Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Des chercheurs en mathématiques canadiens ont admis que les hôpitaux mobiles déployés dans la région de Wuhan, bastion de la pandémie de Covid-19 en début d’année, ont contribué à freiner la propagation du virus. L’information a été rapportée le 1er avril par l’agence QMI et publiée par le journal de Montréal. Selon le professeur Jacques Bélair du Département de mathématiques et de statistique de l’Université de Montréal, les hôpitaux mobiles chinois, dont l’un avait été construit en seulement une dizaine de jours, a permis à la Chine de faire face à une hausse vertigineuse de cas de coronavirus, et de stopper le virus sans sa propagation. Quelque 50 000 personnes auraient été infectées par le coronavirus, dans la région de Wuhan. Le réseau de santé s’est trouvé largement déborder par cette vague des malades. Pour parer à l’urgence, des hôpitaux mobiles, ou temporaires ont vite été aménagés et dédiés spécialement aux personnes atteintes de Covid-19.  «Quand on regarde l’évolution de la pandémie, on peut isoler certaines variables et tenter de mieux comprendre ce qui a bien fonctionné afin d’appliquer les meilleures mesures au Canada », a plaidé M. Bélair, mercredi, via un communiqué.

Le professeur Bélair, enseigne et fait de la recherche depuis 37 ans et d’intéresse en particulier à la modélisation mathématique appliquée aux problèmes biologiques depuis 1989, lorsque son fils avait contracté la rougeole deux semaines avant d’atteindre l’âge de la vaccination. Par ailleurs, il est membre du Centre de recherches mathématiques de l’UdeM, qui appartient à un réseau pancanadien. Ce dernier a mis en place en février le groupe de travail Mathematical Modelling Rapid Response Task Force, au moment où la pandémie de Covid-19 faisait son entrée au Canada. Les chercheurs engagés dans cette unité souhaitent  notamment « affiner les outils de lutte contre la pandémie ». Ils ont bénéficié d’un financement de 666 000 dollars étalé sur deux ans, accordé par les Instituts de recherche en santé du Canada, chapeauté par le Field institute for Research in Mathematical Sciences. Cela permettra à ce groupe de travail d’effectuer des simulations pour comprendre et prédire la propagation mondiale, les taux et les voies d’importation des cas au Canada ». C’est le but assigné au groupe lors de la présentation du projet pour l’obtention des fonds de recherche. «Toutes nos énergies seront concentrées sur la pandémie. On cherchera à proposer des scénarios réalistes en matière de prévention, mais aussi de traitement », a indiqué le professeur Bélair, en disant s’intéresser entre autres aux différentes réponses des pays concernant la pandémie. Il faudra toutefois, selon lui, « que les données soient fiables ».

Moussa S.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article