Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Au lendemain de la fin des travaux du 2e forum national inclusif controversé, le Président du parti Les Transformateurs a accepté de répondre pour la seconde fois à la série de questions de la Rédaction des Regards d'Africains de France. Cet entretien est essentiellement axé sur la politique intérieure du Tchad dans un contexte assez particulier à l'approche des futures élections présidentielle et législatives prévues l'année prochaine. Une fois de plus merci pour votre disponibilité Dr Succès Masra.

Que diriez-vous de l'absence des Transformateurs aux assises du 2e forum national inclusif ?

Succès Masra : Vous avez été témoin de la volonté manifeste d'exclure les Transformateurs de tout processus démocratique. Nous ne serons donc plus dans l'inclusif. Peut-être  faut-il rappeler à ces membres du Gouvernement  que le mot inclusif  qui vient du verbe inclure, ça veut dire  qui rassemble tout le monde et que le contraire de inclure c'est exclure.

Le nouveau chronogramme du processus électoral fixe les élections présidentielle et législative respectivement en avril et octobre 2021. Quel regard portez-vous sur l'ensemble du processus électoral conduit aujourd'hui par la CENI?

Les Tchadiens de la Diaspora ne sont pas recensés, c'est injuste et inacceptable. La mise à jour du fichier électoral s'est fait à une période où la saison des pluies venait à peine de terminer, rendant inaccessible une grande partie du pays la plus peuplée. La question de la possibilité d'afficher les résultats électoraux futurs dans les bureaux. Certaines provinces et quartiers considérés pro-opposition ont été boycottés dans les enrôlements avec des machines ou groupes électrogènes en panne ou encore des kits d'enrôlement programmés pour démarrer chaque 10 enregistrements pour 30 min, rendant ainsi impossible un enregistrement de plus de 100 personnes par jour.  L'absence de kits d'identification des électeurs dans les bureaux pour éviter les doubles votes. Des mineurs enrôlés grâce à des actes de naissance pré-remplis par des  sous-préfets, voilà autant  des couacs déjà observés à date. La vigilance sera la règle  pour veiller dans les bureaux des votes le moment venu et exiger que les dépouillements et résultats se donnent à chaque bureau où nous aurons nos observateurs.

Que comptez-vous faire si les conditions d'âge pour se présenter à la présidentielle demeurent inchangées au lendemain du 2e forum auquel vous semblez nourrir tant d’espoirs ?

Je suis candidat à l'élection présidentielle de 2021.  Je réponds ainsi par responsabilité et patriotisme à l'appel de ces 80% des Tchadiens qu'on veut exclure. Le peuple, vous l'avez vu, même en plein forum de 2020, comme au forum de 2018,  a exigé que le même âge plancher de 35 ans soit remis pour permettre la candidature à la Présidentielle de 2021, en conformité ainsi avec la Charte africaine de la Jeunesse ratifiée par notre pays qui est un pays jeune avec un âge moyen de 25 ans. Nous les Transformateurs, avons exigé le principe tout électeur est éligible sur critère d'âge, soit 18 ans. Mr Deby a donc là devant lui, l'opportunité de revenir sur cette constitution et il ne peut plus se cacher derrière une résolution imaginaire de 2018 puisqu'il n'y avait aucune résolution du Forum de 2018 qui avait demandé cet âge de 45 ans introduit uniquement pour éliminer votre Modeste serviteur. Et en 2020, vous l'avez tous vécu en direct à la télévision nationale, sur 10 interventions officielles sur la question d'âge, 70% a demandé un âge compris entre 25, 30 et 35 ans. La moyenne de  25, 30 et 35 ans ce n'est pas 40 ans et cette moyenne politique est une moyenne de l'apartheid que nous n'accepterons jamais au nom de ces 80% des Tchadiens qu'on veut réduire à être des citoyens de 4ème catégorie. L'ironie de l'histoire dans tout cela c'est que Mr Deby arrivé lui-même au Pouvoir à notre âge, est même celui que les Chefs d'Etat africains ont choisi pour être défenseur de la cause de la jeunesse dans un pays qui a connu un Président de 35 ans, le plus jeune et probablement le moins pire des Présidents connus au Tchad.

