Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Se dirige-t-on finalement vers sa destitution ou bien réussirait-il à sauver son pouvoir? Que serait réellement le résultat de cette procédure de destitution de ce Président d’un Etat le plus fort du monde ? Ainsi, Belga qui signe cette information pour le compte de la RTBF rapporte que Donald Trump s'est déchaîné hier jeudi 23 janvier 2020 contre ses accusateurs Démocrates, à qui il a reproché d'avoir présenté de manière « mensongère » et « injuste » les faits au coeur de son procès historique en destitution.Dans l'enceinte solennelle du Sénat, le procureur en chef Adam Schiff a accusé la veille le président américain d'avoir essayé de « tricher » pour remporter un second mandat, en sollicitant l'aide de l'Ukraine afin de « salir » un de ses rivaux. Avant de reprendre son argumentaire vendredi après-midi, l'élu démocrate a été visé par une salve de tweets vengeurs émis par Donald Trump.

D’après Belga qui enchaîne son observation sur la procédure de destitution de Donald Trump, la présentation des « démocrates et de Schiff le fourbe » était « pleine de mensonges et de déformations de la réalité », a taclé dans la matinée de jeudi le locataire de la Maison Blanche, tout juste rentré de Suisse, où il a participé au Forum économique mondial de Davos.Se posant à nouveau en victime d'une « chasse aux sorcières », le tempétueux milliardaire a jugé que l'audience fut « la plus injuste et corrompue de l'histoire du Congrès ».Reflet de l'extrême polarisation sur ce sujet, le chef de la minorité démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a au contraire salué une présentation « précise » nourrie de « détails accablants ». « Elle pourrait bien avoir planté un premier doute dans l'esprit » des sénateurs républicains sur le fait que « le président a peut-être bien fait quelque chose de mal », a-t-il encore dit à la presse.Après trois mois d'enquête, la Chambre des représentants, aux mains des démocrates, a adopté le 18 décembre, sans une seule voix républicaine, deux chefs d'accusation contre Donald Trump: abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès.Avant lui, seuls deux présidents américains avaient subi l'opprobre d'un tel " impeachment »: Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998.Comme eux, Donald Trump devrait échapper à une destitution, notamment parce qu'aucune fissure n'est apparue dans la majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100). Mais les démocrates espèrent marquer des points dans l'opinion à dix mois de la prochaine présidentielle.Au total, l'accusation dispose de 24 heures sur trois jours pour défendre son dossier. A partir de samedi, ce sera le tour de la défense pour la même durée. Les sénateurs, qui font office de jurés, auront ensuite 16 heures pour poser leurs questions par écrit.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article