Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                          Dr Sitack Yombatina Béni ,pour le journal Éclairages

Pour Dr Sitack Yombatina Béni, Juriste, Socio-Anthropologue et Analyste politique, en développant des mesures de riposte au Covid-19, le gouvernement ne doit pas perdre de vue la lutte contre les maux qui sapent le développement socio-économique. Regard et analyse d’un scientifique et Homme spirituel.

Le nouveau virus SARS-CoV2 à l’origine de la maladie Covid-19 a été identifié en Chine en janvier 2020, plus précisément dans la ville de Wuhan. Il fait partie de la famille des coronavirus qui provoquent des maladies pouvant aller du simple rhume au syndrome respiratoire aigu sévère. Si l’on ne sait pas encore, à ce jour,  d’où il provient,  la piste de l’origine animale est privilégiée. Les coronavirus sont une famille de virus affectant principalement les animaux. Certains infectent l’Homme et occasionnent le plus souvent des rhumes et des syndromes grippaux bénins.  Des scientifiques affirment qu’il ressemble beaucoup à des coronavirus prélevés sur des chauves-souris. La chauve-souris serait probablement l’animal réservoir du virus. Pauvre chauve-souris. Il se trouve que  les premières personnes ayant contracté le Covid-19 en décembre 2019 s’étaient rendues dans un marché de Wuhan (épicentre de l’épidémie) où étaient vendus des animaux parmi lesquels des mammifères sauvages. Fin janvier 2020, la Chine a décidé d’interdire temporairement le commerce d’animaux sauvages afin d’enrayer l’épidémie. Les symptômes les plus courants du virus sont une forte fièvre (supérieure à 37,5°C) et une toux sèche ou grasse. Certaines personnes peuvent également souffrir de courbatures, de maux de tête, d’une sensation d’oppression ou d’essoufflement. Ces symptômes évoquent une infection respiratoire aiguë. Dans les cas plus graves, l’infection peut en effet provoquer « une détresse respiratoire, une insuffisance rénale aiguë, voire une défaillance multi viscérale pouvant entraîner la mort »,indiquent les spécialistes de la santé et la communauté scientifique

Partout ou le mal a été identifié (Italie, France, Espagne, Etats-Unis et dans certains pays africains), une approche rigoureuse, méthodique, scientifique, ouverte, pluri et multidisciplinaire a été mise en place. En France, par exemple, un Comité Scientifique regroupant médecins, Spécialistes des maladies infectieuses, sociologues, psychologues, anthropologues, etc. est mis en place autour du Président de la République. Les éclairages du Comité permettent de gérer la pandémie dans une approche cartésienne, rationnelle, efficace et coordonnée. Le Tchad, bien que faiblement touché (5 cas au 26 Mars 2020), s’est inscrit dans une démarche exclusive, utilitariste, le Tout  sécuritaire et le Tout sanitaire. Une Cellule de veille dirigée par le Ministre Secrétaire général à la Présidence de la République, économiste de formation excluant tous les spécialistes du mal, a été mise en place dans la précipitation, et fonctionne dans une approche de tâtonnement, d’improvisation et d’amateurisme, tous vices qui caractérisent la gestion cruelle actuelle de l’Etat. Les médecins spécialistes et les autres corps scientifiques sont tenus à l’écart, comme si la politique, disait un grand analyste de la vie sociale (politique politicienne et comédienne qu’on nous sert), « est l’art d’empêcher aux autres de se mêler des choses qui les regardent ».Pour les Scientifiques et Médecins spécialisés, les vaccins contre la  pneumonie, comme le vaccin anti-pneumococcique et le vaccin contre Haemophilus influenza type B (Hib), ne protègent malheureusement pas contre le coronavirus. Le Covid-19 est tellement nouveau et spécifique qu’il faut élaborer un vaccin qui lui est propre. Seul espoir aujourd’hui, pour les humains : (en dehors des mesures de barrières contre le coronavirus répétées mécaniquement et religieusement à longueur de journée  par les Etats sans mesures d’accompagnement, ni de contingence à l’exemple  du Tchad), un test biologique par prélèvement naso-pharyngé permet de confirmer une infection au coronavirus. Il peut être effectué à l’hôpital, ou auprès d’un laboratoire. Mais encore faut-il avoir des hôpitaux et des laboratoires respectables et respectés ?

Quand l’hôpital Général de Référence Nationale (HGRN) ne dispose même pas, en temps normal, de seringues, de réactifs, bref de minimum pour donner envie de référer les malades, à quoi peut-on s’attendre en cas d’épidémie, voire de pandémie ? Les marchés, bars, mosquées, églises et commerces sont fermés. Mesures salutaires. Mesures conservatrices. Mais quel est le plan de contingence du Gouvernement ? Quel est le plan de riposte social et économique ? Quelles sont les mesures d’accompagnement ? Quelles sont les mesures de sauvetage pour les PME et PMI ? Quelles sont les stratégies mises en œuvre pour amener le boutiquier, la vendeuse de Bili-Bili, le boucher ou le Clandoman à devenir un rempart et non un agressé contre le Covid 19 ?Dans un Tchad où le Coronavirus s’appelle, précarité, pauvreté, misère, survie, famine, angoisse, soucis, hypertension, diabète, désespoir, chômage et que sais-je encore, demander à la population de se confiner, sans mesures d’accompagnement, est-ce un message d’espoir ? Est-ce responsable ?Le Tchad ne doit pas seulement se cantonner dans une démarche du Tout sécuritaire et du Tout sanitaire mais profiter de ce mal (nécessaire) pour déclarer une guerre sans merci à son COVID 20 qui s’appelle les sous (développement, alimentation, nutrition, équipement des hôpitaux et laboratoires, éducation, emplois etc).Vivement que les milliards annoncés par la Cellule de veille, OMS, BAD, BADEA et UE servent, une fois dans l’histoire récente, à construire le Tchad moderne du 21eme  siècle et à détruire le COVID 20 qui est plus réel et plus mortel que l’invisible COVID 19 dont personne ne connait, à ce jour,  ni son origine ni son développement. C’est Rabelais qui nous disait déjà, il y a plusieurs siècles, « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Si Nietzche a tué Dieu en Europe, les Africains, en général, et les tchadiens, en particulier, eux,  doivent s’en remettre à leur Dieu. Ce qui est « impossible  à l’Homme est possible à Dieu», nous conseille les Saintes Écritures ». La route du vaccin passe par là, il me semble.

Collaboration journal Eclairages/Regards d’Africains de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article