Y voyez-vous d'autres manquements pour la tenue des élections libres, transparentes et inclusives dans un climat apaisé ?

Pour ce qui concerne les élections législatives et régionales, l'absence d'équité électorale est un problème qui fait que des provinces moins peuplées auront plus de députés ou de maires que les provinces les plus peuplées du Tchad. Ceci n'est pas normal dans une démocratie. Vous avez des provinces à même proportion de population mais qui certaines auront 3 fois moins de députés que les autres, or la démocratie c'est avant tout une question de nombre de personnes. Ainsi, par une mathématique bizarre comme on y est habitué par ce régime totalement injuste et qui divise ainsi les Tchadiens, vous avez des départements où 2 mille votants auront un député et des départements où 100 mille votants auront aussi 1 député; des provinces où 200 personnes auront un maire et des provinces où 500 mille personnes auront aussi un maire. J'invite les Tchadiens à consulter la liste des 405 communes et 112 départements et ils verront. Tout ceci est de l'escroquerie politique qui a fait que les provinces du Tchad qui représentent 52% de la population, leur poids électoral a été réduit par Mr Deby à travers les textes, à 38% environ. Ça s'appelle une politique de division du Tchad. Nous n'en voulons pas de cette politique absurde et inacceptable. Voilà des choses sur lesquelles nous devons revenir si d'ici là ils ne changent pas, alors, si nous gagnons la présidentielle de 2021, nous proposerons aux Tchadiens de revenir sur cette injustice avant les élections locales.

Aucun parti de l'opposition ne semble s'offusquer d'entendre par la voix de la presse locale  que le MPS  et certains de ses structures provinciales offrent des moyens roulants ou de groupes électrogènes à la CENI. Quelle est votre réaction ?

Si vous n'avez pas entendu peut-être, mais nous avons même directement appelé le Président de la CENI pour nous plaindre de ces choses inacceptables. C'est de la corruption de conscience emballée sous le maquillage de générosité. C'est comme une élève qui vient donner de l'argent au professeur chargé de corriger sa copie. Vous ne trouvez pas cela  réprimable? Ce parti en face a fait du vol et de la corruption sa religion, regardez simplement ceux qui en sont les premiers portes paroles et leur casier judiciaire et vous verrez pourquoi c'est cela leur réflexe. Mais nous les mettons en garde, 2021 ne sera pas comme les années précédentes, nous n'accepterons pas les élections à main armée et les bourrages des urnes et s'ils se livrent encore à cela, nous appellerons le peuple à rendre ingouvernable ce pays à travers la résistance jusqu'à ce que ça change. Ils sont avertis tous ces gens qui sont les détourneurs notoires des deniers publics mais qui sont curieusement à la tête du parti qui dirige le Tchad. Il n'y a rien à attendre des gens pareils pour l'avenir du Tchad.

Le jeu favori du MPS consiste à utiliser l'argent, le chantage voire la menace pour affaiblir l'opposition et semer la zizanie au sein des partis politiques. Quelles sont les dispositions prises par votre formation politique pour préserver vos militants d'éventuels débauchages ?

Avez-vous l'impression que nous faiblissons depuis que nous sommes engagés. Nous allons résister et nous y arriverons. Les Transformateurs sont bâtis par des hommes et des femmes, dans une diversité incroyable à l'image de notre pays et qui sont engagés par conviction et patriotisme et donc qui viennent avec ce qu'ils ont pour mettre au service du pays. Nous ne sommes pas un parti des gens qui viennent pour un teeshirt pour un Coro de mil de misère distribué par les pilleurs de la République. Donc oui nous faisons l'objet des attitudes ubuesques du Pouvoir, mais nous résisterons et nous sommes dans une sorte de Douassfin, d'ultime combat entre le Tchad  injuste  au service de quelques-uns et le Tchad juste pour tous.

La défiance de vos concitoyens envers la classe politique en général et l'opposition démocratique en particulier n'est plus à démontrer. Que  fait concrètement  votre mouvement « Les Transformateurs »pour inverser cette tendance négative?

