Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En raison de  la crise sanitaire liée au Covid-19, le Bénin a décidé d’organiser une campagne exclusivement médiatique dans le cadre  des élections communales du 17 mai 2020. S’il est demandé aux partis en lice de préférer les voies médiatiques en lieu et place des meetings politiques, on peut également escompter le recours à la puissance de l’intelligence artificielle dans ce type de campagne politique. En se basant sur les craintes d'une propagation de la pandémie du Covid-19, le gouvernement  béninois a décidé de privilégier le recours à certains médias dans le cadre de la campagne pour les élections communales du 17 mai 2020. En plus des médias retenus, l’usage de mégaphones portés par des véhicules en mouvement est autorisé de même que l’usage des affiches de campagne pour garantir la visibilité des candidats. Afin de  permettre à tous les partis politiques de disposer du même temps d’antenne, la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication précise que des plages horaires sont organisées dans les médias sélectionnés pour la campagne. Cette opération, à la charge de l’Etat, permettra aux candidats de s’adresser aux électeurs vu que les rassemblements sont proscrits. Cependant,le Dr Qemal Affagnon entrevoit des changements de taille compte tenu du fait que les rassemblements sont annulés dans l’organisation de cette  campagne. De fait, le Dr Qemal Affagnon  estime que la politique est fondamentalement une question d'interaction entre les politiciens et leurs électeurs. Par conséquent, le Dr Qemal Affagnon pense que la tenue d’une campagne exclusivement médiatique provoquera des bouleversements dans  la façon dont  les candidats   vont  frapper  aux portes  des électeurs pour  la mise en place du volet commercial de leur stratégie  politique. Dans ce contexte particulier, les cinq partis politiques en lice misent  par exemple  sur   l’usage de pages ou groupes satellites sur les réseaux sociaux.

Depuis le début de la campagne, on peut ainsi voir de nombreux messages et affiches  plusieurs fois par jour sur Whatsapp et Facebook. Sur une application telle que WhatsApp qui permet la circulation de messages audio dans les langues nationales, les candidats des cinq partis politiques en lice tenteront  de séduire les Mobinautes béninois  depuis les confins du net. Même si la HAAC ne prononce pas  véritablement  sur  le recours aux  réseaux sociaux dans le cadre de la campagne pour les élections communales du 17 mai 2020, le responsable Afrique de l’Ouest d’Internet Sans Frontières estime que la campagne politique va également se dérouler sur les canaux digitaux. A ce sujet, le Dr Qemal Affagnon déclare: « Je pense que Facebook et WhatsApp répondent à des réalités culturelles de partage et  d’échange au Bénin mais il existe des  risques liés à l’usage de l’intelligence artificielle  dans les nouvelles campagnes politiques car il est désormais possible à travers la collecte de données de  cibler le profil d’un citoyen grâce à son comportement sur les réseaux sociaux, ce qui permet ensuite l’envoi de messages individuels. A l’ère du mobile et des réseaux sociaux, ce type de campagne médiatique constitue ainsi du pain bénie pour Facebook. Au Bénin  par exemple, la firme de Menlo Park qui est propriétaire de Facebook, Messenger et Whatsapp s’active  dans la mise en place du ciblage  publicitaire et  dans  la traduction en langues africaines de la plateforme au logo bleu. Le réseau social en  profite pour  intégrer une multitude de langues populaires au nombre desquelles on retrouve le Peul et  le Haoussa  sur sa plateforme par exemple.  En dehors de la publicité et de la traduction en langues africaines, Facebook s'investit également auprès des entrepreneurs. Le réseau social bleu a ainsi lancé son programme  Boost. Ce projet offre à de jeunes chefs d'entreprise des sessions de formation gratuites axées sur le marketing digital.

A l’heure actuelle, le projet Boost repose  sur un partenariat avec une centaine d’entreprises et d’institutions. Il  a  été lancé en premier lieu dans quelques pays anglophones à savoir l’Afrique du Sud, le Kenya et le  Nigeria. Par la suite,  Boost avec Facebook a connu une extension au niveau de six pays d'Afrique francophone. Il s’agit du Bénin, du Cameroun, de la  Côte d'Ivoire, de la Guinée Conakry, de la République Démocratique du Congo et du  Sénégal. En dehors de l’entrepreneuriat, Facebook encourage également les développeurs d’applications mobiles. Au Nigeria par exemple, l’entreprise de  Mark Zuckerberg a signé un accord avec CC hub, un incubateur de Lagos. Cet accord vise à renforcé son soutien et sa présence auprès de l’écosystème des développeurs africains. Toutefois, il semble que Facebook se sert des applications mobiles qui ne respectent pas toujours son propre règlement concernant les données privées. En Ouganda par exemple, la lumière vient dêtre faite sur  certaines pratiques  douteuses de Facebook. Dans ce pays ,   les élections prévues l’année prochaine pourraient se tenir en 2023 en raison du coronavirus, Facebook procède  à la  collecte secrète des informations des ougandais au travers de l’application mobile Safeboda. Cette application fonctionnant sur tout type d'appareil mobile, permet à son utilisateur de solliciter les services d’un conducteur de taxi-moto. Sur Safeboda,  le requérant entre son emplacement dans l’application qui permet ensuite la mise en relation avec le conducteur le plus proche de  l'emplacement indiqué.Avec l’application mobile Safeboda, l'utilisateur peut payer le service une fois à  destination mais Facebook en profite pour mettre la main sur toutes les métadonnées.Les données qui sont envoyées sur les serveurs de Facebook comprennent  entre autres, l’heure en se basant sur le fuseau horaire, la taille de l’écran du téléphone utilisé, la version Android du téléphone utilisé et l’emplacement géographique de l’utilisateur.A ce sujet, le Dr Qemal Affagnon pense que si l’application mobile Safeboda envoie  la taille de l’écran du téléphone utilisé par son utilisateur, c’est parce que  en Afrique, le mobile est roi et Facebook  compte mettre en place des partenariats avec des opérateurs mobiles et des agences publicitaires afin de déployer des offres ciblées. De plus, le responsable Afrique de l’Ouest d’Internet Sans Frontières estime que ce projet démontre la capacité de Facebook  à s’entourer d’acteurs complémentaires tout en renforçant sa puissance financière dans une opacité totale. Quelques jours après le lancement de la campagne au Bénin, on note pour l’heure que seules les sensibilisations sont distillées sur les réseaux sociaux. Cependant, la fièvre électorale risque de monter progressivement car des images de rassemblement  circulent déjà  sur  les réseaux sociaux malgré les interdictions en vigueur  afin de  prévenir la maladie du Covid-19.

Laurent Batonga

Collaboration spéciale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article