Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Pendant qu’en Occident plus particulièrement en France dans ce pays francophone, les dirigeants politiques et autres acteurs de la vie se battent pour trouver les équipements sanitaires et de traitements afin de juguler la pandémie, ailleurs en Afrique les gens s’interrogent sur l’origine naturelle ou humaine du Coronavirus.L’Economie et Analyste Tchadien Kébir Mahamat Abdoulaye quant à lui, s’est évertué à soumettre un débat aux internautes autour de la mesure gouvernemental suspendant les activités scolaires et universitaires dans son pays à cause du confinement dû au Coronavirus : « Suivant quelle stratégie nous pouvons sauver l'année scolaire menacée ? » Question certes bien pertinente, mais selon les différentes réactions des internautes, elle suscite peu d’engouement. Pour bon nombre d’internautes, il  n’est pas opportun de se projeter vers l’avenir, mais ils souhaitent plutôt que leur pays sorte indemne des attaques macabres du Coronavirus ayant déjà fait de nombreuses victimes à travers le monde. 

Le bilan mondial du coronavirus est de plus en plus lourd avec 885 687 personnes contaminées et plus de 44 000 décès enregistrés dans 180 pays. Les Etats-Unis sont le pays avec le plus de cas détectés. En Europe, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et la France comptent de plus en plus de cas, alors que la Belgique pleure la mort d'une jeune fille de 12 ans. L’Europe est devenue l'épicentre de l'épidémie de coronavirus avec le plus grand nombre de décès. Les deux pays les plus endeuillés par le Covid-19 sont l'Italie et l'Espagne avec respectivement 12 428 et plus de 9 000 morts, soit plus de la moitié des décès au niveau mondial. Aux Etats-Unis, où le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint, Donald Trump a annoncé qu'il allait prolonger jusque fin avril ses mesures visant à ralentir la propagation du Covid-19 dans son pays. Les Etats-Unis sont aujourd'hui le pays où l'on dénombre le plus de malades du coronavirus. Le dernier bilan annonçait 190 089 personnes infectées et plus de 4 000 victimes. Pour revenir à l’échelle mondiale,  c'est l'hécatombe totale. Le dernier bilan fait état de plus de 885 687 cas détectés de Covid-19 et plus de 44 216 morts. Selon le dernier décompte de l'AFP, 3,75 milliards de personnes (48% de la population mondiale) sont confinées ou appelées à rester chez elles afin de tenter d'endiguer  la pandémie de coronavirus qui sévit actuellement dans 180 pays ou territoires.

En effet, depuis son apparition en Chine en décembre 2019, le Covid-19 a tué plus de 35.000 personnes à travers le monde. Trouver son origine a été l’une des premières questions que se sont posées les chercheurs. Dans leurs recherches, ils n’ont pas exclu que le virus puisse avoir été créé par l’humain. De plus, la présence d’un institut de virologie à Wuhan, épicentre de l’épidémie, a alimenté de nombreuses théories. Dans une étude du 17 mars 2020, publiée dans Nature, les scientifiques ont comparé le SRAS-CoV-2 avec les six autres coronavirus connus pour toucher l’être humain. Voici ce qu’ils rapportent: « nos analyses montrent clairement que le SRAS-CoV-2 n’est pas une construction de laboratoire ou un virus délibérément modifié ».Kristian Andersen, chercheur en maladies infectieuses à l’Institut de recherche Scripps de La Jolla et co-auteur de l’étude, est parti du principe que « cette théorie selon laquelle le virus a une origine non naturelle est une hypothèse potentiellement sérieuse ».Mais rapidement, il s’est avéré que la composition du virus était différente de ceux déjà connus. Il a pour origine un ou des virus qui étaient inconnus dans la nature et ne peut donc vraisemblablement pas avoir été créé par l’homme. Robert Garry, virologue à l’Université Tulane de la Nouvelle-Orléans, détaille: « Ce n’est pas un virus que quelqu’un aurait conçu et bricolé. Il a trop de fonctionnalités distinctes, dont certaines sont contre-intuitives ». Il ajoute même: « Vous ne feriez pas cela si vous essayiez de créer un virus plus mortel ».Si des scientifiques l’avaient délibérément conçu, ils n’auraient pas modifié les gènes du virus de cette manière, car cela va à l’encontre de tout ce que les modèles informatiques ont indiqué jusqu’à présent. La nature a trouvé un moyen de muter le virus d’une manière plus performante que celle des scientifiques selon l’étude. À l’inverse, le Covid-19 est comparable à d’autres coronavirus qui ont été découverts chez la chauve-souris et le pangolin, après l’émergence de l’épidémie. Cela montre que la maladie est passée directement de l’animal à l’homme. Selon toute vraisemblance, le SRAS-CoV-2 a bien une origine naturelle et est passé de l’animal à l’homme, sans d’autres interventions. Ce jeudi 26 mars, dans Science-News, Emma Hodcroft, épidémiologiste moléculaire à l’Université de Bâle, concluait simplement: « Ce n’est qu’une autre maladie qui déborde des animaux sur les êtres humains ».