Nous ne sommes pas un mouvement, et veuillez donc  veuillez corriger cela définitivement dans votre vocabulaire sauf si vous vous rangez du côté de l'arbitraire.  La tendance est inversée et je vous invite à voir la popularité de nos rencontres et nous voyons concrètement le nombre croissant des Tchadiens et Tchadiennes qui nous rejoignent chaque jour un peu plus.  Vous êtes des journalistes avertis, savez-vous pourquoi le pouvoir s'évertue par tous les moyens à barrer la route aux Transformateurs et à leur modeste serviteur que je suis à travers les mathématiques de l'apartheid qui veulent que la moyenne de 25, 30 et 35 ans soit égale à 40 ans? Je crois que vous et les Tchadiens dans leur ensemble ont des réponses claires à cet effet. Donc oui le Peuple n'a pas de défiance, le peuple a besoin de leaders serviteurs de confiance. Ils semblent en avoir déjà trouvé et travaillent aujourd'hui à changer le leadership dans notre pays pour transformer notre pays en terre de justice, de protection sécuritaire et d'opportunités pour tous.

Pourquoi les partis dits de l'opposition comme le vôtre sont devenus quasi inaudibles?

Vous êtes sûr que cette question s'adresse aux Transformateurs? Probablement pas, puisque vous nous écoutez partout. Même par volonté aveugle de nous opposer l'arbitraire, le pouvoir finissant actuel est devenu notre amplificateur à cause de son injustice.

Depuis quelques années, la plupart des Tchadiens accusent la justice d'être inféodée au pouvoir, ce qui est contraire aux dispositions de la constitution prévoyant la séparation des pouvoirs. Quelles sont les mesures à prendre, selon vous, pour redorer l'image de la justice au Tchad?

Nous les avons définies dans les 20 propositions pour un nouveau départ pour le Tchad disponibles en téléchargement gratuit en français et arabe et je vous y renvoie. Globalement il s'agit : (i) d'avoir des juges  indépendants dans une cour suprême qui sont, soit élus pour un mandat donné, soit nommés à vie: (ii) sortir de la chambre de la cour suprême le conseil constitutionnel pour ériger un conseil constitutionnel indépendant; (iii) ne plus faire du Président de la République le président du Conseil Supérieur de la Magistrature suprême qui doit revenir au Président de la Cour Suprême qui est lui-même nommé à vie après audition de l'Assemblée Nationale, etc. Toutes ces réformes auront vocation à établir une claire séparation des trois pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Vous êtes sans ignorer que durant trente ans de règne, le régime actuel incarné par Idriss Deby Itno a causé beaucoup de torts à la République et aux Tchadiens et pourtant vous préconisez de mettre dans la constitution une disposition garantissant la protection de l'avenir des anciens chefs d'Etat. Comment peut-on vous faire confiance avec une telle mesure pour transformer véritablement le pays?

Le Tchad est pris en otage par un Président qui a peur de quitter le pouvoir. Cette mesure concernant le Président Deby s'appliquera à tous les anciens Président connus jusqu'à date. Mais en contrepartie, il y aura l'alternance pacifique et démocratique assorti des clauses colonnes vertébrales sur lesquelles personne ne reviendra à l'avenir, par exemple : (i) limitation de mandats électifs à deux mandats, même en cas de changement de République, de constitution ou de forme de l'Etat; (ii) la séparation des pouvoirs, pour ne citer que cela. C'est donc avant tout une mesure pour faire la paix avec le passé et le présent en pardonnant les fautes politiques de tous les présidents qui se sont succédé jusqu'à présent, tout en indemnisant les victimes des différents régimes, et protégeant l'avenir sur la base de nouvelles institutions fortes qui feront que plus jamais nous n'aurons affaire à des dictateurs à l'avenir . Donc il ne faut pas prendre cette mesure de façon isolée, c'est une mesure qui s'inscrit dans le package du dialogue pour un nouveau départ assorti des mesures de vérité, réparation, restauration, pardon national et protection de l'avenir. Vous voyez que cela va panser les plaies des Tchadiens et projeter le Tchad sur des nouvelles bases démocratiques et justes pour l'avenir. Vous trouverez tous les détails de cela dans les 20 propositions des Transformateurs pour un nouveau départ dès 2020.

