Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Réagissant à cette information concernant l’Affaire du Gendarme giflé par le Ministre délégué à la Défense et à la Sécurité publique circulant depuis hier mercredi 29 avril 2020  à travers les réseaux sociaux, monsieur Ben Malallah Mahamat Saleh,Sous-Directeur de Veille,d'Analyse et d'Évaluation au Ministère de la Communication eut réagi avec prudence en prenant la défense du Général Mahamat Abali Salah en estimant que : « Dans la discipline militaire, un militaire et de surcroît soldat ne peut demander à un officier général plus grave encore son ministre d'exécuter un ordre. Le gendarme est fautif même si l'acte posé par  le ministre est indigne ».

Aux dernières nouvelles qui nous ont parvenu ce mercredi 29 avril depuis la Capitale Tchadienne N’Djaména, le Président de l’Assemblée Nationale du Tchad Mr Haroun Kabadi rappelle à l’ordre le ministre de la Défense .L’incident de ce mercredi 29 avril au palais de la Démocratie a choqué les élus du peuple. Haroun Kabadi, président de l’Assemblée nationale a fait comprendre au ministre en charge de la Défense, son mécontentement et a exigé de lui des excuses : « C’est regrettable mais je pense que vos éléments sont sous vos ordres, vous devez les discipliner. Cette discipline est nécessaire pour tout le monde. Je pense que l’Assemblée nationale a droit à des excuses claires et nettes. Je ne pense pas qu’on puisse venir violenter nos éléments ici, même si les gendarmes sont du ministère de la Défense, ils sont d’abord nos éléments, ils sont à la protection de l’Assemblée nationale ».

Voici les réactions d'autres internautes Tchadiens sur le même sujet:

Elise Gracias Queen : « Tonton gifleur national ».

Dr Djiddi Ali Sougoudi: « La sorcellerie à la tchadienne c’est quand un ministre de la Défense et de la Sécurité affecte un gendarme au parlement puis part derrière lui pour le rosser copieusement puis demande pardon au parlement! A qui il faut adresser le pardon? Au malheureux supplicié ou aux parlementaires de l’hémicycle? »

James Bagao N'dikwe: «Lui, il gifle et le gendarme est vivant. Le président de l'Assemblée, tue carrément. De toute façon, ils sont tous des criminels en divagation ».

Mbaiguedem Telbe: « Pourquoi il n'a pas riposté ? Le gendarme est son enfant? Vraiment »

Roland Chilba Yao : « Mentalité des bêtes et quand on parle ça devient palabres. N'importe quoi ».

Maxwell Lo: « Abali Salah doit démissionner ou être démis, si son acte est avéré! Inadmissible, il faut donner l'exemple! IDI est interpellé! »

Taal Paa : « Absolument! En fait, il doit être limogé, car je suis sur qu’il est incapable de mesurer la gravité de son geste et démissionner de son propre chef. Il perpétue l’idée selon laquelle certains Tchadiens, du simple fait de leurs origines, sont au-dessus des lois, même celles visant à préserver leur propre santé et celle des autres ! Gendre national ou pas, il doit partir ».

Vanzou Djimet : « Hier, c'est un conseiller du chef de l'État qui informe sur Facebook sans aucun regret que sa famille ne respecte pas les mesures gouvernementales de prévention contre le Covid-19. Aujourd'hui, c'est un membre du gouvernement qui rosse un gendarme pour lui avoir demandé de se laver les mains conformément aux instructions gouvernementales. Comme on le voit la guerre contre le Covid-19 est difficile à remporter au Tchad ».

Ben Malallah Mahamat Saleh : « Dans la discipline militaire, un militaire et de surcroît soldat ne peut demander à un officier plus grave encore son ministre d'exécuter un ordre. Le gendarme est fautif même si l'acte posé le ministre c’est indigne ».

Felix Kossi : « Ben Malallah Mahamat Saleh, tu parles d'un officier? Ce civil comme toi et moi pompé général de l'armée ».

Ben Malallah Mahamat Saleh : « Felix Kossi, non il l'est par acte du Chef de l'état donc c'est un général. Il n'est pas le seul à faire cette exception et les nominations et l'élévation au grade, rang et appellation font parties des pouvoirs discrétionnaires du chef de l'Etat ».

Lachakbe Kanneune Raymond : « Même le général De Gaulle a obtempéré à un ordre d un soldat en faction devant le camp peut-être tu ne connais pas ce chant qu’on nous appris au CE ».

Felix Kossi: « Ben Malallah Mahamat Saleh, je sais que le Tchad est un pays d'exception. Il devrait être humble puisque entre le gendarme giflé et lui, qui a eu la vraie formation militaire ? »

Aristote Mbaïasra : « Ben Malallah Mahamat Saleh, vous avez tort. La loi n'épargne personne. Ça fait partie des mesures prises pour la lutte contre le Covid-19. Dans cette condition, il n'était pas question de supériorité ni l'option de donner un ordre à ce ministre d'exécuter. Un leader doit toujours être exemplaire ».

Dihl Ngrabé N'Dôh : « Ben Malallah Mahamat Saleh, dans cette discipline militaire un général ne gifle pas un gendarme. L'humilité voudrait que chacun apprenne des autres. Au Tchad, on pose des actes et on fait semblant de demander des excuses. C'est une honte pour la représentation nationale qui a quand même reçu ce général ».

Ben Malallah Mahamat Saleh : « La discipline militaire est tjrs de mise partout ».

Felix Kossi : « Ben Malallah Mahamat Saleh, Quand tu parles de discipline militaire, pose-toi la question si ton général Abali là en sait vraiment quelque chose? »

Ben Malallah Mahamat Saleh : « Felix Kossi, c'est un général de l'armée pas mon général. Secundo tu aurais lui posé cette question et il te répondra. Mais pour ton info, le ministre est interpellé et c'est à la demande des députés. Pourquoi est ce que le gendarme doit il même demander à un membre du gouvernement de respecter tel ou telle chose? C'est ça responsabilité ça ? »

Vanzou Djimet : « Ben Malallah Mahamat Saleh, tu cris à tue-tête sur les ondes en demandant à tout le monde d'appliquer les mesures gouvernementales pour le plaisir? C'est regrettable comme réponse d'une personne sensée moralisée la société ».

Maître Zorobabel Le Djerabé:« Moi je pense que si j'étais à la place de se fameux gendarme, une riposte sera directement enclenché et bien évidemment ce clown sera enroulé au sol avant d'être tabassé par ses gardes ? Vraiment le ridicule ne tue pas dans ce pays de merde où on a que les moutons qui gouvernent. « En bon père de famille » je m'en vais laver les mains d'abord puisque je suis dans l'obligation de donner un bon exemple. Après tout, je ne suis pas Abali moi ? »

 

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article