Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

A quelques mois de l’échéance électorale de novembre prochain, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg a avoué que son réseau social était en retard en matière de lutte contre les interférences pendant la présidentielle américaine de 2016. Après ce mea-culpa, monsieur Zuckerberg a promis de protéger l’intégrité de la prochaine élection, dans une interview accordée jeudi à la BCC. Cette information rapportée par l’AFP et publiée le jeudi 21 mai par le journal de Montréal renseigne que les Américains ont fortement critiqué les réseaux sociaux comme le Twitter ou Facebook  n’avoir pu déjouer les campagnes de désinformation majeures de 2016, y compris durant la campagne américaine.
Bien que Mark Zuckerberg ait reconnait que Facebook était « derrière » lors de la dernière campagne électorale américaine, il a rappelé qu’empêcher les interférences électorales ressemble à «une course aux armements» face à des pays technologiquement avancés tels que l’Iran, la Russie ou la Chine. «Des pays vont continuer à essayer de s’intégrer et nous allons voir des problèmes de ce genre, mais nous avons beaucoup appris depuis 2016 et je suis plutôt confiant quant au fait que nous pourrons protéger l’intégrité de l’élection qui vient », où le président Donald Trump affrontera le probable  candidat démocrate Joe Biden, le 3 novembre, a-t-il affirmé. Le patron de Facebook a également évoqué l’engagement de son réseau social dans la lute contre le coronavirus. Il a énuméré  trois axes d’intervention dans la crise sanitaire à savoir le retrait des fausses nouvelles, le fait de permettre aux gens de maintenir le lien avec leurs proches et l’aide aux petites entreprises.
M.S.Y
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article