Comment comptez-vous assainir l'administration publique et l'armée gangrenées aujourd'hui par toutes sortes de dérives telles que la corruption, le népotisme et bien d'autres ?

J'ai de l'admiration pour le métier de l'armée et je salue leur courage et engagement noble, très noble, mais la vérité c'est que notre armée est un groupe d'ethnies armées qui a besoin de devenir l'armée de la Nation, grâce à une profonde transformation  qui ne doit faire peur à personne, tout le monde y aura sa place. Car, les maux de l'armée Tchadienne sont les maux de la société tchadienne, l'armée du Tchad est à l'image de la société tchadienne. Nous devons porter notre armée de 20% de son efficacité aujourd'hui à 100% de capacité et ainsi la rendre totalement républicaine et plus redoutable pour protéger les Tchadiens et à même de venir au secours d'autres pays amis notamment dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel où nous serons totalement et même plus efficacement engagés. Dans les prochaines semaines et mois, dans le cadre du projet présidentiel transformateur 2021; nous adresserons une lettre aux Tchadiens sur la vision de l'armée et des forces de sécurité (police, gendarmerie, garde nomades, etc.) dans un Tchad transformé. Oui nous mettrons dans notre armée de l'accompagnement pour transformer là où il y a manque de compétence, de valorisation du talent là où le talent est resté dans la poussière de l'oubli, de la diversité là où il y a une armée qui n'est détenue que par quelques ethnies. International Crisis Group dans un rapport de 2019 dit que l'armée du Tchad est appelée armée GAZ (Gorane, Arabe et Zaghawa), est-ce à dire que les autres Tchadiens détestent ce corps noble? Je ne le crois pas, alors qu'est-ce qui fait que notre armée soit perçue comme cela? Nous devons avoir pour notre armée un discours de vérité mais aussi des solutions qui ne nous affaiblissent pas et qui ne doivent inquiéter personne pour ainsi être capables d'être plus efficace face aux menaces terroristes notamment. Dans cette armée transformée que nous prévoyons, il y aura de la place pour tout le monde et certains auront même vocation à contribuer au génie militaire, à l'éducation à la discipline pour nos élèves, aux projets de développement qui vont les reconnecter au peuple et puis d'autres se renouvelleront en permanence au front contre le terrorisme parce qu’on ne peut pas se permettre de  baisser la garde même d'une minute contre ce mal de notre siècle.  Je discute énormément avec de nombreux Tchadiens des différents corps de nos forces de sécurité dans lesquelles j'ai aussi des cousins, cousines,  oncles, amis, etc. Et des Tchadiens très compétents existent dans ces corps, et sont malheureusement aujourd'hui sous des manguiers ou neems ou en train de jouer aux cartes avec des tenues trouées et un traitement qui n'est pas encore à la hauteur. J'entends la voix de cette grande muette et nous y répondrons pour que notre armée et nos forces de sécurité vivent encore plus dignement. Dans cette armée transformée, il n'y aura pas de soldats de deuxième classe ou un corps d'élite qui aurait tout et le reste abandonné. Nous voulons faire de l'armée du Tchad une armée 7 étoiles, de première classe mondiale.  Les détails de tout cela dans le projet 5/5 de transformation du Tchad où après la Justice, l'éducation, c'est bien l'armée qui mérite la transformation structurelle.  Je lance aussi un appel à tous ceux qui dans ces forces, veulent nous faire parvenir  même de façon anonyme, leurs espérances et propositions.  Ils savent où nous trouver.

La gestion scabreuse de la manne pétrolière risque de se répéter avec l'opacité entourant la gestion des ressources minières au Tchad. L'exemple du cafouillage autour de l'exploitation de l'or au Tibesti est édifiant. Que savez-vous de ce dossier?

