Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                     Edition spéciale sur la lutte contre le Coronavirus

Pendant qu’en France des débats contradictoires s’enchaînent autour de l’utilisation du Chloroquine contre le Coronavirus, malgré qu’une équipe des chercheurs ait testé des patients à Marseille (sud) et obtenu des résultats qu'elle a qualifié de positifs, mais sur un très petit échantillon. Tout de même, le président de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi a estimé hier mardi 24 mars comme nous l’indique l’information signée de l’Agence Belga, mais publiée par la RTBF, qu’il était « urgent » de produire de la chloroquine « en quantité industrielle » face au coronavirus. Ainsi, l’homme fort de Kinshasa fait justement allusion au récent communiqué d'une entreprise pharmaceutique installée en RDC.« Il est urgent en effet que soit produite une quantité industrielle de la chloroquine, qui semble avoir montré son efficacité jusqu'à ce jour dans certains pays », a déclaré le président congolais dans une allocution télévisée détaillant de nouvelles mesures face à la pandémie, dont « l'état d'urgence » et l'isolement de Kinshasa du reste du pays.

Selon l’Agence Belga pour la RTBF,le Président congolais a souligné que « tous les scientifiques n'ont pas encore marqué leur unanimité », mais souhaite « réfléchir sans délai » sur « l'opportunité d'une pareille démarche ». Il a fait allusion à un récent communiqué de l'usine pharmaceutique Pharmakina, installée à Bukavu dans l'est de la RDC.Dans ce communiqué, Pharmakina affirme qu'elle est disposée « à fournir de la quinine aux chercheurs disposés à travailler sur cette piste de la recherche scientifique ».Les avis sont partagés sur l'effet contre le SARS-Cov-2, le virus qui provoque le Covid-19, de la chloroquine, un antipaludéen bon marché, et de son dérivé, l'hydroxychloroquine. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle à la prudence et « condamne l'usage de médicaments sans preuve de leur efficacité ».En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué lundi qu'il s'apprêtait à autoriser le traitement par hydroxychloroquine mais uniquement pour les formes graves et dans un cadre hospitalier « sur décision collégiale des médecins ».Mi-février, des chercheurs chinois ont affirmé avoir eu des résultats positifs avec des essais cliniques portant sur une centaine de malades du Covid-19 dans une dizaine d'hôpitaux.

Ahmat Zéïdane Bichara

Informations importantes sur la Chloroquine :

La chloroquine, un antipaludique bien connu, permettrait de traiter efficacement le Covid-19 selon des chercheurs chinois. Une annonce amplifiée par le Pr Didier Raoult selon lequel cela sonnerait « la fin de partie » pour l'épidémie de coronavirus. Explications.« Fin de partie ! » pour l'épidémie de Covid-19? C'est le titre de la vidéo d'une annonce spectaculaire, celle du Pr Didier Raoult, directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée-Infections de Marseille dans la séquence publiée le 25 février 2020 par le prestigieux centre de recherche (voir ci-dessous). A la source de cette nouvelle, deux publications chinoises qui dévoilent l'intérêt potentiel d'un antipaludique connu de longue date, la chloroquine, pour accélérer la guérison des patients atteints par le nouveau coronavirus chinois. « Il est démontré que le phosphate de chloroquine, un ancien médicament pour le traitement du paludisme, a une efficacité apparente et une innocuité acceptable contre la pneumonie associée au Covid-19 dans le cadre d'essais cliniques multicentriques menés en Chine »écrit ainsi une équipe de pharmacologues de l'hôpital universitaire de Qingdao (province du Shandong - Chine). Si le Covid-19 est bénin dans 85% des cas, un tel traitement permettrait de prendre en charge les cas modérés à sévères. Les chercheurs font état de plusieurs essais dans 10 hôpitaux chinois incluant 100 patients au total, un échantillon encore assez limité.

La chloroquine contre le coronavirus : des données cliniques encore limitées

Il va falloir continuer d'évaluer l'efficacité de la chloroquine, mais un consensus d'experts recommande dans les articles scientifiques cités ci-dessus d'inclure, en Chine, le phosphate de chloroquine dans les recommandations de prise en charge des patients, à raison de 500 mg deux fois par jour pendant 10 jours. L'avantage d'une telle stratégie ? Cet antipaludique est immédiatement disponible et peu coûteux, le médicament étant utilisé depuis longtemps. Reste que l'annonce du Pr Didier Raoult a été vivement critiquée par nombre de médecins et scientifiques français sur les réseaux sociaux pour son manque de pondération. De fait, les données cliniques sont encore limitées, et la prise de chloroquine peut provoquer des effets secondaires potentiellement sérieux (voir plus bas).

La chloroquine, dose recommandée et effets secondaires

Interrogé par Sciences et Avenir, le Didier Raoult balaie les critiques « Nous utilisons la chloroquine depuis longtemps dans notre équipe pour traiter certaines infections bactériennes. Certains de nos patients ont été traités pendant 2 ans ainsi, nous connaissons les effets secondaires potentiels. Par ailleurs, il faudrait commencer à prendre au sérieux les scientifiques chinois, en particulier les virologues, qui comptent parmi les meilleures équipes au monde ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Shana 25/03/2020 17:44

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.