Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La pandémie de la  COVID-19 est loin d'être terminée. Le nouveau coronavirus vient de rattraper le président brésilien qui a annoncé personnellement mardi avoir été testé positif. L'information a été rapportée le mardi 07 juillet par le journal Le Devoir citant l'Agence France Presse Brasilia. Depuis le début de la COVID-19 et malgré le bilan de 65 000 morts, le président Jaïr Bolsonaro n'a cessé de minimiser l'ampleur et la gravité de cette pandémie qui le frappe aujourd’hui. «Le résultat positif du test vient d’arriver », a avoué le chef de l'Etat, aujourd'hui âgé de 65 ans, lors d'un entretien accordé à plusieurs chaînes de télévision. Il a reconnu avoir eu une augmentation de sa température corporelle la veille. «J’avais 38 degrés de fièvre, mais mes poumons étaient propres.

Les médecins m'ont donné de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine (un antibiotique) et après je me suis senti mieux. Je vais parfaitement bien », a-t-il indiqué, en précisant qu’il travaillerait désormais le plus possible « par visioconférence ». Tout a commencé lundi soir avec l’annonce faite par monsieur Bolsonaro lui-même selon laquelle il a eu à faire une radiographie des poumons à l’hôpital militaire. Plus tôt dans la journée, il s’est opposé en mettant son veto à deux articles de la loi relative à l'utilisation de masques dans les lieux publics pour prévenir la propagation de la pandémie au Brésil. Selon les médias nationaux, le président brésilien s'est vu obligé d'annuler ses activités prévues dans la semaine. Monsieur Bolsonaro a affiché un comportement surprenant en participant à plusieurs événements publics sans porter de masque, et le comble, c'est qu'il critiquait sans cesse les mesures d'isolement mises en place dans plusieurs Etats. Fin mars, il avait fortement minimisé l'importance du virus lors d'une allocution télévisée. «Vu mon passé sportif, si j'étais contaminé par le virus, je n'aurais pas à m'inquiéter. Je ne sentirais rien. Au pire, ce serait comme une petite grippe, un petit rhume », s'était-il vanté. Avec 1, 6 millions de personnes infectées pour 65 487 décès, le Brésil est le pays le plus touché du monde juste derrière les Etats-Unis.

Moussa S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article