Ce qui manque pour une bonne gestion des ressources de notre pays, c'est des dirigeants serviteurs avec des contrats de performance qui rendent compte régulièrement au peuple. Tenez par exemple Mr Deby a pris des centaines de milliards en 6 mois auprès de Glencore, en vendant par avance le pétrole qui n'est pas encore exploité et nous devons payer cela sur les 12 prochaines années ou plus si le cours du pétrole baisse. Les Tchadiens savent-ils à quoi cet argent a servi? Rien. Vous savez dans ce pays, même pour dépenser un franc  ou encaisser un franc, Deby est au courant et c'est avec son accord. Je le sais puisque par exemple depuis 10 ans et 10 mois, l'Etat a loué ma maison construite pour abriter la sous-préfecture de Béboni. Le dossier est transmis pour paiement au Trésor et depuis, on nous dit que c'est Mr Deby seul qui autorise les paiements et qu'il aurait donc bloqué notre dossier par l'arbitraire pur et dur. Donc vous avez un Etat qui utilise un bâtiment qui ne lui appartient pas, qui refuse de payer les loyers qu’ils doivent depuis 10 ans. Et ce que je vous dis là, tous les Ministres, SGG, Finance, TPG etc. sont au courant. Est-ce un État sérieux comme cela ? Ceci vous illustre le type de pays dans lequel nous sommes et ainsi en est-il des anciens candidats à la Présidentielle à qui l'Etat doit le remboursement des frais de campagne mais qui jusque-là ne sont pas payés. Tout ça c'est du Garimésouk comme on dit, du voyoutisme d'Etat, un Etat qui ne respecte ni les textes et dont le Président avoue marcher sur la Constitution, le violer, le modifier à sa guise, sur instruction extérieure et qui utilise l'inspection générale d'Etat pour les règlements de compte politique pendant que les vrais voleurs de la République, condamnés, sont promus avec un casier judiciaire rendu vierge par la magie du bon vouloir du prince. Tant que vous avez cela au sommet, peu importe l'or, le pétrole que vous avez, rien ne changera. Le Tchad a besoin des dirigeants serviteurs et justes pour gérer toutes ses ressources.

Selon le gouvernement, la jeunesse fait partie de ses priorités. Pourtant, la situation des jeunes est déplorable à bien des égards contredisant amplement la thèse des autorités. Quelle est la vision du parti Les Transformateurs pour sortir la jeunesse plongée dans l'incertitude et le désarroi ?

Un Gouvernement qui exclut 80% de sa population constituée des Jeunes, des instances de décision les plus stratégiques du pays n'a aucun projet de société pour cette jeunesse, formée en abondance et oubliée dans la précarité du chômage et l'indignité de la misère sociale, sans électricité, sans habitation digne. Une jeunesse formée qui doit assister aux nominations de ceux qui ont salué l'école à distance et qui elle, doit se contenter, Master en poche, de faire le clando pour les plus chanceux, et repartir vivre dans la même habitation lugubre de la résidence familiale avec parents et grands-parents. Voilà le Tchad de Mr Deby qui veut une jeunesse qui ose le chômage, la misère et l'exclusion de ce qui est important. Pour nous transformateurs, la jeunesse est au cœur de notre projet de société. Je vous invite à lire ma déclaration de candidature à la Présidence du 6 novembre 2020, les 5/5 transformateurs, avec les 5 priorités et les 5 piliers, font de la jeunesse l'essentiel à qui doivent aller les politiques publiques, car répondre aux défis de la jeunesse  c'est répondre aux défis de la majorité du peuple.. Notre candidature même est au aussi, pas que, mais aussi au nom de cette jeunesse de moins de 40 ans qu'ils veulent exclure et qui représente l'essentiel de notre peuple.

La question du bilinguisme au Tchad suscite toujours de vifs débats voire un malaise inquiétant au sein de la société tout comme les antagonismes Nord/Sud, chrétiens/musulmans. Quelles sont vos préconisations pour endiguer ces malentendus?