Voici donc les différentes réactions des Internautes en réponse à  la question  soulevée par  l’Economiste et analyste Tchadien Kébir Mahamat Abdoulaye : « Suivant quelle stratégie nous pouvons sauver l'année scolaire menacée  (N.D.L.R par le confinement et surtout par la propagation du Coronavirus) ? »

 

Ouaidou Djawa: «  Kebir Mahamat Abdoulaye, Socrate disait: « Existe-t-il un bien plus précieux que la Santé? « Si tu arrives à répondre à cette question, sauver l'année scolaire en cours sera une simple équation à résoudre ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: «  Il ne faut pas que Coranavirus par son infectiosité dangereuse devienne aussi un « opium du peuple » ! »

Limane Oumar: «  Kebir Mahamat Abdoulaye, « l’opium du peuple » est tout trouvé ».

Kébir Mahamat Abdoulaye: « Limane Oumar, merci beaucoup cher grand frère ! »

Doc Jeff de Sarh: «  Ce n’est pas une urgence. L'école n'est pas faite pour les morts. Laisse nous survivre à cette pandémie avant de parler d'école. Sans l'école, les gens ne mangent pas? ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: «  Doc Jeff de Sarh, je ne parle pas de l'ouverture des écoles pour demain ou après, mais nous devons réfléchir dés maintenant comme sauver l'année scolaire par une stratégie efficace ».

Doc Jeff de Sarh: « Kebir Mahamat Abdoulaye, quand ma maison est en train de brûler, je ne pense pas à comment la reconstruire, je pense à comment arrêter le feu. Parler de comment sauver l'école maintenant est inopportun. Réfléchissons d'abord à comment sauver du coronavirus nos enfants et frères qui iront à l'école! »

Sahoulba Gontchome: « Ça sera sûrement une des premières préoccupations si la situation permet de lever les mesures en vigueur le Président de la République là évoqué dans son allocution mais la préoccupation actuelle compte tenu de l'évolution au Cameroun à rapprocher des milliers d'étudiants rentrés de ce pays voisin est plutôt à l'inquiétude sanitaire ».

Didier Lalaye: « Avec les confinements et les devoirs à la maison, certains enfants ont découvert que leurs parents ne connaissent pas le subjonctif du verbe avoir à l'imparfait ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: «  Cher frère Didier Lalaye, tu m'as fait beaucoup rire .Cependant, moi, j'ai demandé au maître et au marabout de continuer leurs cours avec mes enfants à la maison ! »

Moubarak Issakha Sogar: « Kebir Mahamat Abdoulaye, le maître et le marabout habitent chez toi où ils viennent de chez eux? S’ils viennent de chez eux, alors c'est un risque pour ta famille en cette période. Que Dieu vous protège. Pierre Mbaihoundam, je pense qu'il faut être mentalement positif et, si possible, déclarer ce temps de confinement comme une anticipation aux congés de pâques. Le reste est sous le contrôle de Dieu. Arrêtons de tout rejeter au Gouvernement qui est déjà sur tous les fronts. Aidons-nous s’il vous plait ».

