Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est dans un communiqué de presse n°027/CN/CE/2020 que la Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (C.T.D.D.H) lève la voix pour exprimer à l’opinion nationale et internationale qu’elle  est depuis le lundi 20 juillet 2020 la date de la signature de son communiqué de presse , profondément préoccupée par la spirale de la violence qui a eue lieu il y a quelques jours au marché « Champ-de-fils » à N’Djamena. Signée de son Secrétaire Général monsieur Mahamat Nour Ahmat Ibedou, cette célèbre organisation tchadienne de défense des Droits humains revient de façon assez ample sur la genèse de l’histoire en rappelant que les jeunes avaient pris à partie un homme d'âge mûr qu'ils accusent d'avoir tiré à bout portant sur un de leurs camarades qui aurait succombé à ses blessures. Les images publiées sur une vidéo montrant ces jeunes en train de s'acharner sur cet homme identifié comme étant un officier de l'armée sont tout simplement inadmissibles et insoutenables. La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (C.T.D.D.H) estime que force doit être donnée à la loi et que personne n'est autorisée à se faire justice.

Par la voix de son premier responsable, la C.T.D.D.H estime de même que l'officier victime de ce quasi lynchage n'a le droit quelques soient les raisons et sous aucun prétexte de tirer sur un de ces concitoyens. Autant le geste de l'officier (Abdoulaye) est répréhensible, autant son quasi lynchage est condamnable. La CTDDH condamne avec vigueur ces deux actes barbares qui foulent aux pieds, les lois de la République. D'autre part, l’Organisation de la société civile appelle à la retenue dans cette affaire qui, si elle n'est pas gérée avec célérité par les autorités pourrait, (la C.T.D.D.H le craint), mettre à mal la cohésion nationale. C’est ainsi par ce communiqué de presse, elle qui estime que la vie des jeunes arrêtés suite à cette affaire est en danger, met en garde le Gouvernement contre une vengeance des parents de l'officier victime de cette barbarie et  exige surtout que ces jeunes délinquants soient punis sévèrement par la loi c’est à dire jugés et condamnés proportionnellement à leurs actes. Pour boucler la boucle, C.T.D.D.H exige  enfin que cette amère expérience il y a quelques années de l'assassinat lâche et barbare des 10 prisonniers en transfèrement vers la prison de Korotoro et interceptés et massacrés alors qu'ils étaient entre les mains de la justice par des individus proches du pouvoir ne se répète plus.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article