Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                Steven Ngarhokarial,  Journal Eclairages

Par un arrêté municipal N° 141/RT/VM/SG/SRH/2020, la 2e adjointe au maire de Moundou, Mme Dotelmbaye Isabelle, a suspendu le secrétaire général de la commune Alladoum Mbairam de ses fonctions pour insubordination et détournement de fonds. Contre toute attente, le Secrétaire général du département de Lac wey, Djasnan Diondi, réhabilite illico presto son « ami », en annulant la décision de l'exécutif communal.

La Covid-19 n'est pas le seul virus à menacer le travail des maires de Moundou. Alladoum Mbairam, nommé par arrêté municipal N° 051/VM/SG/SRH/2020 du 14 mai 2020, sous la pression de l'ex gouverneur du Logone occidental, Dago Yacoub, est un autre cas. Il est en train de conduire lentement, mais sûrement, la commune de Moundou au bord du précipice selon Mme Dotelmbaye Isabelle, la deuxième adjointe au maire. « Dès sa prise de fonction, malgré le fait qu'il ne réponde pas aux critères de nomination d'un secrétaire général de la mairie, Alladoum Mbairam pousse de zèles inadmissibles allant du manque de respect envers les chefs de services et agents, à l’insubordination caractérisée à l'encontre de ses chefs hiérarchiques que sont les maires élus. Aussi, les mesures d'ordre intérieur que nous avons prises pour le bon fonctionnement des services ont-elles été déférées au juge par ses soins sans que la loi ne lui en donne la qualité », explique-t-elle. Dépassé par les agitations de Mbairam que d'aucuns assimilent à un « fanfaron »,l’exécutif communal a été amené à prendre en date du 16 octobre 2020, l’arrêté N°141/RT/VM/SG/SRH/2020 pour le suspendre de ses fonctions, au regard de la loi 002/PR/2000 du 16 février 2000 qui lui en donne quitus.

Djasnan Diondi ou l'ami « omnipotent» de Mbairam

Péremptoirement, dans la transcription officielle de la note du secrétaire général du département de Lac wey, Djasnan Diondi, la tutelle s'est prononcée contre Mme Dotelmbaye Isabelle, parce qu'elle n'a pas obéi au « Zak » Alladoum Mbairam, le protégé d’une des nièces du maréchal chef de l'Etat, Idriss Deby Itno. «Le même jour, Djasnan Diondi intervient en prenant un arrêté pour annuler cette suspension qui relève pourtant d'une simple mesure disciplinaire contre un agent indélicat. En quoi la suspension d'un secrétaire général de la commune violerait-elle les dispositions légales, pouvant susciter l'intervention illico presto de l'autorité de tutelle?», s'est interrogée Mme Dotelmbaye Isabelle. Quel que soit le soutien dont Alladoum Mbairam bénéficie, la deuxième adjointe au maire de la commune signe et persiste. «Notre arrêté de suspension reste, demeure et produira tous ses effets jusqu'à preuve du contraire», a-t-elle lâché. C'est sans comprendre qu'elle n’a pas les couilles solides pour supporter l’ensauvagement de l'autorité de tutelle. Puisque, sous la rage du gouverneur de la province du Logone occidental, elle a fini par courber l’échine. Dans un raisonnement aussi foireux que dénué de tout sens, Dotelmbaye Isabelle a accepté quand-même de donner le baiser de Judas à Alladoum Mbairam. Cette scène digne des rejetons d’une même cour, a laissé perplexe certains conseillers municipaux qui entendent intensifier d'autres actions pour redorer le blason terni de la commune de Moundou. Surtout que dans un passé encore récent, comme un fauve, Alladoum Mbairam a bondi sur la « bonne dame » pour en finir avec elle dans ses bureaux, le conseil municipal ne supporte guère qu'une telle espèce occupe une fonction aussi prestigieuse que le secrétariat général de la mairie.

Le prix de la traitrise !

Certains sages de la localité estiment que la malédiction est entrée dans la commune depuis le jour où une cabale a été ourdie au sein du conseil municipal contre Laoukein Kourayo Médard pour l'envoyer jusqu'à la prison de Madaga. En attendant la repentance des membres dudit conseil, pointe-t-on, le loup est dans la bergerie et a du temps pour faire de ravages. Les maires seront toujours battus, humiliés au grand dam de tous, et les réserves de la commune vont toujours être bradées, avec la bénédiction du secrétaire général du département de Lac wey, Djasnan Diondi.

Collaboration Journal Eclairages/Regards d’Africains de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article