Tahir Ibeda Woulimi : « Kebir, moi je propose plutôt, pour les Universitaires, il leur faudrait des cours en ligne et les autres écoles une planification de déserte de masse, matin, soir pour avoir plus des places et moins des écoliers, pouvant ainsi respecter la mesure d'un mettre de distance ».

Djim Alias El Compartidor Decaler : « La fin de l'année scolaire pour Novembre et Décembre la nouvelle année. L'Autre facteur qui empêche de proposer un scénario c'est le fait qu'on ne connait pas la fin de l'isolement ».

Moubarak Issakha Sogar: « Kebir Mahamat Abdoulaye, pour l’heure, nous voulons seulement rester vivants jusqu’a 2021. La survie, grand Kebir ».

Baradine Djeroua Haroun: « Moubarak Issakha Sogar, tout à fait ! La santé avant tout ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: «  Baradine Djeroua Haroun, donc nous devons cesser de réfléchir et trouver des solutions à nos autres préoccupations avant la fin de coronavirus ».

Adoum Hassan Darbay: « 65 à 75% du programme scolaire a été déjà exécuté. Les élèves des classes intermédiaires peuvent passer en classe supérieure avec leurs bulletins du premier semestre (sur CP, des techniques académiques y nécessitent). Concernant les examens, les chefs des départements (à ne pas confondre avec les chefs d'établissements scolaires) de tous les lycées et collèges doivent envoyer les sujets à l’ONECS, qui va faire une synthèse pour retenir les sujets représentatifs l'ensemble du territoire national ».

Djamila Makaila: «  Dit plutôt: suivant quelle stratégie peut-on se sauver du coronavirus ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: «  Ma sœur Djamila Makaila, peut-on tout perdre c'est à dire notre éducation, économie, emploi...à cause de coronavirus qui n'est pas à un stade aggravé et une contagion généralisée ? Je ne pense pas et il ne faut pas par une psychose injustifiée et un choc émotionnel virtuel nous empêche à réfléchir sur le devenir de notre pays ! »

Hamid Neby Sougoumi: «  Kebir Mahamat Abdoulaye, On ne doit pas attendre à ce qu'on arrive à un stade aggravé et une contagion généralisée avant d'intervenir. On doit plutôt anticiper et prendre des précautions pour faire face en cas d'aggravation. Tout ce qui se passe dans le monde face à cette pandémie est « une psychose injustifiée et un choc émotionnel virtuel ! ».

Djamila Makaila: « Cher Kebir Mahamat Abdoulaye, on dit que pour être en paix il faut préparer la guerre. On ne doit pas attendre à ce que la situation soit gravissime ».

Daoud Annour: « Sauf par cours et examens en ligne pas d’autres alternatives cher frère ».

Mht Moussa Oury: «  Je comprends l’inquiétude que ressentent aujourd’hui beaucoup de gens dans le monde. Nous sommes confrontés à un virus nouveau qui provoque une multitude de symptômes chez les sujets infectés. Au lieu de çà mon frère Kebir suggère un autre sujet, nous devons nous concentrer sur l’endiguement de l’épidémie de Coronavirus. La situation est très difficile mon cher frère. Comme disait Doc Jeff de Sarh l’école n’est pas fait pour les morts justement, il a raison, donc concentrons nous sur cette pandémie d’abord ».

Assileck Adji Maîna: «  En cette période de confinement, le seul moyen de sauver l'année scolaire, c'est de suivre les cours online. Mais ici au pays ça ne sera pas possible, compte tenu des difficultés de connexion.

Haroun Hassan Baba: « La seule condition pour finir l'année est de combattre le Coronavirus avec tous les sacrifices possibles afin de sortir grandi. Entretemps les experts en la matière travailleront  en adoptant de stratégies et scénarios possibles d'après la pandémie ».

Muhammad Idriss Kichep: « C'est une pandémie médiatisée avec qui les États pour faire face, mets en arrêt tout ce qui bouge. Dans la marche de cette dernière, aucun moyen n'est visible pour sauver cette année scolaire et/ou académique. La psychose mise dans l'esprit des gens en est la principale problématique de la pandémie ».

