Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La RTBF a publié le lundi 16 novembre le décryptage par notre confrère Paul Verdeau de l’interview de l’ancien président américain Barack Obama par des médias américains à l’occasion de la sortie de ses mémoires compilés sous le titre : « A Promised Land ». Profitant de cette occasion, l'ancien homme fort des USA avait également réagi à l’élection présidentielle mouvementée de ces derniers jours. Lorsque la présentatrice vedette Oprah Winfrey lui a demandé ce que ça lui faisait de voir Joe Biden, son ancien vice-président, élu, il s’est dit « ravi » : « Joe est quelqu’un qui a toujours été à mes côtés pour toutes les décisions que j’ai prises pendant 8 ans, il est devenu un frère, un véritable ami », raconte-t-il. Il s’est également réjoui du parcours de Kamala Harris, future vice-présidente, qui était parmi ses « premiers supporters » en 2008, année de son élection. « Je pense qu’ils ont le caractère et l’expérience de faire un travail incroyable, à une époque très compliquée dans ce pays, affirme Barack Obama. Mais au-delà de cette proximité personnelle, je pense que cela nous donne une chance de revenir à un gouvernement compétent et aidant, dont nous avons cruellement besoin et que le monde attend des Etats-Unis ».

En parallèle, raconte  avec beaucoup de précision le journaliste de la RTBF Paul Verdeau, l’ancien président s’est en effet montré très critique vis-à-vis du mandat de son successeur, Donald Trump. «Nous avons vécu une présidence qui a remis en question une grande partie de normes institutionnelles de base», regrette-t-il dans un entretien avec le journaliste de CBS Scott Pelley. Notamment lorsque Donald Trump a refusé d’admettre la défaite qui se profilait… « Je pense qu’il était temps pour lui de concéder sa défaite le lendemain de l’élection », assène Barack Obama, avant de donner un conseil au président : « Si vous voulez, à cette dernière étape du jeu, que l’on se souvienne de vous comme quelqu’un qui fait passer le pays avant tout, il est temps pour vous de le faire ». Au-delà de Donald Trump lui-même, Barack Obama estime que les quatre dernières années ont vu la démocratie américaine bafouée, pas seulement par le président. « Je suis plus préoccupé par le fait que des responsables républicains qui s’y connaissent clairement mieux, le soutiennent», note l’ancien locataire de la Maison-Blanche. C’est une nouvelle étape dans la délégitimation, non pas de l’administration Biden, mais de la démocratie en général» .Car Barack Obama tient à faire la distinction entre « les vraies différences de vision entre les démocrates et les républicains, sur des sujets complexes l’avortement, les taxes  […] et la diabolisation des adversaires, le fait de bafouer les normes et les règles institutionnelles, ce genre de choses que j’ai vues au cours des quatre dernières années, et qui mettent en danger la démocratie telle qu’elle devrait fonctionner», explique-t-il à Oprah Winfrey. Selon l’ancien président, Joe Biden et Kamala Harris auront la lourde tâche de «donner un ton différent» et «rééquilibrer» les choses. « Il faudra rappeler qu’on ne peut pas saisir la justice contre des ennemis politiques, mélanger les intérêts économiques personnels avec ceux du gouvernement, que le président ne peut pas mentir de façon régulière ou remodeler la vérité pour qu’elle lui convienne, qu’il ne peut pas traiter les journalistes d’ennemis de l’Etat », affirme Barack Obama. Autant de choses que Joe Biden et Kamala Harris pourront tenter de réparer, en « donnant un ton différent ». Mais cela ne suffira pas, estime Barack Obama : « il faudra travailler, non pas seulement au niveau présidentiel, mais en tant que société civile nous puissions dépasser ces divisions profondes qui continuent de produire des blocages ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article