeront leurs devises directement en peso ».Le tourisme serait plus aisé à développer à Cuba si les relations se normalisent avec son grand voisin américain. Mais « Cuba devra une fois de plus faire sans les investissements des Etats-Unis », explique Xavier Dupret. Le tourisme européen peut remettre à flot l’économie cubaine même si l’absence de touristes américains sera pénalisante.La plupart des touristes à Cuba viennent d’Europe, les chaînes d’hôtellerie espagnoles sont présentes, mais selon Xavier Dupret, « l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages chinois pourrait amener du tourisme asiatique » d’ici une quinzaine d’années. Xavier Dupret s’attend à ce que le gouvernement de La Havane tolère bientôt l’usage de l’euro sur le territoire cubain.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article