Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est par un communiqué de presse signé depuis mardi 31 mars par la Rédactrice en Chef Pauline Ades-Mevel que Reporters Sans Frontières informe le public du lancement de l’Observatoire 19, un outil de suivi dont l’objectif est d’évaluer les impacts de la pandémie sur le Journalisme et de prodiguer des recommandations pour favoriser le droit à l’information.Selon  Mme Pauline Ades-Mevel, Reporters sans frontières (RSF) lance un outil de suivi adapté à une crise globale inédite, « l’Observatoire 19 ». Dénommé ainsi en référence au Covid-19, mais aussi à l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Ce projet a pour objectif d’évaluer les impacts de la pandémie sur le journalisme. Il documente la censure étatique, la désinformation délibérée et leurs effets sur le droit à l’information fiable. Il s’attache à prodiguer des recommandations pour favoriser l’exercice du journalisme.

 

Le journalisme à l’heure des crises globales

La philosophe Hannah Arendt écrivait en 1957 : « Pour la première fois dans l’histoire universelle, tous les peuples de la Terre ont un présent commun ». Avec l’épidémie globale de Covid-19, le « présent commun » de l’humanité prend une tournure plus évidente encore. Comme le soutient Reporters sans frontières (RSF) depuis longtemps, l’humanité ne saurait affronter aucun des grands défis globaux sans journalisme : réchauffement climatique, affaiblissement de la biodiversité, discrimination des femmes, corruption, etc.

La censure n’est pas une affaire intérieure

« La crise du Coronavirus apporte la preuve irréfutable de la pertinence de notre combat », explique Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) « La censure ne peut pas être considérée comme une affaire intérieure de tel ou tel pays : le contrôle de l'information dans un pays donné a des conséquences partout sur la planète et nous en subissons aujourd'hui les effets. Il en va de même de la désinformation et des rumeurs. Elles amènent les individus à prendre de mauvaises décisions, restreignent leur libre arbitre, anéantissent leur intelligence ».

Le coût humain de la censure

« Quelques uns des foyers les plus vifs du Covid-19, comme la Chine ou l’Iran, sont des pays où les médias n’ont pu remplir leur fonction d’information des citoyens », ajoute Christophe Deloire. «Il est urgent de rendre compte, de manière exhaustive et honnête, des obstacles à la liberté de la presse et des tentatives de manipulation de l’information dans le contexte de cette épidémie sans précédent. Et il importe de mettre en avant les solutions qui permettent dans l’immédiat et permettront demain aux journalistes de fournir une information fiable et de contrer la rumeur ». 

Un outil de référence pour une crise sans précédent

Les équipes de RSF sont mobilisées partout sur la planète : des mesures ont été prises pour garantir au maximum le maintien des activités de l’ONG tout en assurant la sécurité de son personnel et de ses partenaires. Les données collectées émanent de son réseau de bureaux et de correspondants. L’Observatoire 19 présente une carte mondiale interactive sur la situation de la liberté de la presse, un flux quotidien d’actualité ainsi que des informations pratiques. Des analyses sont proposées sur les problématiques essentielles.

Dédié aux journalistes qui couvrent la pandémie

« Je tiens à saluer le travail des journalistes à travers le monde qui prennent des risques, s’exposent au virus pour informer », ajoute Christophe Deloire. « Ils remplissent une fonction sociale essentielle. Cet observatoire est dédié à ces « historiens du présent », de notre présent commun ».

La Rédaction

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article