Parler plusieurs langues est une richesse. Dans un Tchad transformé, nous n'allons pas nous contenter du bilinguisme, les Tchadiens sont capables d'apprendre au-delà de deux langues, donc soyons plus ambitieux.  Non seulement nous donnerons les moyens pour développer les langues actuelles notamment en faisant de l'éducation la première priorité de l'Etat, mais en plus nous allons introduire les autres langues africaines et mondiales qui nous permettront de communiquer avec le monde. Et ainsi on évitera aussi l'antagonisme. Nous devons donner aux jeunes Tchadiens les chances d'apprendre davantage de langues pour être plus compétitifs demain dans le monde. Et nous proposerons donc aux Tchadiens. Quand vous avez au Tchad des dirigeants qui se permettent de dire que les Tchadiens parlant telle langue sont plus patriotes que ceux parlant telle autre langue, vous voyez qu'ils n'aident pas au développement de ces langues. Quand vous avez des dirigeants qui sèment l'amalgame en nommant des Tchadiens qui ne parlent pas une langue officielle en nommant des gens qui parlent une langue locale en substitution, ça n'aide pas au développement de cette langue.  Toutes ces hypocrisies doivent cesser. Dans un Tchad transformé, le ministre de l'éducation nationale aura dans ses indicateurs de performance, l'état du développement des langues officielles, qui ne seront pas que deux.

Quel message, aimeriez-vous faire passer à l'approche des échéances électorales de 2021 ?

Je suis candidat à la candidature à la Présidence  à l’élection d’avril 2021 pour porter un projet collectif 5/5 de Transformation structurelle du Tchad. Je répondrai présent comme me l'a appris mon premier Instituteur grâce à qui je suis en partie ce que je suis et à ces enseignants qui m'ont bâti, mon hommage éternel ici. Je répondrai présent, répondant à l'appel du peuple qui ne veut pas d'une élection présidentielle excluant 80% de sa population âgée de moins de 40 ou 45 ans. Je répondrai présent, prenant acte du fait qu'aussi bien au Forum de 2018 qu'au Forum de 2020, la majorité des intervenants ont exigé l'âge de 35 ans pour rendre hommage en partie à Mr Goukouni devenu Président à cet âge et ne pas gommer notre Histoire commune. 

Je répondrai présent, conscient du fait que Mr Deby lui-même devenu Président à mon âge à 38 ans et qui va modifier la Constitution dans les prochains jours et semaines, ne peut plus se cacher, une première fois en 2018 derrière une résolution imaginaire, et une deuxième fois en 2020 derrière une résolution basée sur une moyenne imaginaire d'apartheid qui veut que la moyenne de 25, 30 et 35 ans soit égale à 40 ans. Je répondrai présent, rendant ainsi  hommage à tous ces Tchadiens et Tchadiennes de 18 ans jusqu'à 40 ans, considérés suffisamment matures pour être envoyés mourir au front contre le terrorisme pour nous protéger et qui peuvent ainsi valablement occuper toute responsabilité élective et parmi eux des Généraux de 25 ans, et Colonels de 23 ans, dans un Tchad qui a connu des Colonels Présidents, je répondrai présent, en phase avec la Charte de la Jeunesse de l'Union Africaine, ratifiée par le Tchad, qui fait obligation à tout État africain de faire participer les nouvelles générations de 15 à 35 ans comme acteurs et décideurs politiques à tous les niveaux.

