Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

S’il y a un aspect positif à mettre au crédit de la pandémie de coronavirus, c’est bien son impact sur l’environnement en général et la consommation énergétique en particulier. C’est le  journal en ligne SputniksNews qui rapporte le dimanche 03 mai, cette bonne nouvelle selon laquelle  l’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonce une baisse historique de la demande mondiale d’énergie en 2020, qui effacera la consommation nationale d’un pays comme l’Inde. Les émissions de dioxyde de carbone vont connaître également une baisse sans précédent. Dans son dernier rapport rendu public, l’Agence internationale d’énergie, observe « le plus choc pour le système énergétique mondial depuis plus de 70 ans ».

Selon les prévisions de l’AIE, la demande mondiale en matière d’énergie se diminuera de 6%, ce qui correspond à l’effacement de la consommation totale d’un Etat comme l’Inde. Plus concrètement, cette baisse devrait atteindre 9% aux Etats-Unis et 11% dans la zone de l’Union européenne.  Sur le plan économique, cette tendance aura d’importantes répercussions notamment pour le secteur pétrolier, avec des prix au plus bas depuis des décennies. En parallèle, la demande en charbon, quant à elle, « devrait chuter de 8%  et celle en gaz naturel devrait connaître une baisse de 5% cette année ». Selon l’AEI, la part des énergies renouvelables connaîtront une augmentation dans la production d’électricité, de même, selon l’Agence, les sources d’énergie à faible émission de carbone pourraient compter  « pour 40% de la production d’électricité cette année. Cependant, les effets positifs d’une telle baisse de la demande sur l’environnement seront d’une ampleur aussi significative, souligne le rapport.  Ainsi, les émissions mondiales de CO2 chuteront à des niveaux jamais vus depuis 2010, avec une baisse inédite de 8% en 2020, ce qui effacera la croissance mondiale de ces émissions des dix dernières années.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article