Hamid Neby Sougoumi: « Ce débat serait opportun après le Coronavirus, parce que jusqu'à présent on ne sait pas encore exactement combien de temps prendra cette suspension des cours. Donc il est temps pour le moment de parler de ce mal qui nous a obligé la fermeture des écoles ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: « Hamid Neby Sougoumi, nous devons éviter de transposer chez nous la situation de tragédie qui se passe dans certains pays donc, évitons la psychose injustifiée et le choc émotionnel virtuel chez nous. Sinon des mesures de prévention sont prises chez vous et de façon efficace. Enfin nous devons penser tant dans la lutte contre coronavirus et nous devons penser à assurer le fonctionnement du pays ».

Hamid Neby Sougoumi: «  Kebir Mahamat Abdoulaye, Oui effectivement on ne peut mettre de côté le fonctionnement du pays sans lequel tout sera paralysé et même la lutte contre cette pandémie ne peut être possible. Mais on ne peut pas à ce moment crucial parler de comment sauver ».

Kébir Mahamat Abdoulaye: « Cher frère Hamid Neby Sougoumi,en lisant ma publication, je ne parle pas de l'ouverture des écoles maintenant, mais j'ai dit : suivant quelle stratégie pouvons nous sauver l'année scolaire ? Nous devons réfléchir dés maintenant et pas à la fin de coronavirus ».

Mahamat Mht Nour: «  D'abord la connexion est chère si le gouvernement veut mettre le système numérique pour finaliser l'année. Ensuite, même si on diffuse les cours télévisés, comme le Burkina Faso le fait actuellement. Dans ce cas, l'électricité n'est pas permanente..»

Edith Koumbairia: «  Même en temps normal, l'école n'a jamais été le souci de ce gouvernement, c'est maintenant où cette pandémie fait ravage avec des millions des gens confiner chez eux sans électricité et sans bouffe dans une chaleur étouffante qu'on doit penser à l'école? »

Dangra Djonga Wangbouri Tiking: «  La question est bien posée à mon avis, cessez toutes activités parce qu’il y a le Covid-19. Cela  revient à dire que même travailler à la recherche du traitement de cette maladie est vain. Oui c est une évidence que le Covid-19 est une réalité, oui pour le confinement pour limiter la propagation. Est-il normal de croiser les bras sans rien tenter jusqu'à ce que la situation se normalise? »

Abbas Abakar Abbas: « Oh mon Dieu! C'est un sujet pertinent. Je pense qu'il faut attendre. la fin des mesures: peut-être en fin avril et penser procéder à un scénario à l'exemple de l'année ».

Kebir Mahamat Abdoulaye: «  Cher frère Abbas Abakar Abbas, je ne pense pas que  cette pandémie de coronavirus nous empêche de réfléchir  à des scénarios pour éviter des échecs sur beaucoup de plans stratégiques du pays ».

Patrice Paningar: « L'école de ma fille envoie les cours et devoirs à faire à la maison par WhatsApp ».

Ali Aboubakar: « Seul objectif de cette année 2020 est de survivre à cette pandémie. Tout le reste vient après. Je voudrais dire qu'il y aurait aucune stratégie envisageable ».

Mbaiguedem Valentin Tinno : «  Demande ça au gouvernement avec sa façon de sauver comme d'habitude... sinon moi j'ai rangé mes affaires déjà en tant qu'enseignant humaniste ».

Kaimba Ouadjonret: «  Pensons d'abord à sauver nos peaux cher Abdoulaye. Nous sommes encore dans une situation d'incertitude où tous nos moyens doivent être concentrés sur l'éradication de cette pandémie sur notre sol. Une fois la situation est sous contrôle, cette question aura une solution simple et facile ».

Kebir Mahamat Abdoulaye : « cher frère Kaimbia Ouadjonret, peut-on tout perdre c'est à dire notre éducation, économie, emploi...à cause de coronavirus qui n'est pas à un stade grave et une contagion généralisée ? Je ne pense pas et il ne faut pas par une psychose injustifiée et un choc émotionnel virtuel nous empêche à réfléchir sur le devenir de notre pays !

 La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article