Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En quelques fractions de minutes en parcourant évidement l’analyse politique titrée :« Une récupération honteuse »,signée du Secrétaire général de la Convention Tchadienne de Défense de Droits de l’Homme (CTDD) Mahamat Nour Ahmed Ibedou, on assiste à la mise à nu des pratiques ignobles et la récupération politique du Président Idriss Deby Itno suite aux affrontements sanglants contre la secte Boko-Haram., ayant endeuillé le peuple tchadien et fait de nombreux blessés parmi les soldats de l’armée.En effet, dans sa réflexion, monsieur Mahamat Nour Ahmad Ibedou  très critique vis-à-vis du régime et vilipendé par les thuriféraires de la majorité, ne passe pas par le dos de la cuillère pour accabler la cohorte des courtisans de tous acabits et le président lui-même : « Dans la gestion de l'opération riposte contre la secte Boko-Haram baptisée : « Colère de Bohoma », le plus choquant n'est pas tant les éloges prodiguées ça et là par les opportunistes de tous poils à l'endroit du « Général Idriss Deby, qualifié de chef charismatique, un stratège hors pair, un homme providentiel, un homme unique en son genre  que sais-je encore » ;ces mesquineries ne nous surprennent guerre parce que nous sommes déjà habitués depuis 30 ans avec le système Deby à ces bassesses des courtisans de la cour et autres bouffons attitrés habituels .Ce qui est le plus choquant, c'est plutôt le show médiatique auquel s'est livré Idriss Deby en personne en s'exhibant en treillis, arborant ses cinq étoiles de Général, apparaissant dans les médias comme un héro vengeur dans un film de série B. Pendant deux semaines environ le peuple tchadien qui devait faire le deuil de ses enfants dans le recueillement a été soumis à un matraquage médiatique systématique, vantant outrageusement le mérite d'un dictateur en mal de crédibilité. Ce qui est le plus révoltant encore, c'est le fait que cette ignoble campagne médiatique est non seulement destinée à redorer le blason d'un individu dont le rôle dans la désorganisation de notre armée et de la destruction de l'Etat tchadien est avéré, mais aussi le fait que le martyre de plus de cent de nos soldats tombés au champs d'honneur puisse faire l'objet de cette ignoble récupération au profit d'un homme qui cherche volontairement à s'octroyer les dividendes politiques de cette douloureuse situation. Ce qui, en soi constitue une insulte à leur mémoire ».

Pour donner du crédit à son propos, l’un des leaders de la société civile tchadienne le plus en vue insiste bel et bien sur cette honteuse propagande entretenue par le Président Idriss Deby Itno : « Point n'est besoin d'être un expert en stratégie militaire pour comprendre que la médiatisation à outrance d'une guerre est préjudiciable à sa conduite; Si Deby qui a fait l'école de guerre et qui devait être le premier à le savoir se prête sans vergogne et volontairement à ces mises en scènes grotesques, c'est qu'il était évident que l'objectif premier n'était pas celui de mener une riposte efficace à la hauteur du préjudice subi par l'armée Tchadienne mais plutôt bel et bien de soigner son image et surtout de montrer qu'aucun chef militaire a part lui-même n'est capable de relever ce défit. C'est à peine si la colère et l'indignation des tchadiens dans leur ensemble suite à cette lâche attaque de Boko-Haram n'a pas constitué une aubaine pour Deby, lui permettant de monter au créneau ; une occasion de faire oublier la gestion calamiteuse des affaires du pays et surtout son incapacité chronique à gérer des crises comme l'avènement de cette pandémie du Coronavirus. D’autre part, tous les tchadiens savent chacun dans son for intérieur que l'armée Tchadienne arrivera à laver l'affront infligé par la nébuleuse Boko-Haram ; connaissant la réputation et l'efficacité de nos combattants, cette hypothèse ne faisait donc l'ombre d'aucun doute. Le fait que Deby ait dirigé « personnellement » cette riposte n'efface en rien sa gestion calamiteuse des affaires du pays, la misère programmée contre son peuple, la création d'une société où vivent une minorité de maitres constituée de ses proches et une majorité de serviteurs qui triment pour le seul repas quotidien et qui est composée du reste des Tchadiens. Quoi qu'il en soit, il est impératif que les tchadiens sachent que leur armée dont la réputation est connue de tous, est capable de vaincre et neutraliser Boko-Haram avec ou sans Idriss Deby ».

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article