Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Peu à peu les conséquences désastreuses engendrées par le nouveau coronavirus fait malheureusement monter une odeur nauséabonde dans la cour du monde de travail qui croit trouver des vraies solutions aux multiples difficultés financières dont il fait face en voulant supprimer des milliers d’emplois partout à travers la planète. Et des exemples concrets ne manquent pas pour prouver l’existence de ces mesures drastiques qui risqueraient de faire multiplier des chômeurs et des pauvres. En effet, dans une information qui ne date que d’hier samedi 11 juillet  2020,publiée par la RTBF, mais portant la signature de l’Agence Belga,il est clairement indiqué que la compagnie aérienne Emirates a réduit de 10% ses effectifs en raison de la pandémie de Covid-19, mais les suppressions d’emplois pourraient atteindre 15%, soit 9000 postes, a indiqué son PDG dans une déclaration publiée samedi. Pour la RTBF et Belga,la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient, qui exploite une flotte de 270 gros-porteurs, a interrompu ses activités fin mars en raison de l’épidémie de nouveau coronavirus. Elle a repris deux semaines plus tard une activité réduite et prévoit de desservir 58 villes d’ici la mi-août, contre 157 avant la crise sanitaire.

Selon toujours la RTBF et Belga,son PDG, Tim Clark, avait précédemment estimé qu’il faudrait jusqu’à quatre ans pour que les opérations reviennent à un « certain degré de normalité ».Jusqu’ici, Emirates n’a pas communiqué de chiffres sur les suppressions d’emplois, dont les dernières ont eu lieu la semaine dernière. Avant la crise, la compagnie employait quelque 60.000 personnes, parmi lesquelles 4300 pilotes et près de 22.000 membres d’équipage de cabine, selon son rapport annuel. Dans une interview à la BBC diffusée samedi, M. Clark a indiqué que sa compagnie avait déjà réduit de 10% son personnel. « Nous devrons probablement en licencier un peu plus, probablement jusqu’à 15% », a-t-il ajouté. L’Association internationale du transport aérien (IATA) a estimé que les pertes combinées des compagnies aériennes pourraient atteindre plus de 84 milliards de dollars cette année, la plus importante de l’histoire du secteur. M. Clark a déclaré dans l’interview que sa compagnie n’était « pas aussi mal en point que les autres » et que la crise avait frappé Emirates au moment où elle « se dirigeait vers l’une des meilleures années de (son) histoire ».La compagnie basée à Dubaï avait annoncé une hausse exceptionnelle de 21% de ses bénéfices annuels en mars.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article