Je répondrai présent, déterminé à ne pas laisser s'installer au Tchad une politique de ChababSakit  en plus de MaraSakit avec des citoyens considérés comme citoyens de 4ème classe qu' on ne veut voir oser que les responsabilités de 4ème catégorie dans cette 4ème République  établissant ainsi un apartheid constitutionnel inacceptable, je répondrai présent surtout  pour porter le projet collectif 5/5 pour transformer ce pays dont nous sommes copropriétaires, grâce au Leadership Serviteur, en une terre de Justice, de protection sécuritaire  et d'opportunités pour chaque Tchadienne et chaque Tchadien. Un Projet 5/5 axé sur 5 priorités et 5 piliers pour un  Tchad Transformé en (1) élevant l'éducation au rang de première priorité du pays, (2) en faisant de la Justice la colonne vertébrale et boussole de la République, (3) en transformant nos forces de sécurité et défense de 20% de leur efficacité admirée aujourd'hui à 100% de capacité qui deviendra alors redoutable demain pour le Tchad et pour la lutte implacable contre le terrorisme en Afrique, (4)  en faisant de l'option préférentielle pour les vulnérables,  l'ADN des politiques de justice sociale sur le plan de la santé, de l'accès à l'électricité, à l'eau potable et productive, aux habitations dignes, aux infrastructures de désenclavement physique et mental ; (5) en transformant cinq piliers économiques majeurs  grâce à (i) la Transformation de l'agriculture (ii) la Transformation de l'élevage, (iii) la transformation du secteur privé pour l'entrepreneuriat notamment des jeunes et des femmes, (iv) la Transformation industrielle axée sur nos avantages comparatifs et secteurs porteurs dans chaque province, (v) l'installation d'une robuste économie numérique,  économie du savoir et de l'intelligence artificielle, de l'art, de la culture, du sport  et du tourisme pour le rayonnement sous régional et mondial de notre pays à travers les ailes de la Diaspora, l'énergie et l'innovation de la jeunesse, le dialogue intergénérationnel intelligent de passage de témoin, la diversité des talents, une diplomatie sécuritaire  de paix et une diplomatie  économique ambitieuse bâtie sur nos acquis et actifs actuels à consolider.

Vous aussi, répondez présent. Nous sommes sûrs que vous avez envie de découvrir le contenu de chacun de ces 5/5 Transformateurs. Alors répondez présent et construisons ensemble le plus grand projet transformateur que le Tchad n'a jamais expérimenté en y ajoutant vos priorités et votre intelligence pour compléter, bonifier et rendre meilleur ce projet 5/5. Nous avons 5 mois devant nous pour ces 5/5. Alors portons ensemble ce nom au pluriel, les Transformateurs, et allons convaincre chacun des 16 millions des Tchadiens et Tchadiennes dont personne ne sera exclu dans ce projet de Justice pour tous pour le Tchad d'aujourd'hui et pour préparer le terrain aux générations qui nous suivront. Il n'y a pas d'alternative à la Justice et à l'inclusion si on veut garder le Tchad de 1 284 000 km2. Personne ne doit prendre la responsabilité de créer les conditions de division et dislocation du Tchad en excluant par l'arbitraire et l'injustice certains Tchadiens des choix politiques majeurs de leur pays. Oui ça se fera avec nous tous, sinon on ne parlera plus du Tchad de 1 284 000 km2.

Le Tchad est prêt pour l'alternance, pacifique et démocratique, alors bâtissons le sans peur, dans l'unité des justes,  avec un cap qui nous fera voir un jour nouveau et nous conduira à la terre promise de la transformation, synonyme de ce  progrès promis par notre devise grâce à l'unité et le travail au cœur, synonyme de dignité, de renouveau, de liberté, de développement, d'égalité des chances, de valorisation des talents arc-en-ciel qui existent dans ce pays béni de Dieu. Ce Tchad Transformé, nous allons le bâtir avec audace, exigence et bienveillance dans la Justice qui élève un dirigeant et avec lui son peuple qu'il sert. Personne ne doit avoir peur de cet avenir, car il s'agira d'un nouveau départ pour tous où les anciens Présidents et le nouveau Président pourront boire ensemble le thé, manger le Kissar et le Tankoul sur fond de haricot et boule rouge assortie de bouillie à la tchadienne, prenant les dattes comme dessert en regardant les SAO gagner la CAN et s'envoler pour la Coupe du Monde. C'est cela notre rêve pour notre pays, travaillons à le Transformer en réalité en sachant qu'on n'arrive pas à la terre promise de la Transformation du Tchad sans passer par le désert de l'engagement. A l'oeuvre sans plus tarder pour avoir 5/5 dans 5 mois. Que Dieu vous bénisse et qu'il prenne en garde notre pays.

Propos recueillis par Moussa S. Yowanga/Ahmat Zéïdane

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article