Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

A cinq mois de l’élection présidentielle américaine, le ministre de la justice William Barr vient de jeter un pavé dans la marre en faisant  dimanche une déclaration polémique selon laquelle le vote par correspondance ouvrait «les vannes » de la fraude, faisant écho aux propos déjà  tenus précédemment par Donald Trump. C’est le journal de Montréal qui en a fait écho dimanche 21 juin en rappelant l’inquiétude suscitée par une telle déclaration parmi les démocrates. «Quand les gouvernements des Etats commencent à adopter ces pratiques, comme le vote par correspondance qui ouvre les vannes d’un possible fraude, alors la confiance des gens dans le résultat de l’élection est minée », a affirmé William Barr dans un entretien à la chaîne Fox News. «Et cela pourrait mener le pays vers une situation très sombre si nous perdons confiance dans le résultat de nos élections », a-t-il insisté car « l’un de nos avantages, surtout avec les divisions intenses dans ce pays, c’est que nous avons des transitions pacifiques de pouvoir » grâce aux élections.

Ces déclarations, qui rappellent celles déjà tenues ces dernières semaines par Donald Trump et son entourage, troublent les démocrates qui soupçonnent le locataire de la Maison-Blanche de vouloir décrédibiliser les résultats de la présidentielle du 03 novembre en cas de défaite. La question du vote par correspondance est un sujet de préoccupation à l’approche de la présidentielle compte tenu du risque que fait courir la pandémie de la Covid-19 d’ici la date prévue. A plusieurs reprises, Donald Trump a mis en cause le vote par correspondance qui était nécessairement frauduleux à son avis, ce qui a conduit les responsables du réseau social Twitter de signaler en mai pour la première fois l’un de ses Tweets comme étant trompeur. Pourtant, le président américain a lui-même déjà utilisé le vote par correspondance depuis la Maison-Blanche, pour les primaires du parti républicain en mars. Il n’est pas le seul puisque sa porte-parole Kayleigh McEnany l’a fait une douzaine de fois, selon le décompte établi par les médias américains, cependant, elle critique aussi les initiatives visant à simplifier et étendre le droit de vote par correspondance. Le vote par correspondance est déjà autorisé par de nombreux Etats américains depuis des années. Aucun d’eux n’a signalé de problèmes majeurs, à part des incidents mineurs isolés. Des études ont démontré qu’il ne bénéficiait pas spécialement à un parti ou l’autre aux Etats-Unis.

Moussa S.Yowanga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article