Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Qui de cinq présidents dont leurs pays respectifs siégeant au Conseil de Sécurité en tant que membres permanents écoutait la plaidoirie du chef d’Etat Sud-africain Cyril Ramaphosa ?L’Afrique doit être mieux représentée au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, dont « la composition actuelle ne reflète pas le monde dans lequel nous vivons », a plaidé mardi le président sud-africain Cyril Ramaphosa lors de l’Assemblée générale des Nations unies. « L’Afrique du Sud siège actuellement, pour la deuxième année, comme membre non-permanent », a rappelé, via un message audiovisuel filmé dans son pays, M. Ramaphosa, qui assure aussi actuellement la présidence tournante de l’Union africaine (UA).

Belga ,dont l’information qu’elle eut signé a été publiée depuis hier mardi 22 septembre par la RTBF,rappelle que le Conseil de sécurité compte cinq membres permanents, héritage de la Seconde guerre mondiale (Chine, USA, Grande-Bretagne, France et Russie), et dix autres membres assurant une rotation et qui sont élus pour des mandats de deux ans.« Alors que l’ONU fête son 75e anniversaire, nous réitérons notre appel à une meilleure représentation des pays africains au Conseil de sécurité et que cela soit examiné avec urgence lors des négociations intergouvernementales », a déclaré M. Ramaphosa.« C’est seulement grâce à un Conseil de sécurité réformé et inclusif que nous pourrons collectivement résoudre certains des conflits les plus anciens », a-t-il ajouté.Evoquant les conséquences de la pandémie de coronavirus sur les économies africaines, il a plaidé pour « la suspension du paiement des intérêts de la dette publique et extérieure de l’Afrique ».La pandémie retarde les projets de développement de l’Afrique car il a fallu allouer à la lutte contre le coronavirus des budgets initialement destinés « au logement, la santé, l’eau, l’hygiène publique, l’éducation ».« Nous devons affronter la pourriture de la corruption qui prive nos populations des opportunités et des services qui sont leur droit », a rappelé celui qui a été élu en Afrique du Sud notamment autour de cette promesse.Ce proche de Nelson Mandela a évoqué aussi le mouvement #Blacklivesmatter qui aura marqué l’année 2020.Venant d’un pays « qui connaît trop bien le supplice d’un racisme institutionnalisé », le président sud-africain a appelé à une « action rapide » contre le racisme, « qu’il soit commis par des individus, des sociétés, des responsables ou des Etats ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article