Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les Centrafricains ont voté dimanche 27 décembre pour élire un président et des députés mais une grande partie en a été empêchée dans un pays toujours en guerre civile et sous la menace d’une nouvelle offensive rebelle contre le régime du sortant et favori, Faustin Archange Touadéra. À Bangui, des Casques bleus de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) ont gardé les bureaux de vote. Les groupes armés, qui contrôlaient déjà deux tiers du territoire, avaient juré, il y a une dizaine de jours, de « marcher sur Bangui » pour empêcher le scrutin. Ils se sont toutefois pour l’heure tenus à distance de la capitale de ce pays parmi les plus pauvres du monde en dépit des richesses de son sous-sol. Toutefois, certains de ces groupes armées eurent réussi à détruite des urnes au lendemain des scrutins en attaquant hier lundi 28 décembre des bureaux de vote de ce pays de l'Afrique centrale, où se sont déroulées ce dimanche 27 des élections présidentielle et législatives.

Selon l’Agence Belga citée par la RTBF, les attaques ont eu lieu dans les villes de Carnot, à 300 km à l’ouest de la capitale, Bangui, à Nola, dans la région de la Shanga, à plus de 600 km à l’ouest de Bangui, et à Bambari, la quatrième ville du pays, à 380 km au nord-est de Bangui, a indiqué un membre de l’administration locale, Evariste Mongo.Ces attaques n’ont fait aucun blessé. Le président sortant Faustin Archange Touadéra accuse l’ex-chef de l’Etat François Bozizé, renversé en 2013 par une coalition de groupes armés, la Séléka, de mener ces derniers jours une « tentative de coup d’Etat » à la tête de la rébellion. Selon la Minuca, les rebelles bénéficient effectivement du soutien de M. Bozizé, dont la candidature à la présidentielle a été invalidée par la cour constitutionnelle. La Russie, soutenant ouvertement depuis 2018 le gouvernement Touadéra, a envoyé 300 «instructeurs militaires», en fait des paramilitaires de sociétés privées russes de sécurité en renfort de centaines de leurs pairs déployés depuis plus de deux ans. Et le Rwanda a dépêché des soldats d’élite hors Minusca, « des centaines », selon Bangui.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stop Pub Overblog 29/12/2020 14:15

Merci pour cet article, au plaisir de vous voir.