Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Alors que le conflit libyen prend des proportions inquiétantes avec le feu vert du parlement de Toubrouk favorable à l'intervention égyptienne aux côtés des troupes du maréchal Khalifa Haftar, la  présidence turque a annoncé mardi que les présidents turc et américain, dont les pays sont membres de l'Otan, sont parvenus à se mettre d'accord pour « travailler étroitement ensemble afin de trouver une solution consensuelle à la crise libyenne, à l'issue d'une conversation téléphonique entre les deux dirigeants », selon une information dévoilée hier mardi 14 juillet par le journal RTBF citant l'agence Belga.
Selon la même source, MM. Trump et Erdogan sont tombés d'accord pour coopérer plus étroitement, en tant qu'alliés afin de promouvoir une stabilité durable en Libye. Déchirée par un conflit fratricide depuis la mort de Mouamar kadhafi, la Libye fait l'objet d'appétits extérieurs qui attisent le feu entre le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale dont le siège est à Tripoli, et la fraction dirigée par Khalifa Haftar,qui contrôle l'est et une partie du sud du pays. La Turquie appuie militairement le GNA tandis que les troupes de Khalifa Haftar reçoivent le soutien de l'Egypte, des Emirats arabe unis, de l'Arabie saoudite et de la Russie. C'est à travers un communiqué  diffusé dans la nuit de lundi à mardi que le parlement, dont le siège est basé à l'est de la Libye et soutien de monsieur Haftar avait donné son aval en faveur d'une intervention militaire égyptienne contre la présence turque en Libye en cas de menace. L'intervention militaire turque a été décisive dans la reconquête des villes précédemment conquises et occupées par les troupes du maréchal depuis avril 2019. Elles ont campé à Tripoli durant plusieurs mois avant d'être repoussées jusqu'à leur dernier retranchement.
Moussa S. Yowanga
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article