Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Alors que pendant un moment, on n’entendait pratiquement pas parler de l’Afrique quand il s’agissait  du coronavirus, le continent commence  désormais à retenir son souffle. Au vu du nombre de cas infectés, les professionnels des pharmacies moderne et traditionnelle se donnent la main pour trouver un remède et c’est dans ce contexte que le nom du docteur  Valentin Agon a refait surface. De nationalité béninoise, ce  Docteur Agon expérimente actuellement sur des patients  testés positifs un médicament du nom d’Avipirine. Malgré des débuts prometteurs au Burkina et au Bénin, son projet commence à battre de l’aile. En matière de science, des résultats encourageants ne suffisent pas pour concrétiser un projet de recherche. En dehors de cet avantage, il faut également faire des recherches poussées avant de valider un remède en phase de test. Alors que le Covid- 19 fait beaucoup parler de lui à l’échelle planétaire, le  docteur Valentin Agon est confronté aux exigences de la médecine des preuves. Ce chercheur de nationalité béninoise expérimente  un nouveau médicament qui semble toutefois  produire de bons résultats sur les patients. En effet, certains  malades atteints du coronavirus auraient retrouvé  la santé après avoir subi un traitement administré Agon.D’après certaines sources, plusieurs  personnes infectées au Bénin et au Burkina seraient devenues négatifs au test  du Covid-19 après 5 jours de traitements. Sur la base de cette prouesse,  le docteur  Agon Valentin  est apparu ces dernières semaines comme le « Didier Raoult du continent Africain » .Propriétaire d’une unité de production pharmaceutique, ses produits sont fabriqués à base de plantes naturelles récoltées dans les forêts béninoises. D’après le docteur Agon,la concentration moléculaire de son dernier  produit a été renforcée afin de lutter  contre le Covid-19. De plus,  Valentin Agon rajoute que l’Avipirine, nom de son médicament, est entièrement produit au Bénin. Connu au Bénin pour ses travaux antérieurs  sur le paludisme, Agon a également produit des traitements pour le VIH/sida. Les travaux de docteur Agon ont aussi fait l’objet de recherches innovantes qui ont permis de soulager des patients séropositifs grâce aux traitements  qu’il a mis sur le marché.

Malgré toutes ses prouesses, il semblerait que l’embellie que connait à l’heure actuelle  le produit Avipirine commence à ternir au pays des hommes intègres. De fait, à travers un communiqué officiel, la Direction générale de l’agence Nationale de Régulation Pharmaceutique invite la population Burkinabé à s’abstenir de tout achat et de toute consommation du produit Avipirine. Afin de motiver leur décision, les  autorités de régulation pharmaceutique avancent que le produit Avipirine est issu de la pharmacopée traditionnelle béninoise. Par ailleurs, le signataire du communiqué précise qu’Avipirine n’a jamais été évalué par aucune des indications thérapeutiques revendiquées. Pour les autorités du secteur, ce produit ne peut pas faire l’objet, ni d’une cession à la population et encore moins de publicité parles canaux de communication sur le territoire national Burkinabe. Or, le projet en cours devait permettre de produire entre 300.000 et 10.000.000 du  médicament  afin de combattre le coronavirus. Si l’Avipirine 500 mg gélules s’avère pourtant efficace, ce produit pourrait être un atout de taille en Afrique, continent ou, les systèmes de santé disposent souvent  de ressources très limitées. Pour l’heure, l’optimisme suscite par Apivirine 500 mg gélules qui a été  rebaptisé API-COVID-19  par son inventeur  risque de  s’émousser. En effet,  Pour un traitement efficace dans le domaine de la médecine, il a souvent fallu des années d'études cliniques. Pour l’heure, les autorités burkinabé se sont d’ailleurs  empressées de rappeler que Apivirine n’a pas été autorisé conformément aux dispositions législatives et réglementaires qui régissent la commercialisation des médicaments sur le sol burkinabè. Ironie du sort, Valentin Agon, de retour dans son pays a été mis en quarantaine il y a quelques jours.Bien  qu’il soit fabricant d’un produit susceptible de guérir du coronavirus, l’inventeur d’Apivirine 500 mg gélules a été placé en observation alors qu’il revenait du Burkina.

Laurent Batonga, collaboration spéciale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article