Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Alors que les tensions semblent retombées entre la Chine et les Etats-Unis sur le plan économique et commercial, les deux grandes puissances se brouillent de nouveau suite à l’inculpation aux Etats-Unis de quatre militaires chinois, soupçonnés d’être impliqués dans l’un des plus gros piratages de données de l’histoire. Le journal de Montréal citant l’AFP, révèle le mardi 11 février qu’en 2017, l’agence de crédit américaine Equifax avait été victime d’un vol de données personnelles touchant plus de 145 millions de clients, soit près de la moitié de la population, avait indiqué lundi le ministre américain de la justice Bill Barr. L’agence Equifax est chargée de collecter des données personnelles de consommateurs sollicitant un crédit, afin d’évaluer leur risque de non-solvabilité. Le média canadien souligne qu’il a fallu deux ans d’enquête de la police américaine pour inculper les quatre chinois la semaine dernière à Atlanta. Il  est reproché à Wu Zhiyong, Wang Qian, Xu Ke et Liu Lei, association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude informatique, espionnage économique et fraude aux communications. Considérés comme membres présumés d’une unité de recherche de l’arme chinoise, ils échapperaient à l’arrestation puisqu’ils sont actuellement en Chine. Ils sont accusés d’avoir exploité une faille dans un logiciel utilisé par Equifax sur son site de résolution des litiges. Le stratagème c’est qu’une fois introduits dans le système informatique de l’agence, ils sont soupçonnés d’avoir obtenu les noms, les dates de naissance et numéros de sécurité sociale de 147 millions de personnes. «Ce vol n’a pas seulement causé d’importants dommages financiers à Equifax, mais a (…) imposé des coûts et un fardeau substantiels à tous ceux qui ont dû prendre des mesures pour se prémunir contre l’usurpation de leur identité », a déclaré le ministre de Justice.

Ces accusations sont catégoriquement rejetées mardi par la Chine qui se présente comme un « ardent défenseur de la cyber sécurité ». Selon le porte-parole du gouvernement chinois, Geng Shuang, son gouvernement et l’armée, ainsi que les personnes qui leur sont liées, ne se sont jamais livrés et n’ont jamais participé à des vols de secrets commerciaux via internet. Les autorités américaines ont déjà pointé du doigt la responsabilité chinois dans plusieurs attaques informatique de grande ampleur, notamment le piratage d’une base de données du géant de l’hôtellerie Marriott en 2018. En plus, « des intrusions informatiques soutenues par l’Etat ont visé des secrets industriels et des informations économiques confidentielles », a précisé Bill Barr, en évoquant des enquêtes ouvertes dans les secteurs de l’industrie nucléaire, aéronautique ou métallurgique. Environ 80% des poursuites ouvertes ces dernières années pour espionnage économique sont attribuées au gouvernement chinois et 60% des dossiers de vols de secrets commerciaux ont un lien avec la Chine, d’après ce responsable américain. La Chine s’en défend par l’entremise du porte-parole du gouvernement, Geng Shuang qui a accusé à son tour les Etats-Unis d’être eux-mêmes les premiers auteurs en matière de cyber espionnage au monde avec « une surveillance à grande échelle, organisée et indifférenciée » touchant des gouvernements, entreprises ou particuliers étrangers. «Des affaires WikiLeaks à Edward Snowden, l’hypocrisie et le deux poids, deux mesures des Etats-Unis en matière de Cyber sécurité sont claires depuis longtemps », a martelé le porte-parole chinois. Le mystère sur l’affaire Equifax était demeuré entier jusque-là, étant donné que les experts en cyber sécurité n’avaient pas aperçu sur le marché noir d’internet les informations personnelles acquises frauduleusement. Les différents manquements ont valu toutefois à l’agence Equifax des poursuites judiciaires aux Etats-Unis. La faille par laquelle les pirates se sont introduits pour réaliser leur piratage, avait été identifiée par l’entreprise deux mois auparavant, mais rien n’avait été fait pour y remédier. Au nombre de critiques formulées envers l’agence, on cite également la faiblesse de ses systèmes de sécurité et son manque d’empressement à révéler la fuite. Le PDG de l’agence, Richard Smith a fini par démissionner après la révélation de ce scandale. Les différentes enquêtes ont coûté au moins 575 millions de dollars à l’agence  de crédit américaine Equifax. 

Moussa S. Yowanga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article